15 minutes au téléphone avec… Danny Maciocia

« C’est extrêmement stressant »

Alors qu’il poursuit sa préparation en vue de son premier repêchage à titre de directeur général des Alouettes, Danny Maciocia suit de très près ce qui se déroule en Italie, l’un des pays les plus durement touchés par la pandémie de COVID-19.

Plusieurs membres de la famille étendue du Montréalais vivent en Italie, plus précisément à Cantalupo, un village situé dans le centre-sud du pays. La crise frappe principalement le nord de l’Italie.

« C’est comme ma deuxième famille qui est là. La plupart des membres de ma famille sont à Cantalupo, qui est situé entre Naples et Rome. Plusieurs de mes cousins et cousines s’y trouvent et mes parents ont encore une maison à Cantalupo. C’est donc un endroit où l’on va régulièrement. »

Précisons que les parents de Maciocia vivent à Montréal et ne sont pas actuellement en Italie. Eux et leur fils restent cependant en constante communication avec leurs proches qui vivent en Italie. Le directeur général des Alouettes communique également avec d’autres personnes qui se trouvent plus près des zones les plus touchées par la crise du coronavirus. Au moment d’écrire ces lignes, il y avait déjà plus de 7500 personnes qui étaient mortes de la COVID-19 en Italie.

« J’ai un cousin qui travaille à Milan et j’ai coaché à Bergame en 1998-1999, alors j’ai encore des amis dans le nord du pays. Je communique avec tous ces gens régulièrement et je reste informé du mieux que je le peux. »

La situation actuelle est inquiétante et angoissante pour tous les citoyens du monde. On comprendra qu’elle l’est encore davantage pour les gens qui ont des proches dans des pays qui sont plus durement frappés par la pandémie.

« Oui, c’est extrêmement stressant. Mes parents et moi téléphonons aux membres de notre famille tous les jours afin de nous assurer que tout le monde est OK. C’est difficile comme situation. »

Pour le moment, les nouvelles sont relativement bonnes. Aucun membre de la famille de Maciocia ne semble avoir contracté le coronavirus.

Fier des leaders du Québec

Comme l’ensemble de la population, Maciocia est généralement devant son téléviseur à 13 h tous les jours afin de regarder la conférence de presse du premier ministre du Québec, François Legault, et de son équipe. Il est très impressionné par l’aplomb de M. Legault, d’Horacio Arruda, directeur national de la santé publique du Québec, et de Danielle McCann, ministre de la Santé.

« Quand je regarde nos leaders au Québec, je suis très fier de la façon dont ils gèrent la situation actuellement. Ce que j’adore, c’est qu’ils ont été proactifs dès le départ. C’est sûr que ça va nous aider à court et à long terme. »

— Danny Maciocia

« Je pense que la clé, c’est de comprendre que ça ne regarde pas seulement les personnes âgées ou les personnes vulnérables, tout le monde est affecté d’une façon ou de l’autre. Alors il faut absolument écouter les experts et appliquer leurs conseils, ce n’est pas le temps du tout de commencer à se fier à ce que disent nos voisins. »

En attente

Maciocia s’est fait un petit coin de travail à son domicile. Armé de son ordinateur et de son téléphone, le directeur général des Alouettes travaille depuis son sous-sol, à quelques mètres de la pièce où se trouve sa femme Sandra, confinée au télétravail comme la très grande majorité des gens, elle aussi.

« On est quand même chanceux d’avoir assez d’espace pour pouvoir travailler en paix, précise Maciocia au bout du fil. Mais c’est sûr que ce n’est pas l’idéal. Normalement, on se rencontre dans une salle de conférence, on échange nos notes et on regarde des bandes vidéo. On parvient tout de même à faire le travail. »

Maciocia et son équipe de dépisteurs se préparent pour le repêchage de la LCF, qui doit normalement avoir lieu le 30 avril. Puisque toutes les équipes le font toujours à distance, l’évènement ne sera probablement pas reporté.

« Aux dernières nouvelles, c’était le statu quo pour le repêchage. On aura des réunions cette semaine, tous les directeurs généraux ensemble, et je sais que c’est la même chose pour les présidents et les gouverneurs », a indiqué le DG.

Si le repêchage de la LCF a lieu comme prévu, la prochaine grande étape du calendrier annuel de la LCF sera l’ouverture des camps d’entraînement. Les recrues doivent normalement commencer l’entraînement le 13 mai, quatre jours avant les vétérans.

Comme toutes les autres ligues de sport professionnel, la LCF reste toutefois en attente, il va sans dire.

« On regarde les nouvelles tous les jours et on procède comme on peut. On se concentre sur le repêchage actuellement, mais on est évidemment conscients que la pandémie pourrait avoir un impact sur la saison. »

La saison de la LCF doit normalement s’amorcer le 11 juin, alors que les Alouettes disputeraient quant à eux leur premier match de la campagne le 12 juin à Calgary.

« Il y a tellement de facteurs et de considérations, entre autres au niveau de la disponibilité des stades. Mais toutes ces questions vont se régler en temps et lieu. Le défi devant nous est beaucoup plus grand en ce moment. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.