Projet locatif Loggia Saint-Lambert

« Ici, c’est comme vivre en condo »

Le promoteur LSR GesDev a entrepris la construction de la troisième et dernière phase du projet

Après avoir annoncé le projet NOVIA en avril en compagnie de Louis Morissette, le promoteur LSR GesDev a entrepris la construction d’un autre projet locatif. Il s’agit de la troisième et dernière phase du Loggia Saint-Lambert, pas loin de l’usine de biscuits Dare, dont la fermeture est attendue.

La troisième phase comprend 142 appartements, soit des 3 ½ (47), des 4 ½ (67) et des 5 ½ (28), regroupés dans un immeuble de 6 étages. Les unités sont plus spacieuses que les nouvelles constructions. Certains des appartements de deux chambres font plus de 1000 pieds carrés et sont équipés d’un grand balcon. Le loyer mensuel tourne autour de 2 $ du pied carré approximativement.

La construction a commencé en septembre 2020 et la livraison des unités se fera en février 2022. L’investissement s’élève à 45 millions.

L’inauguration du projet a lieu lundi matin en présence des dignitaires locaux, du skieur Mikaël Kingsbury, qui habite dans la phase 2 du projet, et du représentant du partenaire financier du projet immobilier, Ipso Facto.

Conçu comme un complexe intégré de 260 logements, Loggia offre des espaces communs accessibles à tous les résidants, indépendamment de la phase où ils logent, explique Lucie Laliberté, vice-présidente, développement et construction, chez LSR GesDev. Parmi ceux-ci, on trouve une terrasse sur le toit avec vue sur Montréal, un espace lounge, une salle de yoga, un cinéma, une salle de jeux, un espace de travail et de lecture, une salle d’évènements, ainsi qu’une piscine extérieure au sel chauffée.

« Ici, c’est comme vivre en condo. Le projet a des attributs et une qualité que l’on voyait uniquement dans des copropriétés auparavant. Moi qui ai réalisé le complexe Arbora à Griffintown, je suis fière d’amener un produit d’une qualité comparable en première couronne, sur la Rive-Sud.  »

– Annie Lemieux, présidente de LSR GesDev

« Les gens apprécient beaucoup la liberté que leur donne un appartement locatif, poursuit-elle. Nos locataires ont certainement les moyens financiers de se payer un condo, mais ils préfèrent avoir accès à toutes les commodités d’un condo sans avoir à payer les droits sur les mutations qui montent maintenant jusqu’à 3 % (pour la tranche excédant 500 000 $) », indique-t-elle. Ils n’ont pas non plus à se faire surprendre par une hausse astronomique de leurs primes d’assurance et n’ont pas à se tirailler dans les réunions du syndicat de copropriété.

Pour retraités et professionnels

Ses locataires proviennent de divers horizons : des retraités qui ont vendu leur maison à Saint-Lambert, des préretraités qui ont décidé de faire de leur propriété de villégiature leur résidence principale et qui se cherchent un pied-à-terre près de la ville ou des professionnels, avec ou sans enfants, qui ne sont pas prêts à devenir propriétaires.

Situé rue Saint-Georges, à Saint-Lambert, le complexe locatif est à mi-chemin entre le Collège Champlain (cégep) et l’hôpital Charles-Le Moyne, sur le boulevard Taschereau. Entre les deux, des établissements secondaires privés se succèdent sur le chemin Tiffin : Eulalie-Durocher, Notre-Dame-de-Lourdes et Collège français.

Outre les enseignants et le personnel médical comme locataires potentiels, Mme Lemieux a en tête les employés de la nouvelle usine de Molson Coors de Longueuil, qui a commencé à recevoir ses premiers travailleurs et dont l’inauguration officielle est prévue en 2022.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.