COVID-19 en Russie

10 000

Pour la troisième fois en une semaine, le chiffre des nouvelles contaminations en Russie se situe sous la barre des 10 000, preuve que la situation semble vouloir se stabiliser dans le pays, ont affirmé dimanche les autorités sanitaires. La Russie, qui a entamé la semaine dernière un déconfinement prudent, a enregistré 9709 nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures. (AFP)

COVID-19

L’Inde prolonge le confinement jusqu’à la fin de mai

L’Inde a prolongé dimanche le confinement du pays jusqu’à la fin de mai, mais avec des assouplissements possibles afin de « faciliter les activités économiques », a annoncé le ministère de l’Intérieur. Dans un communiqué, il précise que « les mesures de confinement pour enrayer la propagation de la COVID-19 restent en vigueur jusqu’au 31 mai » au minimum. L’Autorité de gestion nationale des situations d’urgence a ajouté que les restrictions seront modifiées « si nécessaire, afin de faciliter les activités économiques tout en contenant le virus ». Ce confinement, qui touche 1,3 milliard d’habitants – le plus vaste de la planète –, est en place depuis la fin du mois de mars et a eu des conséquences dramatiques pour les plus pauvres et les plus précaires des Indiens, qui ont été des millions à perdre leur emploi.

— Agence France-Presse

COVID-19

Augmentation record de 1160 cas en Afrique du Sud

L’Afrique du Sud a annoncé, dimanche, 1160 nouveaux cas de contamination au coronavirus, le bilan quotidien le plus élevé depuis l’enregistrement du premier cas en mars, selon le ministère de la Santé. Au total, le pays a enregistré 15 515 cas de COVID-19. La province touristique du Cap-Occidental recense près de 60 % des cas. Trois morts supplémentaires ont été signalées, portant le total à 263 morts. L’économie la plus industrialisée d’Afrique compte le plus grand nombre de cas parmi les pays du continent, suivie par l’Égypte (11 719 cas, dont 612 morts). La population d’Afrique du Sud est confinée depuis le 27 mars. Le gouvernement a lancé une stratégie de tests massifs, qui a concerné 460 873 personnes jusqu’ici. Mais certains experts sanitaires ont pointé les limites de cette stratégie de tests massifs, car les résultats mettent jusqu’à deux semaines à arriver contre trois jours auparavant.

— Agence France-Presse

République démocratique du Congo

Loin de Kinshasa, les massacres continuent en Ituri

La province de l’Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a été dimanche le théâtre d’une nouvelle tuerie d’au moins 20 civils, qui viennent s’ajouter aux près de 1000 victimes et aux dizaines de milliers de déplacés depuis décembre 2017. Des hommes, des femmes et des enfants ont été massacrés en pleine nuit avec différentes armes, dont des machettes, par les assaillants dans cette province où quelques notables dénoncent l’indifférence des autorités de Kinshasa, à 2000 km de là. Au moins 274 personnes ont été massacrées et 200 000 autres ont fui les violences depuis le début de l’année, a estimé l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) le 8 mai. Le 10 janvier, un rapport commun de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) et du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme recensait au moins 701 personnes tuées depuis fin 2017.

— Agence France-Presse

Isräel se dote enfin d’un gouvernement

Après 500 jours de crise et trois élections sans K.-O., le Parlement israélien a donné dimanche sa bénédiction au gouvernement d’union de Benyamin Nétanyahou et de Benny Gantz, ce qui met fin à la plus longue crise politique de l’histoire de l’État d’Israël.

Mais les bulles du champagne à peine sabré pourraient rapidement retomber, car ce gouvernement hérite d’une économie mise à mal par la crise du nouveau coronavirus et doit se prononcer sur un projet d’annexion de pans de la Cisjordanie occupée, un sujet explosif.

Initialement prévue jeudi, la cérémonie d’investiture a été reportée à dimanche pour permettre au camp Nétanyahou de finir de distribuer ses portefeuilles.

« La population veut un gouvernement d’union et c’est ce qu’elle aura aujourd’hui », a assuré M. Nétanyahou avant le vote de confiance et la prestation de serment des ministres.

À la Knesset, où des parlementaires aux visages couverts de masques sanitaires ont pris place, 73 députés ont voté pour le gouvernement, et 46, contre. Un député était absent.

Le vote n’était pas une surprise vu que les camps de MM. Gantz et Nétanyahou disposent d’une majorité au Parlement.

D’après les termes de l’accord entre MM. Nétanyahou et Gantz, le premier reste chef de gouvernement pendant 18 mois avant de céder sa place pour une période équivalente à Benny Gantz à partir du 17 novembre.

Double défi

Cet accord conclu entre le Likoud (droite) de M. Nétanyahou et la formation centriste « Bleu-Blanc » de son ex-rival électoral Benny Gantz prévoit aussi un partage équitable des ministères et permet à chaque camp de redistribuer des postes à ses alliés.

Cela a causé un problème de congestion pour le Likoud, qui a obtenu le plus de sièges aux élections de mars et compte sur le soutien d’élus de la droite radicale et de partis ultra-orthodoxes.

Avec à terme un total de 36 ministres, ce gouvernement sera le plus large de l’histoire du pays, un paradoxe en pleine crise économique liée à la pandémie, déplore une partie de la presse locale.

Ce gouvernement « d’union et d’urgence » avait été promis pour agir face à la pandémie de COVID-19, qui a contaminé officiellement plus de 16 500 personnes, dont 272 sont mortes.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.