TRANSPORTS

La grève des ingénieurs de l’État, si elle se prolonge, pourrait mettre en péril la sécurité du réseau routier, avertit le ministère des Transports du Québec, dans une rare sortie en ce sens.

Grève des ingénieurs

Le MTQ craint de ne pouvoir garantir la sécurité du réseau routier

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) affirme dans un document juridique qu’il « ne pourra pas assurer aux usagers que le réseau routier du Québec est sécuritaire » si la grève des ingénieurs de l’État se prolonge. Il réclame l’élargissement des services essentiels pour assurer la réalisation des 4315 inspections de ponts et structures prévues à son calendrier en 2022.

Ce document, ainsi qu’une quinzaine de déclarations sous serment provenant des directions générales du MTQ, a été produit en appui à une demande d’élargissement des services essentiels assurés par ses ingénieurs malgré le déclenchement de la grève générale de l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ), le 22 avril.

Le MTQ demande au Tribunal administratif du travail (TAT) d’ajouter à ces services « l’ensemble des tâches des ingénieurs visées au Manuel d’inspection des structures ». Il réclame aussi la poursuite des activités d’ingénierie (plans, conception, surveillance, etc.) liées à 56 projets routiers en cours de préparation ou de réalisation dans toutes les régions du Québec.

Comme pour les inspections générales des structures, le MTQ affirme que ces 56 projets « doivent être reconnus comme services essentiels en raison des risques pour la sécurité de la population advenant leur interruption ou leur non-mobilisation ». Pour établir cette liste des projets, le Ministère affirme s’être « uniquement fié au critère de la sécurité des usagers et du public ».

Pas de garantie de sécurité

La liste comprend des projets d’ampleur et de complexité très diverses. On y trouve notamment des travaux de réfection de grandes structures comme le pont de Québec et le pont Pierre-Laporte dans la capitale, le pont Laviolette, à Trois-Rivières, ou le pont Gédéon-Ouimet, entre Laval et Boisbriand. Le MTQ y a aussi inscrit des projets d’asphaltage pour éliminer les ornières de la route, des travaux d’infrastructures ferroviaires en Gaspésie ou la réalisation des essais obligatoires pour assurer que la partie mobile du nouveau pont Gouin est bien opérationnelle, sur la rivière Richelieu, en Montérégie.

Le MTQ demande de plus la poursuite des travaux de génie réalisés par les ingénieurs syndiqués sur deux grands projets qui ne seront pas mis en chantier avant quelques années. L’élargissement de l’autoroute 50, en Outaouais, et la construction du nouveau pont de l’île d’Orléans figurent ainsi dans cette liste de projets qui « devront débuter comme prévu, à défaut de quoi la sécurité des usagers sera compromise ».

« Le MTQ n’est pas en mesure de garantir que les structures sous sa responsabilité sont sécuritaires pour la population s’il ne peut maintenir les projets identifiés [dans] la présente demande au cours de la saison 2022 », insiste encore le Ministère.

Ponts Mercier et de l’Île-aux-Tourtes

Des 56 projets considérés comme essentiels, 10 sont situés dans la grande région de Montréal (voir l’onglet suivant). Ils concernent principalement de grandes structures en fin de vie utile comme les ponts Mercier et de l’Île-aux-Tourtes, ou dont « l’intégrité structurale est en cause et constitue un risque à la sécurité des usagers », comme l’affirme le MTQ à propos de l’échangeur Saint-Pierre qui relie le pont Mercier à l’autoroute 20, dans l’ouest de l’île de Montréal.

« La fermeture de ce secteur n’est pas possible, affirme-t-on dans une déclaration sous serment de la Direction générale des projets de Montréal. [Il] doit rester ouvert à la circulation pour permettre la mobilité, notamment celle des transports d’urgence et autres services depuis et vers la réserve de Kahnawake ».

Le pont de l’Île-aux-Tourtes, qui nécessite des « travaux de renforcement structural sur certaines poutres », et le pont Honoré-Mercier, qui fait l’objet de travaux continus depuis 15 ans, figurent aussi sur la liste de chantiers qui doivent être maintenus malgré la grève des ingénieurs. Le Ministère ne fait pas mystère des conséquences, dans les deux cas.

« Advenant le cas où le MTQ ne pouvait plus assurer ces interventions, le pont devra être fermé, ce qui compromettrait alors l’accès par les résidents […] aux services essentiels, notamment le transport d’urgence », selon le document juridique.

