Russie

18

Les 18 passagers et membres d’équipage d’un avion russe qui avait disparu des radars en Sibérie, contraint à un atterrissage d’urgence dans la taïga, ont été retrouvés vendredi vivants et sans blessures graves. (AFP)

Origine de la pandémie

L’OMS réclame un contrôle des laboratoires chinois

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé vendredi le « contrôle des laboratoires » où les premiers cas de COVID-19 ont été identifiés en Chine, dans le cadre de la suite de son enquête sur l’origine de la pandémie. En janvier, l’envoi en Chine par l’OMS d’une mission d’experts n’avait pas permis de faire toute la lumière sur le coronavirus qui a déjà fait plus de 4 millions de morts dans le monde. L’agence demande également que soient entre autres menées « des études liées aux marchés d’animaux à Wuhan et dans les environs, y compris des études suivies sur les animaux vendus au marché de gros de Huanan », ainsi que « des études liées aux activités visant à retracer l’historique des animaux […] ». La nouvelle phase de l’étude s’annonce toutefois délicate. Pékin a rejeté vendredi les critiques du directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, sur le manque supposé de coopération de la Chine.

— Agence France-Presse

Conflits d’intérêts

Le ministre français de la Justice inculpé, une première

Une première pour un ministre français de la Justice en exercice : à l’issue de près de six heures d’interrogatoire à la Cour de justice de la République (CJR), Eric Dupond-Moretti a été inculpé dans l’enquête sur de possibles conflits d’intérêts avec ses anciennes activités d’avocat. Dans cette affaire, il est soupçonné d’avoir profité de sa fonction de ministre pour régler ses comptes avec des magistrats avec lesquels il avait eu des différends quand il était avocat. « Le ministre de la Justice n’est pas au-dessus des lois, mais il n’est pas non plus en dessous », a lancé M. Dupond-Moretti à son arrivée vers 9 h à la CRJ, affichant un grand sourire. « Nous allons évidemment désormais contester cette mise en examen », a déclaré MIngrain. Le président Emmanuel Macron a défendu jeudi la « présomption d’innocence » du ministre et s’est posé en « garant de l’indépendance de la justice ».

— Agence France-Presse

Violences en Afrique du Sud

Le bilan s’alourdit à 212 morts

Les troubles et les pillages en Afrique du Sud « ont été provoqués, il y a des gens qui les ont planifiés et coordonnés », a accusé vendredi le président sud-africain Cyril Ramaphosa, alors que le bilan des morts a atteint le nombre de 212 en une semaine. Le président a indiqué que la police enquête sur 12 personnes soupçonnées d’être derrière le déchaînement de violences. À ce jour, plus de 2500 personnes auraient aussi été arrêtées. Les premiers incidents ont éclaté la semaine dernière au lendemain de l’incarcération de l’ex-président Jacob Zuma, condamné pour outrage à la justice, et ont été alimentés par la grave crise socio-économique que subit le pays en plus d’une troisième vague de la COVID-19 terriblement meurtrière. « Nous aurions pu faire mieux, nous avons été débordés par la situation », a reconnu le président, répondant aux critiques sur l’inaction du gouvernement.

— Agence France-Presse

États-Unis

Les autorités s’inquiètent d’une « pandémie des non-vaccinés »

Washington — Les autorités sanitaires américaines ont lancé vendredi un appel vibrant à la vaccination contre la COVID-19, soulignant que le bilan de la pandémie était reparti à la hausse dans les régions des États-Unis les moins vaccinées.

« Le message qui nous parvient est clair : on commence à assister à une pandémie des non-vaccinés », a lancé Rochelle Walensky, la directrice des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), la principale agence fédérale de santé publique, lors d’une conférence de presse.

Au cours des sept derniers jours, les États-Unis ont recensé quotidiennement 23 300 nouveaux cas en moyenne – en hausse de 70 % par rapport à la semaine précédente –, 2790 hospitalisations (+ 36 %) et 211 morts (+ 26 %).

« Les personnes non vaccinées représentent quasiment l’intégralité des hospitalisations et des décès », a relevé Jeff Zients, le coordinateur de la réponse à la pandémie à la Maison-Blanche.

Cette recrudescence de la maladie est alimentée par le variant Delta, qui représente désormais plus de 80 % des nouveaux cas, selon le site spécialisé cov-spectrum.

Une étude récente publiée par la revue scientifique Virological montre que ce variant, initialement détecté en Inde, se développe plus rapidement dans l’organisme que les précédentes formes de la maladie, ce qui rend les personnes infectées plus contagieuses.

Les vaccins actuellement offerts aux États-Unis, de Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson, restent très efficaces pour s’en protéger, mais la campagne de vaccination a beaucoup ralenti ces dernières semaines dans le pays.

Campagne au ralenti

L’objectif fixé par le président démocrate Joe Biden voulant que 70 % des adultes aient reçu au moins une dose du vaccin en date du 4 juillet, le jour de la fête nationale, n’a pas été atteint. Ce taux plafonne 10 jours plus tard à 67,9 %.

De larges pans des États-Unis où les conservateurs hostiles aux vaccins sont majoritaires, comme le Missouri, l’Arkansas ou la Louisiane, affichent des taux bien inférieurs et sont aujourd’hui les plus concernés par le rebond de la pandémie.

Mais les autorités sanitaires soulignent que 80 % des personnes de plus de 65 ans, les plus vulnérables, sont vaccinées, ce qui devrait limiter les cas les plus graves et les décès.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.