3 raisons de prendre le virage vert

Les petites et moyennes entreprises (PME) québécoises démontrent un intérêt marqué pour le développement durable. Le marché mondial des technologies propres atteindra 23 000 milliards de dollars d’ici 2030[1], ce qui générera de grandes occasions d'affaires. Pour stimuler cette croissance, Investissement Québec lance Compétivert, une initiative incitant les entreprises à innover en adoptant des technologies propres et des pratiques écoresponsables qui les rendront plus compétitives. Compétivert s’inscrit aussi dans la foulée du plan pour une économie verte du gouvernement du Québec.

Voici trois raisons de passer à l'action.

01

Les PME qui prennent le virage vert augmentent leur compétitivité.

Un constat s’impose quant à l’adoption de pratiques écoresponsables : l’investissement est rentable pour les entreprises d’ici. Lorsqu’elles font le choix de l’achat responsable, de l’écoconception ou de l’efficacité énergétique, par exemple, elles peuvent réduire leurs coûts opérationnels. On estime qu’une PME qui adopte les meilleures pratiques de développement durable peut potentiellement augmenter ses bénéfices d’au moins 51 %[2].

« Qu’on pense au remplacement d’équipement énergivore, à l’électrification des parcs de véhicules, à la gestion des résidus ou à l’économie circulaire, plusieurs PME québécoises ont prouvé qu’il est possible de réduire son empreinte environnementale tout en augmentant sa compétitivité. »

– Sylvie Pinsonnault, première vice-présidente, Stratégies et solutions d’affaires, Investissement Québec

02

Les pratiques responsables et l’utilisation de technologies propres ouvrent des portes.

Tant les investisseurs et les donneurs d’ordres que les consommateurs se montrent de plus en plus exigeants quand vient le temps pour eux de sélectionner les entreprises avec qui ils transigent. Bien vite, celles qui n’auront pas su s’adapter aux attentes environnementales croissantes verront des occasions d’affaires leur échapper. Accès aux appels d’offres, aux capitaux des grands investisseurs ou, dans le domaine du commerce interentreprises, à un bassin de clients soucieux de réduire leur bilan environnemental : tout l’écosystème voit vert.

« Sur les marchés internationaux, la mise en place de barrières non tarifaires liées au respect des principes ESG — environnementaux, sociaux et de gouvernance — ou à l’émission de dioxyde de carbone (CO2), par exemple, viendra exclure ces entreprises qui n’auraient pas emboîté le pas. Elles seront limitées dans leur croissance. »

– Julien Bourque, directeur, Initiatives stratégiques, Investissement Québec

03

Les entreprises qui contribuent à la lutte contre les changements climatiques attirent la relève.

Les employeurs qui affichent un bilan environnemental enviable ont la cote. Cela est encore plus vrai auprès de la génération Z et des millénariaux, qui constitueront 72 % de la main-d’œuvre à la fin de cette décennie[3]. L’engagement d’une entreprise envers le développement durable est un attrait important et une source de fierté pour les employés. Du côté d'AddÉnergie, un leader des technologies propres dont les bornes de recharge pour véhicules électriques sont implantées jusque sur Sunset Boulevard, à Los Angeles, on l’observe jour après jour.

« Nos employés sont fiers de contribuer à un projet environnemental vraiment emballant. Bien que notre croissance soit rapide, et malgré un contexte de pénurie de main-d’œuvre, nous arrivons à attirer les meilleurs talents grâce à notre projet d’entreprise. »

– Sylvain Bouffard, directeur, Communications et Affaires publiques, AddÉnergie

1. Exportation et développement Canada (EDC), Portraits économiques — Lumière sur l’avenir du secteur canadien des technologies propres (2019).

2. Centre québécois de développement durable (mai 2017), citant un rapport de Sustainability Advantage (2016).

3. Marsh McLennan, ESG as a Workforce Strategy (2020), tiré de données d'ILOSTAT (4e trimestre de 2019).

Plus productif, plus innovant, plus vert

Avec cette initiative novatrice, Investissement Québec vise à stimuler la croissance des entreprises d’ici qui plongent dans l’économie verte, et ce, en leur offrant des solutions concrètes.

- Solution de financement sous forme de prêt, incluant un moratoire de remboursement de capital pouvant s’étendre jusqu’à 48 mois.

- Solution d’appariement d’investissement destinée aux entreprises novatrices dans le secteur des technologies propres.

- Accompagnement technologique et stratégique tout au long du déploiement des projets.

- Diagnostic de performance environnementale industrielle pour aider les PME à prioriser les actions et projets d’innovation dans une perspective de productivité durable.

- Classes de maître afin que se crée tout un réseau de PME innovantes.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.