Lectures d'été

Que lira François Legault ?

Nous avons demandé aux chefs des principaux partis provinciaux de nous confier trois de leurs lectures estivales d’ici et d’ailleurs, juste à temps pour le début des vacances. Aujourd’hui : le premier ministre du Québec et chef de la Coalition avenir Québec.

Le murmure des hakapiks

Roxanne Bouchard

Libre Expression

« J’ai rencontré Roxanne Bouchard il y a à peu près un mois. Elle est professeure de littérature au cégep de Joliette. Elle avait écrit plusieurs romans, mais là, elle a commencé des romans policiers. C’est une série de trois livres et je suis rendu au deuxième. Dans les prochaines semaines, je vais sûrement passer à travers le deuxième puis le troisième. Le premier s’appelle Nous étions le sel de la mer, le deuxième, c’est La mariée de corail, et le troisième, c’est Le murmure des hakapiks – c’est le bâton pour chasser les loups marins. Ce que je trouve spécial, c’est que, d’abord, les deux premiers se passent en Gaspésie et le troisième se passe aux Îles-de-la-Madeleine. Ça permet en même temps de voir les paysages en Gaspésie, les difficultés des pêcheurs, aussi, avec les moratoires. Évidemment, c’est un roman policier, donc il y a quelqu’un qui meurt, puis il y a le fameux enquêteur, qui s’appelle Joaquin Moralès, qui arrive. En plus, dans le deuxième, il y a une histoire avec son fils qui part de Montréal, donc il y a toute la relation fils-père. J’ai beaucoup aimé le premier, j’aime beaucoup le deuxième et je veux lire le troisième. »

La splendeur et l’infamie

Erik Larson, traduit de l’anglais par Hubert Tézenas

Le Cherche Midi

« C’est un livre que j’ai sur ma table de chevet depuis le Salon du livre de Québec, qu’on m’avait recommandé. C’est sur l’année 1940 de Winston Churchill. J’ai déjà lu des biographies de Churchill, mais là, ce qu’on me dit, c’est que c’est vraiment plus personnel – toutes les petites difficultés qu’il pouvait avoir avec sa famille, mais aussi comment garder le moral de son peuple en 1940, comment convaincre Roosevelt d’entrer en guerre... On me dit que c’est très bon, que c’est passionnant, donc je veux le lire. »

État de terreur

Louise Penny et Hillary Clinton, traduit de l’anglais par Lori Saint-Martin et Paul Gagné

Flammarion Québec

« J’avoue que je ne l’ai pas encore acheté, mais je veux le faire. J’ai souvent lu les romans policiers de Louise Penny, j’aime ça. En plus, on a en commun qu’on va souvent au Manoir Hovey [à North Hatley, en Estrie]. Hillary Clinton est allée là aussi avec son mari. Il y a même un des livres de Louise Penny qui se passe au Manoir Hovey. Mais là, avec Hillary Clinton, c’est quand même spécial. J’avais beaucoup aimé Pour rien au monde, de Ken Follett, qui parlait d’un risque de guerre mondiale. C’était juste avant ce qui s’est passé entre la Russie et l’Ukraine, mais ça concernait juste la Chine. Là, ce que je comprends du livre, d’abord, on a une initiée, Hillary Clinton, qui peut amener de façon crédible un danger pour l’ordre mondial. Je trouve ça intéressant, ce qui se passe sur le plan géopolitique dans le monde, et je suis certain que Louise Penny a ajouté un peu de romance là-dedans, des relations humaines. J’aime ça, les thrillers et les romans policiers. J’aimais beaucoup Henning Mankell, je pense que j’ai lu tous ses livres parce que le personnage de l’enquêteur est tellement attachant. J’ai cru comprendre qu’Hillary Clinton lisait du Louise Penny aussi. Moi, je lis une demi-heure, une heure avant de me coucher chaque soir, donc il ne faut pas que ça soit trop lourd, il faut que j’embarque et que ça me permette de décrocher de ma journée pour passer au sommeil. Ça m’aide vraiment à passer à autre chose. Je me souviens d’avoir entendu Jean Chrétien – même si je ne suis pas spécialement un admirateur [rires] – dire à Tout le monde en parle : “Je n’écoute pas les nouvelles, je dors mieux.” Je pense qu’il y a un fond de vérité là-dedans dans mon cas, quand on est en politique. Et aller dans un bon roman – il y a de bonnes biographies, aussi –, j’aime ça. »

Lectures d'été

Que lira François Legault ?