Les colonnes du tunnel Ville-Marie

Ce genre de commentaires est rare de la part du ministère des Transports du Québec, qui a plutôt tendance à se montrer rassurant quant à l’état de ses infrastructures et à minimiser les risques à la sécurité que peuvent présenter les déficiences structurales, comme celles des « colonnes qui supportent les voies de circulation du tunnel Ville-Marie ».

En temps normal, il est assez peu probable que le MTQ révélerait que dans ce tunnel, « l’intégrité structurale de l’ensemble dalle/colonne exige une intervention rapide […] tel qu’identifié dans l’avis de la Direction générale des structures. Vu le caractère urgent, ces travaux ne peuvent être reportés sans compromettre la sécurité des usagers et du public ».

Inspections des ponts et structures en 2021

Prévues : 3877

Terminées : 3862

En saisie de données : 6

Non réalisées : 9*

* 5 des 9 ouvrages non inspectés sont fermés à la circulation.

Source : ministère des Transports du Québec

Région métropolitaine de Montréal

Les 10 projets jugés essentiels

Dans des déclarations sous serment déposées à la Division des services essentiels du Tribunal administratif du travail du Québec, le MTQ cite 10 contrats et grands chantiers en cours ou à venir dans la région métropolitaine de Montréal qui doivent, selon lui, être ajoutés à la liste des services essentiels assurés par les ingénieurs de l’État, en raison de leur incidence sur la sécurité du public ou des usagers de la route. À quelques mots près, les extraits ci-dessous sont tirés textuellement de ces déclarations sous serment.

A. Chantiers relevant de la Direction générale des projets de la région métropolitaine de Montréal

1. Tunnel Ville-Marie

« [Le projet] vise à éliminer les déficiences structurales des colonnes qui supportent les voies de circulation du tunnel Ville-Marie. L’intégrité structurale de l’ensemble dalle/colonne exige une intervention rapide, et ce, tel qu’identifié dans l’avis de la Direction générale des structures. La fermeture de cette infrastructure majeure du centre-ville de Montréal causerait des détours et une congestion importante sur le réseau local avec impacts majeurs, notamment sur le temps de réponse des services d’urgence au centre-ville et dans le secteur voisinant l’hôpital Saint-Luc. Vu le caractère urgent et le risque pour la sécurité des usagers et du public, ces travaux ne peuvent donc être reportés sans compromettre la sécurité des usagers et du public. »

2. Échangeur Saint-Pierre

« Ce projet concerne des interventions continues et récurrentes du MTQ (incluant notamment le renforcement de poutre par fibres de carbone) qui visent à maintenir l’échangeur Saint-Pierre à l’intersection de l’autoroute 20 et de la route 138 à Montréal sécuritaire, car l’intégrité structurale de cette infrastructure est en cause et constitue un risque à la sécurité des usagers. Les interventions sur ce chantier doivent pouvoir être maintenues tel que planifiées puisque la sécurité de l’infrastructure pourrait être compromise. La fermeture de ce secteur n’est pas possible et il doit rester ouvert à la circulation pour permettre la mobilité, notamment celle des transports d’urgence et autres services depuis et vers la réserve de Kahnawake. »

3. Pont Honoré-Mercier

« [Le projet] concerne des interventions continues et récurrentes du MTQ qui visent à maintenir les ponts Honoré-Mercier sécuritaires et ouverts à la circulation pour permettre la mobilité, notamment celle des transports d’urgence et autres services publics entre Montréal et la réserve de Kahnawake. Les interventions sur ce chantier doivent se poursuivre en continu et ne peuvent être interrompues, puisque la sécurité de l’infrastructure pourrait être compromise. Au surplus, advenant le cas où le MTQ ne pouvait plus assurer ces interventions, le pont devra être fermé, ce qui compromettrait alors l’accès par les résidents de la réserve de Kahnawake aux services essentiels, notamment le transport d’urgence. »

4. Pont de l’Île-aux-Tourtes

« Le pont de l’Île-aux-Tourtes fait l’objet d’inspections en continu en raison de son état de dégradation important afin d’identifier rapidement si des interventions sont nécessaires. Les interventions sur ce chantier doivent être réalisées sur demande, puisque la sécurité de l’infrastructure pourrait être compromise.

