« Mon meilleur début de saison en carrière »

Laurent Dubreuil termine deuxième sur 500 m en Norvège

Québec — La tendance se poursuit pour Laurent Dubreuil. Le patineur de vitesse sur longue piste de Lévis a grimpé sur le podium de l’épreuve de 500 m de la Coupe du monde pour la quatrième fois en quatre de courses, dimanche à Stavanger, en Norvège.

Vainqueur de l’épreuve samedi, Dubreuil n’a concédé que trois centièmes de seconde au Japonais Tatsuya Shinhama (34,578 s) en terminant avec un chrono de 34,610 s. Il s’agit du même écart que sa victoire de la veille aux dépens du Russe Artem Arefyev, troisième dimanche. Dubreuil et Shinhama faisaient partie de la toute dernière paire à s’élancer.

Depuis le début de la saison, le patineur de 29 ans a terminé troisième, deuxième, premier et deuxième dans les quatre courses de 500 m de la Coupe du monde. Il occupe le premier rang du classement mondial de la discipline. Sa présélection olympique pour les Jeux de Pékin, en février prochain, est pratiquement assurée, puisqu’une présence dans le top 8 à l’issue des quatre premières étapes de la Coupe du monde est nécessaire.

« Il s’agit de mon meilleur début de saison en carrière, a dit Dubreuil. Je dirais que c’est presque inespéré. Le but était d’être bon, mais je ne pensais pas être capable d’être sur le podium aussi régulièrement que ça. »

« J’ai déjà fait quatre podiums de suite à l’automne 2014, mais ce n’était pas les quatre premières courses. »

— Laurent Dubreuil

La différence entre sa première place de la veille et sa deuxième position de dimanche était minime, soit à peine 6 centièmes de seconde.

« Je me sentais bien, ce sont des microdétails qui font la différence. J’avais un petit problème avec mon aine gauche, ça n’a pas aidé à mon départ, mais c’est aussi normal que les bobos ressortent après deux semaines de courses. J’ai tout donné, ç’a bien été et je ne peux pas être déçu, car ce fut une belle bataille entre Shinhama et moi », a-t-il estimé.

Dubreuil était même ravi d’être jumelé au Japonais pour la dernière course du jour. Les deux patineurs occupent les deux premiers rangs du classement général, Dubreuil devançant Shinhama par deux points.

« Ça nous a amenés à un bon niveau tous les deux, on a fini un et deux. Je ne dirais pas que c’est mon ami, car on ne se comprend pas, puisque je ne parle pas le japonais et lui l’anglais, mais j’ai énormément de respect pour lui et j’espère qu’il en a pour moi.

« Mon seul regret, l’an passé, c’était de ne pas avoir pu me mesurer à lui. Il est aussi bon qu’il l’était avant la pandémie, c’est un patineur exceptionnel. Présentement, c’est une lutte à deux, c’est le fun. J’aimerais gagner par une demi-seconde, mais vaincre sans adversité ne m’intéresse pas et ça me force à être un meilleur patineur. »

Duel direct

Dubreuil n’est pas surpris de ses succès. Ses temps réalisés à l’automne, autant à Calgary qu’à Québec, lui avaient mis la puce à l’oreille.

« Quatre médailles en quatre courses, c’est un coup de dés, car l’écart entre une troisième place et une quatrième est vraiment mince. Ça fait quelques saisons que j’obtiens de bons résultats et que je suis régulièrement sur le podium. Je n’ai pas l’impression d’avoir été à mon plus haut niveau trop rapidement », a dit Dubreuil.

« Il n’y a pas de certitude dans le sport, mais je sais que je peux faire mieux. Je trouve ça encourageant d’avoir un niveau de base aussi élevé, ça veut dire qu’au jour J, il est possible de viser 34,30 s, par exemple, parce que je fais des temps qui ne sont pas si loin que ça. Si je ne faisais que des 35,00 s, ce serait quasiment impossible de retrancher les dixièmes de seconde qu’il faut. »

« Si j’ai atteint mon sommet, ce serait dommage, mais j’aurais au moins obtenu des médailles, sauf que je pense en avoir encore en réserve. »

— Laurent Dubreuil

Dubreuil ignore ce que pensent ses rivaux de ses résultats, mais il ne passe pas inaperçu à l’anneau.

« Je me suis faire dire par plusieurs gars que c’était une course excitante à regarder. Dernière paire, les deux meneurs au classement de la Coupe du monde qui s’affrontent dans un duel direct, la plupart des gens qui regardent ça sont excités par ce genre de course. »

Le patineur de Lévis reviendra à Québec ce lundi pour s’offrir un peu de repos avant de reprendre la route pour les deux dernières étapes automnales de la Coupe du monde, à Salt Lake City (du 3 au 5 décembre) et à Calgary (du 10 au 12 décembre).

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.