Le rendez-vous lyrique de l’été à Québec !

Du 27 juillet au 7 août 2021, la 10e édition du Festival d’opéra de Québec investira divers lieux de la Capitale-Nationale, tant en salle qu’à l’extérieur, afin de faire vibrer l’art lyrique auprès d’un large public. Premier festival d’opéra au Canada, cet événement d’envergure internationale célébrera la francophonie et réunira des solistes réputés ainsi que de jeunes artistes de la relève promis à une brillante carrière.

Les inconditionnels de l’art lyrique tout comme ceux qui découvrent cette forme d’art pour la première fois seront séduits par la programmation diversifiée et accessible proposée par le Festival d’opéra de Québec et son directeur artistique, Jean-François Lapointe, à l’occasion de cette dixième édition. « Avec six productions en français — dont plusieurs qui s’adressent à un vaste public — ainsi que la présence chez nous d’artistes acclamés sur les plus grandes scènes lyriques, le Festival d’opéra de Québec est convaincu que l’opéra, c’est pour tout le monde », assure ce dernier.

L’opéra français en fête

La production principale du festival se tiendra le 30 juillet au Grand Théâtre de Québec. Cette production d’envergure mettra de l’avant 10 solistes québécois et canadiens s’étant illustrés sur les scènes les plus prestigieuses, qui interpréteront des airs d’opéras français accompagnés par l’Orchestre symphonique de Québec sous la direction de Jean-Marie Zeitouni.

Le ténor Éric Laporte fait partie de cette distribution exceptionnelle. Bien qu’il se soit produit une vingtaine de saisons au sein de maisons d’opéra autrichiennes, allemandes et françaises et qu’il cumule une cinquantaine de premiers rôles à son actif, l’artiste originaire de Québec ressent une fébrilité toute particulière lorsqu’il interprète ces œuvres dans son coin de pays natal. « Je n’ai pas beaucoup chanté chez moi. Chaque fois, c’est beaucoup plus personnel; il y a un aspect émotif qui se ressent dans la prestation », dit-il.

Éric Laporte est enthousiaste à l’idée de renouer avec le public de Québec, qui sera cette fois présent en salle, après plusieurs mois de silence causé par la pandémie. Le ténor admet que ces retrouvailles revêtent une signification toute particulière pour lui. Après une longue et fructueuse carrière en Europe, il dépose pour de bon ce mois-ci ses valises et celles de sa famille à Québec, qui deviendra son nouveau port d’attache :

« J’ai très hâte de retrouver le public québécois et de partager la piqûre que j’ai eue pour l’opéra ainsi que ma conception de cet art vivant. »

– Le ténor Éric Laporte

Aller à la rencontre du public afin de démocratiser l’opéra

Aux yeux de Jean-François Lapointe, l’atmosphère conviviale d’un festival se veut une occasion unique d’aller à la rencontre du public et de lui faire découvrir l’art lyrique sous diverses formes, avec des événements tant intérieurs qu’extérieurs. « Avec les activités à l’affiche cette année, nous avons souhaité aller vers les gens là où ils se trouvent afin de rendre l’opéra accessible », souligne le directeur artistique du Festival. C’est notamment le cas avec Peau d’âne, une création québécoise basée sur le conte de Charles Perrault qui met en vedette 13 jeunes chanteurs de Québec et qui plaira à tous celles et ceux ayant conservé leur cœur d’enfant, qu’ils soient petits ou grands.

Outre L’opéra français en fête et Peau d’âne, les spectateurs sont conviés à deux autres productions en salle. D’une part, la pièce Les leçons de Maria Callas, écrite par Terrence McNally et traduite par Michel Tremblay — avec la comédienne Sophie Faucher dans le rôle de la célèbre cantatrice —, sera présentée au Diamant pour quatre représentations. D’autre part, la collaboration avec les Jeunesses Musicales Canada se poursuit pour une quatrième année : à La Bordée, de jeunes chanteurs et chanteuses au talent prometteur interpréteront l’opéra Les Pêcheurs de perles de Bizet. Voilà autant de belles occasions de découvrir de jeunes talents ainsi que des artistes d’expérience, tout cela dans divers lieux culturels d’exception situés partout à Québec.

À souligner : les parcs de la Ville de Québec ainsi que ceux des municipalités avoisinantes seront tout au long du festival le théâtre de courts spectacles déambulatoires en plein air. Ainsi, près d’une centaine de représentations animeront les espaces verts de Québec pendant la durée de l’événement. Les localités entourant Québec ne seront pas en reste puisque parcs et places publiques accueilleront la Brigade lyrique, qui, pour une première fois, transportera le Festival hors du noyau urbain. Au programme : airs d’opéra et d’opérettes interprétés par trois jeunes artistes d’ici accompagnés d’un pianiste.

La petite histoire d’un grand festival

Premier festival d’art lyrique au Canada, le Festival d’opéra de Québec a pour mission de produire, de coproduire et de diffuser, lors de la saison estivale à Québec, des spectacles, des événements et des activités d’envergure internationale mettant en valeur l’art lyrique. Fondé en 2011, il contribue au rayonnement international de la Capitale-Nationale, tout en se positionnant parmi les rendez-vous lyriques incontournables sur le plan mondial. Aujourd’hui, le Festival se caractérise par son répertoire élargi, sa volonté de démocratiser l’art lyrique et son désir d’initier la jeune génération à l’art lyrique.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.