Un maudit bon crash !

J’ai capoté sur Avant le crash, une fable moderne sur le pouvoir et l’ambition, dont la finale de lundi soir a explosé dans nos écrans grâce à un mot de passe oublié : Carrera84, la voiture de rêve de François (Émile Proulx-Cloutier), devenue son pire cauchemar.

Si vous n’avez pas encore visionné ce dernier crash percutant et confrontant, l’alerte au divulgâcheur tinte ici comme les dollars virtuels qui s’accumulent dans le compte OnlyFans de l’adolescente Florence (Irlande Côté).

Donc, la vie de nos quatre banquiers de la firme Olstrom, qui ont préservé les apparences un gros quatre secondes à leur traditionnel match de soccer, a heurté tout un mur. Marc-André (Éric Bruneau) a été battu par un fier-à-bras embauché par le visqueux Bernard Dupont (Guy Nadon). La famille du pauvre Patrick (Mani Soleymanlou) a éclaté. Vincent (Benoit Drouin-Germain) a encore été humilié. Et François a payé le (gros) prix des manigances contre son ex-femme Évelyne (Karine Vanasse), dont il a saboté le retour au travail.

Maintenant, comment ces quatre amis d’université recolleront-ils les pots cassés de cette saison de destruction massive ? L’action du deuxième chapitre d’Avant le crash, qui n’a pas encore été confirmé par Radio-Canada, ça viendra, reprendra deux mois après l’atteinte du fond du baril, alors que les protagonistes décideront – ou non – de « se pardonner, de se rechoisir ou de rebâtir des liens entre eux », explique la coscénariste Kim Lévesque-Lizotte.

Le coauteur Éric Bruneau ajoute : « c’est là que les personnages sont les plus payants, tout est en place pour qu’ils se reconnectent ou qu’ils se démolissent », remarque-t-il. Le duo a déjà pondu la moitié des 10 épisodes d’Avant le crash 2, qui reprendra les ondes, en théorie, en septembre 2023.

L’infidélité n’a pas été vissée au cœur de cet excellent thriller sociofinancier, reste que les coups bas, au bureau comme à la maison, ont cogné fort. À commencer par l’ultime vengeance d’Évelyne, qui a acheté en cachette une nouvelle maison (qui possède trois fours !) et qui a piégé son conjoint François à propos d’un délit d’initié. « Évelyne a choisi son bébé et elle s’est choisie », constate Kim Lévesque-Lizotte au sujet de cette banquière en avance de dix coups sur son époux. « Avec Évelyne, on voulait montrer une femme qui frappe aussi fort que les gars », ajoute Éric Bruneau.

Le bon gars Vincent a empoché ses précieux millions le jour où il a perdu son père Luc (Marc Messier). Il n’a même pas pu impressionner son ancienne conjointe Stéphanie (Mylène Mackay), que le fric allumait tant. Mais le point de rupture a été atteint quand Vincent a découvert que son ami Marc-André a racheté la prime d’assurance vie et qu’il a parié sur la mort de son papa. « C’est arrivé dans ma famille, j’ai vécu ça », note Éric Bruneau.

Le moins manichéen du groupe, le sympathique Patrick (Mani Soleymanlou), a lui aussi dégringolé au troisième sous-sol, emporté par son égoïsme. « Tout a déboulé quand Patrick a choisi sa carrière, une fois de trop, et qu’il a refusé de partir au Nunavut avec sa famille », rappelle Kim Lévesque-Lizotte. La conjointe de Patrick, Marie-Michèle (Myriam Fournier), n’a jamais été capable « d’en revenir », pour paraphraser la scénariste.

Coincé dans une relation tordue, Marc-André a dénoncé sa patronne et amante Dominique (Marie-France Marcotte), un personnage féminin complexe, qui a oscillé entre intransigeance et vulnérabilité. La scène de solidarité entre Dominique et Évelyne a été super émouvante. Et la séquence où le grand patron d’Olstrom (Pier Paquette) jette Dominique sous les roues de l’autobus a été hyper fâchante.

Cette finale d’Avant le crash, qui a attaché toutes les ficelles, dont celles ayant mené à la ruine de la mère (Annick Bergeron) de notre antihéros, a dégainé un punch inattendu. Quand Marc-André s’adressait à la caméra, il ne parlait pas à un sergent-détective ou à un enquêteur de l’Autorité des marchés financiers (AMF), il enregistrait un testament vidéo avec la très allumée Florence.

La série a ainsi fini de la même façon qu’elle avait démarré avec les paroles identiques de Marc-André sur fond de perquisition chez Olstrom. Ce fut amené avec brio.

Ce procédé de confession réapparaîtra dans la deuxième saison d’Avant le crash, confirment Éric Bruneau et Kim Lévesque-Lizotte. Mais sous quelle forme ? Une séance avec un psy ? Une consultation avec la fille en bleu de chez BMO ?

TVA au sommet dominical

TVA a remporté la bataille des cotes d’écoute de dimanche soir. Chanteurs masqués demeure l’émission la plus populaire avec ses 1 748 000 accros, suivie de la compétition de danse Révolution et ses 1 224 000 fans. À Radio-Canada, Tout le monde en parle a frôlé le million avec ses 957 000 fidèles tandis qu’Occupation double a intéressé 432 000 personnes sur Noovo.

Pour les lecteurs qui s’inquiètent de ne plus voir Charles Tisseyre à la barre de Découverte, sachez que l’animateur « est en convalescence pour quelques semaines, mais il va très bien et il sera de retour en ondes très bientôt », assure Radio-Canada. La raison de son absence n’a toutefois pas été dévoilée.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.