Nous avons demandé aux chefs des principaux partis provinciaux de nous confier trois de leurs lectures estivales d’ici et d’ailleurs, juste à temps pour le début des vacances. Aujourd’hui : le premier ministre du Québec et chef de la Coalition avenir Québec.

Le murmure des hakapiks

Roxanne Bouchard

Libre Expression

« J’ai rencontré Roxanne Bouchard il y a à peu près un mois. Elle est professeure de littérature au cégep de Joliette. Elle avait écrit plusieurs romans, mais là, elle a commencé des romans policiers. C’est une série de trois livres et je suis rendu au deuxième. Dans les prochaines semaines, je vais sûrement passer à travers le deuxième puis le troisième. Le premier s’appelle Nous étions le sel de la mer, le deuxième, c’est La mariée de corail, et le troisième, c’est Le murmure des hakapiks – c’est le bâton pour chasser les loups marins. Ce que je trouve spécial, c’est que, d’abord, les deux premiers se passent en Gaspésie et le troisième se passe aux Îles-de-la-Madeleine. Ça permet en même temps de voir les paysages en Gaspésie, les difficultés des pêcheurs, aussi, avec les moratoires. Évidemment, c’est un roman policier, donc il y a quelqu’un qui meurt, puis il y a le fameux enquêteur, qui s’appelle Joaquin Moralès, qui arrive. En plus, dans le deuxième, il y a une histoire avec son fils qui part de Montréal, donc il y a toute la relation fils-père. J’ai beaucoup aimé le premier, j’aime beaucoup le deuxième et je veux lire le troisième. »

La splendeur et l’infamie

Erik Larson, traduit de l’anglais par Hubert Tézenas

Le Cherche Midi

« C’est un livre que j’ai sur ma table de chevet depuis le Salon du livre de Québec, qu’on m’avait recommandé. C’est sur l’année 1940 de Winston Churchill. J’ai déjà lu des biographies de Churchill, mais là, ce qu’on me dit, c’est que c’est vraiment plus personnel – toutes les petites difficultés qu’il pouvait avoir avec sa famille, mais aussi comment garder le moral de son peuple en 1940, comment convaincre Roosevelt d’entrer en guerre... On me dit que c’est très bon, que c’est passionnant, donc je veux le lire. »

État de terreur

Louise Penny et Hillary Clinton, traduit de l’anglais par Lori Saint-Martin et Paul Gagné

Flammarion Québec

« J’avoue que je ne l’ai pas encore acheté, mais je veux le faire. J’ai souvent lu les romans policiers de Louise Penny, j’aime ça. En plus, on a en commun qu’on va souvent au Manoir Hovey [à North Hatley, en Estrie]. Hillary Clinton est allée là aussi avec son mari. Il y a même un des livres de Louise Penny qui se passe au Manoir Hovey. Mais là, avec Hillary Clinton, c’est quand même spécial. J’avais beaucoup aimé Pour rien au monde, de Ken Follett, qui parlait d’un risque de guerre mondiale. C’était juste avant ce qui s’est passé entre la Russie et l’Ukraine, mais ça concernait juste la Chine. Là, ce que je comprends du livre, d’abord, on a une initiée, Hillary Clinton, qui peut amener de façon crédible un danger pour l’ordre mondial. Je trouve ça intéressant, ce qui se passe sur le plan géopolitique dans le monde, et je suis certain que Louise Penny a ajouté un peu de romance là-dedans, des relations humaines. J’aime ça, les thrillers et les romans policiers. J’aimais beaucoup Henning Mankell, je pense que j’ai lu tous ses livres parce que le personnage de l’enquêteur est tellement attachant. J’ai cru comprendre qu’Hillary Clinton lisait du Louise Penny aussi. Moi, je lis une demi-heure, une heure avant de me coucher chaque soir, donc il ne faut pas que ça soit trop lourd, il faut que j’embarque et que ça me permette de décrocher de ma journée pour passer au sommeil. Ça m’aide vraiment à passer à autre chose. Je me souviens d’avoir entendu Jean Chrétien – même si je ne suis pas spécialement un admirateur [rires] – dire à Tout le monde en parle : “Je n’écoute pas les nouvelles, je dors mieux.” Je pense qu’il y a un fond de vérité là-dedans dans mon cas, quand on est en politique. Et aller dans un bon roman – il y a de bonnes biographies, aussi –, j’aime ça. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.