« Le deuxième contrat de construction consiste en la réalisation de travaux de renforcement structural sur certaines poutres du pont, lesquelles sont essentielles afin de préserver son intégrité. Les interventions sur ce chantier doivent se poursuivre en continu et ne peuvent être interrompues, puisque la sécurité de l’infrastructure pourrait être compromise. Advenant le cas où le MTQ ne pouvait plus assurer ces interventions, le pont devra être fermé, ce qui compromettrait alors l’accès par les résidents de Vaudreuil et de Senneville aux services essentiels, notamment le transport d’urgence. »

5. Pont Gédéon-Ouimet

« [Le projet] vise à maintenir le pont Gédéon-Ouimet sécuritaire et ouvert à la circulation pour permettre la mobilité, notamment celle des transports d’urgence. Ce pont est un lien majeur sur l’autoroute des Laurentides dont la fermeture causerait des détours et une congestion importante sur le réseau local avec impacts majeurs, notamment sur le temps de réponse des services d’urgence dans les secteurs de Sainte-Rose et Sainte-Thérèse. Les travaux couvrent la réparation des joints, la réparation des dalles et l’asphaltage du pont, dont l’état actuel de la surface de roulement constitue un risque important à la sécurité des usagers. »

6. Interventions sur demande et réparations non planifiées

« [Ce projet] concerne des interventions sur demande du MTQ en cas d’anomalies détectées sur des structures du réseau routier de la région métropolitaine de Montréal. La nature de ces interventions est donc non planifiée. Dans le cas de ce projet, les ingénieurs chargés d’activités en surveillance et en conception attitrés aux contrats doivent être disponibles sur demande au besoin afin d’assurer la gestion des demandes de travail urgentes. »

B. Chantiers relevant de la Direction générale des grands projets routiers de l’est du Québec

7. Élargissement de l’autoroute 50

« Ces travaux visent à améliorer la sécurité sur le tracé de l’autoroute 50. L’interruption des travaux de préparation aurait un impact majeur sur la planification du projet et la réalisation des travaux, qui doivent être réalisés dans un ordre précis et suivant les fenêtres d’opportunité disponibles. Ce secteur de l’autoroute 50 [entre L’Ange-Gardien et Mirabel] est une zone particulièrement accidentogène qui avait fait l’objet d’une recommandation de sécurisation par le coroner suivant le décès d’un usager de la route. Étant donné l’ampleur des travaux à réaliser, l’échéancier doit absolument être respecté afin de mettre en œuvre ces recommandations. »

8 et 9. Réfection de la chaussée et ajout de voies réservées à l’autoroute 15

« Les travaux de pavage et d’asphaltage de l’autoroute 15 entre le pont Gédéon-Ouimet et le boulevard Saint-Elzéar [à Laval] ainsi que le pont Médéric-Martin sont nécessaires en vue de sécuriser de manière temporaire la chaussée qui est en très mauvais état, en attendant les travaux de réfection majeure à venir. Ces travaux doivent impérativement être réalisés avant l’hiver afin d’assurer la sécurité des routes.

« Advenant que les travaux devaient être retardés et ne pouvaient être réalisés, il est à prévoir que la sécurité de l’autoroute 15 ne pourra être assurée et celle-ci pourrait devoir être fermée, ce qui dévierait la circulation vers le pont Pie-IX, dont trois voies sont déjà fermées en raison de travaux de réfection majeure. Une telle situation créerait un risque de congestion extrêmement grave qui aurait un impact déterminant sur le temps de réponse des services d’urgence. »

Note : Dans ce dossier, le MTQ demande à la fois qu’un ingénieur chargé d’activité en conception soit disponible pour compléter la préparation d’un appel d’offres prévu pour avril 2022, ainsi que la disponibilité des ingénieurs chargés d’activités en conception et la présence d’un ingénieur en surveillance pour la mobilisation du chantier, prévu en juillet 2022.

10. Pont Pie-IX

« Ces travaux incluent notamment le démantèlement des poutres et des dalles du pont afin de les remplacer. Trois voies [de circulation] sur six sont présentement fermées. En cas de fermeture, ce chantier doit être sécurisé avant d’être fermé afin d’assurer la sécurité des voies fermées où les chantiers sont en cours pour éviter des accidents et pour maintenir la sécurité sur les voies circulables. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.