« Freinons avant qu’il ne soit trop tard »

Des médecins et des experts en santé publique réclament le reconfinement du Grand Montréal, le nombre de cas poursuit son ascension

Le groupe médical COVID-STOP et une quinzaine d’experts en santé publique demandent à Québec de resserrer les mesures sanitaires dans la province, qui fait face aux variants de la troisième vague, tandis que la hausse des nouveaux cas de COVID-19 s’est poursuivie vendredi au Québec.

« Devant un variant du virus plus contagieux et plus virulent, il faut faire preuve de prudence. Freinons avant qu’il ne soit trop tard », a plaidé la Dre Marie-Michelle Bellon, spécialiste en médecine interne affectée à l’unité COVID de l’hôpital Notre-Dame, vendredi matin.

Le collectif COVID-STOP, dont elle fait partie, recommande la mise sur pause du Grand Montréal pour trois à quatre semaines. « Nous invitons le gouvernement à réinstaurer les mesures de confinement, y compris la fermeture des écoles, dans la grande région de Montréal », a indiqué le DAmir Khadir, microbiologiste-infectiologue à l’hôpital Pierre-Le Gardeur. Les spécialistes souhaitent « écourter la souffrance » que pourrait faire subir à la métropole une troisième vague.

Dans une lettre que La Presse a obtenue, 15 médecins en santé publique pressent aussi Québec de faire marche arrière. « Tout retard dans le déploiement d’une telle stratégie pourrait entraîner des délais dans notre sortie de crise sanitaire, en plus d’induire des conséquences prévisibles en termes de morbidité et de mortalité évitables », écrivent-ils.

Les signataires appellent le gouvernement à lancer une stratégie de « suppression » du virus, qui passe notamment par la restriction des contacts sociaux, l’isolement rapide des cas et le traçage de leurs contacts.

« La vaccination est une solution à moyen terme. Il faut se donner une marge de temps pour atteindre la couverture vaccinable suffisante, sinon, on risque plus de cas, d’hospitalisations et, malheureusement, de décès », explique la Dre Frédérique Brouillard, l’une des signataires de la lettre.

Selon les auteurs, « la hausse des besoins hospitaliers pour la prise en charge des personnes présentant des formes sévères de la COVID-19 engendrera inévitablement des impacts collatéraux sur la réponse du système de soins aux autres problèmes de santé ».

« Si on avait une troisième vague très importante, avec beaucoup d’hospitalisations, est-ce que le rapatriement des ressources humaines vers les hôpitaux pourrait mettre un frein à la campagne de vaccination ? », s’interroge la Dre Frédérique Brouillard.

Mercredi, le premier ministre François Legault a annoncé le retour du couvre-feu à 20 h et la fermeture des écoles ainsi que des commerces non essentiels à Gatineau, à Québec et à Lévis. Restaurants, cinémas, salons de coiffure, salles de spectacle, gyms et écoles resteront fermés pendant 10 jours, jusqu’au 12 avril. Selon le DKhadir, 10 jours de confinement sont insuffisants. « Un mois, c’est le minimum, la plupart du temps, pour reprendre le contrôle », a-t-il plaidé.

Québec en examen

Vendredi, le cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a indiqué qu’il était toujours en réflexion à ce sujet. « Nous continuons de suivre la situation de près, notamment dans le Grand Montréal, avec les autorités de la Santé publique », a avancé l’attachée de presse de M. Dubé, Marjaurie Côté-Boileau. « Comme l’ont dit le premier ministre mercredi soir et le ministre de la Santé lors de leur conférence de presse, on ne peut rien exclure », a-t-elle ajouté.

Ce qui se passe à Toronto et en Europe semble indiquer que le variant touche une population plus jeune et que les tableaux cliniques sont plus sévères, renchérit la Dre Bellon.

« Deux de mes patientes ont été infectées par de très jeunes enfants dans les garderies, et ça, c’est complètement inhabituel. Avec la souche virale initiale, les jeunes étaient de mauvais vecteurs de transmission. »

— La Dre Marie-Michelle Bellon

« Lors de ma dernière garde, j’ai soigné une jeune femme de 34 ans sans antécédents médicaux pour une pneumonie COVID sévère. On a dû la garder hospitalisée quelques jours et lui administrer de l’oxygène par canule nasale et de la cortisone par voie orale. C’était la première fois que j’avais une jeune femme hospitalisée dans mes lits pour une pneumonie COVID », a noté la Dre Bellon.

Les variants plus contagieux du virus de la COVID-19 représentent désormais près de la moitié de tous les nouveaux cas rapportés quotidiennement. Dans son dernier bilan quotidien, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a indiqué avoir recensé 625 nouveaux cas de variants détectés par criblage, 49 % de tous les nouveaux cas rapportés jeudi.

Nombre des cas en hausse

Pendant ce temps, le Québec a rapporté vendredi 1314 nouvelles infections et cinq décès supplémentaires, soit deux à Montréal, un en Estrie, un en Chaudière-Appalaches et un dans les Laurentides.

Avec 305 nouveaux cas, la Capitale-Nationale est devenue la région la plus touchée au Québec. Elle affiche désormais une moyenne quotidienne de 22,9 cas pour 100 000 habitants. En une semaine à peine, le nombre de cas y a triplé. L’Outaouais, de son côté, suit de près avec 22,4 cas pour 100 000 habitants, puis vient le Bas-Saint-Laurent, à 21. À Laval, ce taux est de 19,1 actuellement, alors qu’à Montréal, il est de 16,3.

L’INSPQ a recensé vendredi 687 nouveaux cas de variants. Ce qui était pratiquement acquis jeudi est donc maintenant officiel : les variants représentent désormais plus de la moitié de tous les nouveaux cas de COVID-19 au Québec.

On a observé un bond important de 16 hospitalisations dans le réseau de la santé. Actuellement, 503 patients sont hospitalisés pour la COVID-19 au Québec, dont 121 se trouvent toujours aux soins intensifs, une hausse de deux admissions en 24 heures.

Jeudi, le Québec a administré 48 507 doses de vaccin supplémentaires, un sommet depuis le 27 mars. Jusqu’ici, 1 440 680 personnes ont reçu une première dose, soit 16,98 % de la population. Le gouvernement indique que 339 600 doses supplémentaires du vaccin Covishield, conçu par AstraZeneca, ont été reçues et « seront en transit dans le réseau dès la semaine prochaine ». Avec ces nouveaux arrivages, le Québec dispose d’une réserve de près de 552 000 vaccins.

En ce qui concerne les prélèvements, le bilan demeure stable ; mercredi, la Santé publique a réalisé 39 886 tests de dépistage, un chiffre en légère baisse par rapport à la veille.

Rassemblements illégaux à sainte-béatrix et Shawinigan

Un rassemblement illégal de plus d’une trentaine de personnes a été démantelé vendredi à Sainte-Béatrix, dans Lanaudière, par la Sûreté du Québec (SQ), qui assure une surveillance accrue pour le congé pascal. L’intervention est survenue vers 11 h 30 dans une résidence privée du rang Sainte-Agathe, rapporte un communiqué diffusé par la SQ. Seulement quelques individus identifiés étaient résidants du Québec. La majorité venait de l’Ontario. Par ailleurs, une fête illégale a été démantelée vendredi soir dans une résidence privée de Shawinigan, en Mauricie, rapporte la SQ. La veille, dix-sept constats d’infraction avaient été remis lors d’un rassemblement semblable à la même adresse.

— Léa Carrier, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.