Un médicament gratuit pour sauver des vies

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) révèle que 495 décès reliés à une intoxication suspectée aux opioïdes ou autres drogues ont été rapportés dans la province, pour la période de juillet 2020 à juin 2021. Devant ce phénomène préoccupant, il importe de savoir qu’il existe un antidote gratuit, disponible sans ordonnance et pouvant être administré par quiconque serait témoin d’une surdose d’opioïdes : la naloxone.

L’utilisation des opioïdes

Les opioïdes désignent certaines substances qui agissent dans les zones du cerveau responsables du contrôle de la douleur, comme par exemple le fentanyl, l’oxycodone, la morphine ou la codéine. Lorsqu’ils sont prescrits par un médecin et utilisés sous les conseils d’un pharmacien, leurs propriétés analgésiques peuvent aider à soulager la douleur liée à différents problèmes de santé. Toutefois, certaines personnes en font une autre utilisation, qui peut comporter différents risques pour la santé.

Risques liés à l’utilisation des opioïdes

Que les opioïdes soient consommés de façon prescrite ou non, leur utilisation à long terme peut engendrer une tolérance et, par conséquent, la consommation de doses plus élevées, pouvant mener à la dépendance. Lorsque les médicaments opioïdes ne sont pas consommés tels que prescrits, une surdose accidentelle peut également survenir. En ce qui concerne l’usage d’opioïdes ou d’autres drogues pouvant en contenir issues du marché noir, comme la personne ne connaît ni la nature ni le dosage de ce qu’elle consomme, les risques de surdose sont également accrus.

Reconnaître une surdose d’opioïdes

Une personne en situation de surdose devient insensible à son environnement : elle ne réagit pas au bruit ou à la douleur et sa respiration peut être difficile, ronflante ou complètement absente. Si la personne semble inconsciente, il faut tenter de la faire réagir en criant son nom, en lui parlant très fort et en frottant le centre de sa poitrine avec force. Si elle ne réagit pas, on appelle immédiatement le 9-1-1 et, si on en a sous la main, on administre ensuite la naloxone.

Naloxone : un antidote gratuit et sans ordonnance

La naloxone est un médicament qui renverse temporairement les effets d’une surdose d’opioïdes, son action rapide pouvant rétablir la respiration en quelques minutes. La naloxone est disponible gratuitement, sans ordonnance, dans toutes les pharmacies et dans certains organismes communautaires du Québec. Elle peut être administrée par injection ou par vaporisation intranasale.

L’effet de la naloxone sur l’organisme dure de 20 à 90 minutes. Après ce délai, la personne peut redevenir en surdose ; il faut alors en administrer à nouveau. Il peut être nécessaire d’administrer plusieurs doses de naloxone. Comme les effets de la plupart des opioïdes durent plus longtemps, le médicament sert principalement à maintenir la personne intoxiquée dans un état stable en attendant l’arrivée des services d’urgence.

Fait important à mentionner, la naloxone ne présente aucun danger pour la santé et ce, même si elle est administrée par erreur, car elle agit seulement si des opioïdes sont présents dans l’organisme. Toutefois, la naloxone ne peut pas renverser les effets d’une surdose due à d’autres substances que les opioïdes, il est donc important de toujours appeler le 9-1-1.

Faire face à une surdose

Parce qu’une personne en surdose est souvent non réactive ou inconsciente, l’intervention rapide de son entourage ou de témoins joue un rôle déterminant dans sa survie. Les personnes qui demandent de l’aide au 9-1-1 ne peuvent être accusées de possession de substances illicites, en vertu de la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose. En toute occasion, si on soupçonne une surdose, il ne faut donc pas hésiter à intervenir pour sauver une vie.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.