Regard sur l’Europe

Des légendes s’en vont, d’autres reviennent

Pendant toute la saison, La Presse offrira un tour d’horizon hebdomadaire des plus grands moments sur la scène du soccer européen

L’HISTOIRE

Manchester United se faisait manger tout rond à Watford, et la situation devenait de plus en plus limpide : Ole Gunnar Solskjær, entraîneur et légende des Mancuniens, ne pouvait rester en poste une journée de plus.

United a été défait cinq fois en sept matchs depuis le 25 septembre. Pendant cette période, il s’est notamment fait humilier 5-0 par Liverpool et 2-0 par son rival Manchester City à Old Trafford.

Jusqu’à cette déconfiture de 4-1 contre Watford samedi, l’état-major du club souhaitait assurer la stabilité aux commandes du navire.

Sans doute s’inspirait-il des premières années de sir Alex Ferguson à la barre de United. En 1989, après une séquence de six défaites et deux nuls en huit matchs, partisans et journalistes réclamaient son départ. Ferguson quittera finalement Man U en 2013 après avoir remporté 13 titres du championnat anglais et deux Ligues des champions, entre autres réussites.

Mais dans le cas de Solskjær, on sentait que la situation s’envenimait réellement. C’était néanmoins un drôle de timing que de le virer tout juste au retour de la pause internationale. Surtout que les meilleurs entraîneurs disponibles ont déjà été embauchés : Antonio Conte est déjà bien en selle à Tottenham, par exemple.

Mais alors qu’une légende se faisait renvoyer à Old Trafford, une autre figure mythique retrouvait son club en Catalogne : Xavi Hernández a pris part à son premier match à la barre du FC Barcelone le week-end dernier en Liga, une victoire de 1-0 face à l’Espanyol.

Et Steven Gerrard, figure emblématique de Liverpool, retrouvait la Premier League. Il dirige maintenant Aston Villa après avoir entraîné les Rangers de Glasgow pendant trois ans dans le championnat écossais. Le club de Birmingham l’a emporté 2-0 contre Brighton.

LE MATCH

On avait l’embarras du choix pour notre sélection du match de la semaine en Europe. Les buts ont particulièrement fusé en Premier League.

Mais transportons-nous plutôt en Serie A italienne, où la Fiorentina a infligé la première défaite de la saison à l’AC Milan. La victoire de 4-3 du club de Florence empêchait les Milanais de prendre la tête du championnat.

Il fallait voir le but de Riccardo Saponara, tout juste avant la mi-temps, qui faisait 2-0 pour la Fiorentina.

L’Italien, un ancien de l’AC Milan, se délectait d’une frappe parfaitement placée dans le coin droit du filet, tirée de l’extérieur de la surface. Dusan Vlahovic en marquait deux par la suite pour assurer la victoire à La Viola, des réussites qui serviront à contenir l’efficacité de Zlatan Ibrahimović. C’est que le Suédois permettait à son équipe de se rapprocher dangereusement du score avec deux filets coup sur coup après l’heure de jeu.

L’Inter Milan s’est de son côté imposé 3-2 lors d’un match à suspense contre Naples. Ce dernier continue de mener la Serie A au différentiel de buts, ses 32 points étant à égalité avec l’AC Milan.

LE BUT

Lionel Messi l’a enfin, son premier but en Ligue 1. Et évidemment, il a marqué le but le plus « messiesque » possible.

Kylian Mbappé remet le ballon à l’Argentin et l’envoie dans le dernier tiers. C’est là que la magie prend forme. Sa frappe de l’extérieur de la surface, toujours aussi déconcertante, contourne les deux défenseurs devant lui. Elle vogue jusqu’au coin gauche du filet. Le Paris Saint-Germain mène 3-1 contre Nantes, le Parc des Princes est survolté, les Parisiens sont tout sourire sur le terrain.

C’est un peu l’inverse de ce qu’on a vu à Lyon pour l’affrontement entre l’Olympique lyonnais et l’Olympique de Marseille.

Une fois de plus, un stade de Ligue 1 a été le théâtre d’une agression de partisans envers un joueur. Dimitri Payet se dirigeait au drapeau de coin pour prendre un corner lorsqu’une bouteille lancée des tribunes a atterri durement sur sa tête. Le match était suspendu, les autorités du soccer français étaient, une nouvelle fois, dans l’embarras. De fait, c’était la sixième fois cette saison que ce genre d’incident se produisait en première division française.

LES CANADIENS

Jonathan David était à Edmonton mercredi, après la victoire euphorique du Canada face au Mexique. Vendredi, il a marqué deux buts pour Lille lors des neuf premières minutes de son affrontement contre Monaco.

David est en feu. Il est le meilleur buteur de la Ligue 1 avec 10 réalisations. Déjà, des clubs comme Liverpool et l’Inter Milan commencent à s’enquérir pour un potentiel transfert en janvier. Si la renommée de ces équipes est intéressante, le Canadien ne voudra peut-être pas déménager vers un club qui ne lui permet pas de jouer régulièrement.

David, à 21 ans, est encore jeune. Et il n’a visiblement pas encore atteint le sommet de son talent, même s’il se développe à un rythme effréné. S’il ne quitte pas son club en janvier, il est fort probable qu’il déménage à la fin de l’année.

Ç’a été plus tranquille pour son compatriote Alphonso Davies en Allemagne, vendredi. Son Bayern Munich a subi seulement sa deuxième défaite de la saison, s’inclinant 2-1 contre Augsbourg. Davies est rentré à la 52minute.

Cyle Larin et Atiba Hutchinson étaient tous les deux titulaires pour le Besiktas d’Istanbul samedi, mais ils ont plié l’échine 2-0 contre Alanyaspor.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.