Tous les indicateurs au ralenti au Québec

La COVID-19 est toujours bien présente au Québec, mais tous les signaux pointent vers un ralentissement de la propagation au cours des prochaines semaines. La pression sur les hôpitaux devrait diminuer tandis que les infections devraient poursuivre leur baisse, du moins jusqu’à la rentrée.

Eaux usées et contamination en descente

D’emblée, les données actualisées mercredi de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) sont claires : les contaminations sont en baisse dans les grandes villes comme Montréal, Laval, Gatineau et même dans la capitale, où on avait observé un fort rebond de la maladie en marge du Festival d’été de Québec (FEQ). Globalement, la concentration de COVID a diminué de moitié depuis le sommet atteint à la mi-juillet. Quant aux cas dépistés par PCR, les 1505 nouveaux cas rapportés mercredi portent la moyenne quotidienne à 1314. La tendance est ainsi en baisse de 22 % sur une semaine. Ces chiffres ne reflètent toutefois qu’une partie des infections totales, en raison de l’accès limité aux tests de dépistage par PCR, dont la proportion de « positifs » est de 12,1 %. Par ailleurs, 632 personnes ont rapporté ces derniers jours avoir obtenu un résultat positif à un test rapide, en baisse de 35 % depuis une semaine.

Hospitalisations stables, vers une baisse

Québec a signalé mercredi une hausse de 20 hospitalisations. Les 2146 personnes hospitalisées actuellement représentent une tendance stable sur une semaine. Aux soins intensifs, les 67 patients représentent également une tendance stable sur une semaine. Dans de nouvelles modélisations parues mercredi, l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS) prévoit toutefois pour les deux prochaines semaines une baisse des nouvelles hospitalisations à environ 110 par jour. Il s’agit d’une diminution marquée par rapport aux projections de la semaine dernière, qui prévoyaient atteindre 170 nouvelles admissions quotidiennes. Globalement, l’INESSS s’attend à une baisse des lits ordinaires occupés par des patients COVID, avec ou pour la maladie, pour atteindre d’ici 14 jours environ 1565 patients, avec un intervalle entre 1413 et 1733.

BA.5 maintenant à 75 %

À ce jour, le variant BA.5 a néanmoins continué à gagner du terrain au Québec. Selon les plus récentes données disponibles, celui-ci représentait les trois quarts des nouveaux cas dans la semaine du 17 juillet. Notons toutefois que le sous-variant BA.4 reste aussi bien présent. Celui-ci représente maintenant un peu plus de 16 % des nouveaux cas. Arrivé tout juste avant BA.4 et BA.5 et responsable du début de la 7e vague, le sous-variant BA.2.12.1 s’efface peu à peu quant à lui. À la mi-juillet, il ne représentait plus que 6 % des nouveaux cas. BA.5 s’est rapidement imposé comme le sous-variant d’Omicron le plus répandu, surtout en raison de sa série de mutations du spicule, la portion du SARS-CoV-2, le coronavirus responsable de la COVID-19, qui lui permet de pénétrer dans les cellules humaines.

Des travailleurs moins absents qu’avant

Pendant ce temps, le nombre de travailleurs absents en raison de la pandémie a diminué de 22 % sur une semaine. Ils étaient 5053 en date du 3 août à devoir s’isoler en raison de la COVID-19. À la mi-juillet, ce sont surtout la forte transmission communautaire et l’absence marquée du personnel qui avaient fait mal, selon le président de l’Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec, le Dr Gilbert Boucher. À ce moment, on comptait 7138 travailleurs absents en raison de la pandémie dans le réseau de la santé. « Quand on rajoute deux ou trois collègues qui disparaissent à chaque quart à cause de la COVID, ça donne des journées à des étages où il n’y a presque pas d’admissions », avait illustré le Dr Boucher à ce sujet.

bref portrait de la situation

Mercredi, les 21 nouveaux décès rapportés ont porté la moyenne quotidienne calculée sur sept jours à 11. La tendance est en baisse de 25 % sur une semaine. Pour la première fois en sept semaines, « le nombre de nouveaux cas COVID hospitaliers déclarés est en baisse (- 10 %) par rapport à la semaine précédente (1247 versus 1391) », a noté mercredi l’INESSS dans son rapport en rappelant qu’un peu plus de 40 % des cas sont des personnes dont la raison première de l’hospitalisation est la COVID-19. Le reste est admis pour d’autres motifs, avant d’être déclaré positif au virus. La campagne de vaccination, elle, continue de ralentir. Le Québec administre en moyenne 8600 doses par jour, soit 19 % de moins que la semaine dernière. Récemment admissibles à la vaccination, les tout-petits sont peu nombreux à recevoir un vaccin. Un peu moins de 500 enfants de 6 mois à 4 ans sont vaccinés en moyenne par jour.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.