Mont Royal

Une cure de rajeunissement de 60 millions

Le mont Royal, poumon vert de Montréal, subira une cure de rajeunissement de 60 millions au cours des cinq prochaines années, notamment pour mieux préserver ses secteurs naturels et réaménager certains sentiers.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal a adopté le 7 septembre un règlement d’emprunt pour financer plusieurs chantiers, qui toucheront aussi le parc Jeanne-Mance, situé au pied du mont Royal.

« Il y a beaucoup de travaux de restauration à faire », explique Caroline Bourgeois, responsable des grands parcs au comité exécutif. « Par exemple, il y a des sentiers informels qui se sont créés et qu’il faut naturaliser pour protéger la montagne, en plus d’ajouter de la signalisation pour que les gens restent sur les sentiers officiels. »

Selon les documents dévoilés lors de la rencontre du comité exécutif, on prévoit, au mont Royal, le réaménagement du secteur de la maison Smith et des aires de stationnement, l’aménagement du flanc sud et des entrées rue Cedar, l’aménagement du belvédère Camillien-Houde, l’aménagement du sentier de l’escarpement, l’aménagement de la place de l’Amérique-Latine, la restauration et la modification du système et de la structure d’éclairage de la croix, la restauration et la reconstruction d’escaliers, de ponts, de sentiers et d’infrastructures diverses, l’installation de mobilier et de signalisation, et des travaux préalables de fouilles archéologiques.

Au parc Jeanne-Mance, les travaux concernent le réaménagement du secteur de la pataugeoire et de l’axe monumental, des terrains de soccer et de sentiers.

Tous les détails de ces chantiers ne sont pas encore connus, mais seront dévoilés graduellement, indique Caroline Bourgeois.

Le sort de Camillien-Houde encore inconnu

Le réaménagement de la voie Camillien-Houde, qui permet l’accès au sommet par le flanc est, fera partie des discussions. « Il faut avoir une vision d’ensemble de la circulation, et on va voir de quelle façon Camillien-Houde peut être bien intégrée à la montagne », dit Caroline Bourgeois.

En mai 2019, un rapport de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) recommandait de transformer en « chemin de plaisance » les voies d’accès Camillien-Houde et Remembrance (sur le flanc ouest).

Pour y arriver, il faut y réduire la vitesse, rétrécir la voie de circulation, ajouter de la verdure et des arbres, et aménager des terre-pleins verts et arborés, précisait le rapport, afin d’assurer la sécurité de tous les types de visiteurs de la montagne.

Certaines des 16 recommandations de l’OCPM touchaient spécifiquement le belvédère Camillien-Houde, qui offre une vue sur l’est de Montréal. On préconisait d’en modifier l’accès pour que piétons, cyclistes et automobilistes puissent y entrer et en sortir de façon sécuritaire, en plus de convertir une partie des places de stationnement en espaces verts.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, avait alors déclaré que son administration allait respecter ces recommandations pour mettre fin à « l’autoroute Camillien-Houde ».

Des travaux ont été réalisés du côté du chemin Remembrance, mais des cyclistes déplorent le peu d’espace réservé à la circulation des vélos.

Manque de toilettes

L’organisme Les amis de la montagne se réjouit de voir une telle somme débloquée par la Ville pour le mont Royal, parce que les besoins sont énormes, souligne Maryline Charbonneau, porte-parole du groupe.

« Avec la pandémie, on a vu une grosse augmentation de la fréquentation. C’est l’endroit le plus populaire auprès des touristes après le Vieux-Port, note Mme Charbonneau. La priorité doit donc être la restauration des milieux naturels. »

Mais elle déplore aussi le manque de bâtiments ou d’infrastructures adéquates pour recevoir le flot de visiteurs, comme des toilettes, des poubelles et des bacs de recyclage en nombre suffisant.

Au-delà du réaménagement du secteur de la maison Smith et de son stationnement, Maryline Charbonneau souligne que la maison elle-même, bâtiment historique, a besoin d’être restaurée.

« Les toilettes sont fermées au public parce qu’elles sont désuètes, rappelle-t-elle. Ça a un impact sur notre capacité à répondre aux besoins des visiteurs. »

Plus de 200 000 visiteurs sont passés à la maison Smith en juillet et août, révèle-t-elle. Mais sa rénovation aurait été reportée après 2028.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.