« L’Amérique est de nouveau en mouvement »

Dans son premier discours devant le Congrès, le président Joe Biden a proposé un virage majeur à son pays et a défendu son plan de relance

New York — Lors de son premier discours d’investiture à titre de président, le 20 janvier 1981, Ronald Reagan avait annoncé une nouvelle ère de gouvernance conservatrice en prononçant cette phrase désormais célèbre : « Le gouvernement n’est pas la solution à nos problèmes, il est le problème. »

Quarante ans et quelques mois plus tard, Joe Biden a profité mercredi soir de son premier discours devant le Congrès pour proposer un virage majeur, signalant son intention de mettre fin à cette ère et de harnacher le pouvoir du gouvernement pour créer des emplois et aider les familles à revenus moyens et faibles.

À la veille du 100e jour de sa présidence, il s’est aussi félicité des réalisations de son administration durant la pire pandémie en un siècle et après une insurrection qui a ébranlé le temple de la démocratie américaine.

« Maintenant, après seulement 100 jours, je peux dire à la nation que l’Amérique est de nouveau en mouvement », a déclaré Joe Biden en évoquant les retombées de son plan de sauvetage de 1900 milliards de dollars promulgué en mars dernier.

« Il y a 100 jours, la maison américaine était en feu. Nous devions agir, alors nous avons adopté le plan de relance américain, administré plus de 200 millions de doses [de vaccin], envoyé plus de 160 millions de chèques de secours, fourni de la nourriture et une aide au loyer à des millions de personnes, fourni des prêts aux petites entreprises », a-t-il ajouté.

Le président démocrate a également consacré une partie importante de son discours de 65 minutes à la promotion de deux autres plans ambitieux. L’un nécessitera des dépenses de 2300 milliards pour renouveler les infrastructures des États-Unis et l’autre des dépenses de 1800 milliards pour aider les familles et offrir quatre années d’éducation gratuites supplémentaires.

« Tout au long de notre histoire, les investissements publics dans les infrastructures ont littéralement transformé l’Amérique. Ce sont des investissements que nous avons faits ensemble en tant que pays – et des investissements que seul le gouvernement était en mesure de faire. »

— Joe Biden, président des États-Unis

Tout au long de son discours, il a suggéré que ces investissements se traduiraient par des emplois pour les cols bleus, y compris les investissements consacrés à la lutte contre les changements climatiques.

« Le mot le plus important pour affronter la crise climatique : jobs, jobs, jobs », a-t-il déclaré.

Aux riches « de payer leur juste part »

Pour financer ses ambitieux projets, Joe Biden a proposé une solution que les héritiers politiques de Ronald Reagan considéreront comme un sacrilège : augmenter les impôts des Américains gagnant plus de 400 000 $ par année ainsi que ceux des entreprises américaines.

« Je n’imposerai aucune augmentation d’impôt à ceux qui gagnent moins de 400 000 $, mais il est temps que les entreprises américaines et les 1 % les plus riches commencent à payer leur juste part », a déclaré le président avant de critiquer les réductions d’impôt accordées par Donald Trump aux Américains les plus fortunés.

« L’économie du ruissellement n’a jamais fonctionné », a-t-il ajouté en s’attaquant à une idée maîtresse de l’ère Reagan.

Le président a par ailleurs appelé à nouveau le Congrès à faire passer le salaire minimum fédéral à 15 $ l’heure.

Quelques précédents

L’allocution de Joe Biden s’est déroulée dans des circonstances inédites. Pour la première fois, deux femmes étaient assises derrière le président américain pendant une adresse devant le Congrès. La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, qui n’en était pas à sa première expérience du genre, était accompagnée de la vice-présidente Kamala Harris, qui participait à une autre première.

« Madame la présidente, madame la vice-présidente. Personne n’a jamais dit ces mots depuis cette tribune. Et il est temps », a déclaré Joe Biden avant d’entamer son discours.

La pandémie de COVID-19 a créé un autre précédent. Le président s’est adressé à un auditoire clairsemé, des sièges de l’hémicycle de la Chambre ayant été laissés vides pour assurer aux sénateurs, représentants et autres dignitaires présents une distanciation physique appropriée.

Durant un discours prononcé à voix basse, Joe Biden a également appelé le Congrès à adopter des réformes sur les armes à feu, la police et l’immigration, entre autres. Il a également évoqué ses politiques vis-à-vis de la Chine, de la Russie et de l’Afghanistan, entre autres.

Évoquant Franklin Roosevelt à la fin de son discours, Joe Biden a affirmé que l’avenir de la démocratie américaine était en jeu.

« Nous devons prouver que la démocratie fonctionne toujours. Que notre gouvernement fonctionne toujours et qu’il peut servir le peuple », a-t-il dit.

Le sénateur républicain de Caroline du Sud Tim Scott a offert la réplique de son parti au discours de Joe Biden. Il a rejeté le virage à gauche proposé par le président démocrate.

« Notre meilleur avenir ne viendra pas des combines de Washington ou des rêves socialistes. Il viendra de vous, le peuple américain », a déclaré l’unique sénateur afro-américain du groupe républicain au Sénat.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.