Espace Go

Six autrices d’ici se partagent la saison 2022-2023

Espace Go a convoqué six autrices, toutes québécoises, pour construire la saison à venir. « Six voix fortes, inimitables », selon la directrice artistique et codirectrice générale, Ginette Noiseux.

Cette dernière explique que la saison 2022-2023 du théâtre du boulevard Saint-Laurent s’est construite de façon très organique, très instinctive. « Je n’ai pas réalisé dès le départ que toutes les autrices étaient québécoises. Mais j’ai vite compris qu’après la pandémie qu’on vient de traverser, le public a soif d’entendre des paroles neuves ancrées dans la réalité immédiate ; il a un désir de retrouver sa communauté sur scène. »

« On a collectivement besoin de nourriture et cette saison est très nourrissante, poursuit Ginette Noiseux. D’autant plus que chacune des autrices possède un univers particulier, une signature d’artiste unique. » Au total, sept spectacles seront présentés.

En ouverture de saison, L’art de vivre, de Liliane Gougeon Moisan, raconte l’histoire de quatre voisins qui, sans se connaître, partagent le même credo : déco, alimentation bio, saines habitudes de vie… Une expérience de vie formatée qui finira par céder lorsque le quatuor sera poussé vers un étonnant retour à la nature. La pièce, mise en scène par Solène Paré, réunit Simon Beaulé-Bulman, Larissa Corriveau, Raphaëlle Lalande et Tatiana Zinga Botao. Du 1er au 18 septembre.

Puis, l’artiste pluridisciplinaire Émilie Monnet reprend dans sa forme définitive sa pièce Okinum, présentée en français, anglais et anishnabemowin. Une expérience immersive alliant théâtre, son et vidéo, où les tableaux oniriques incitent à la réflexion sur ce qui compose nos barrages intérieurs. Du 4 au 22 octobre.

Suivra, du 8 novembre au 3 décembre, la reprise de la pièce La fureur de ce que je pense, de Marie Brassard (d’après une idée de Sophie Cadieux). Ce spectacle explore le territoire intime de l’œuvre de Nelly Arcan. Créée il y a 10 ans, cette pièce acclamée par la critique rassemble une distribution de haut vol : Christine Beaulieu, Sophie Cadieux, Larissa Corriveau, Evelyne de la Chenelière, Johanne Haberlin, Julie Le Breton et Anne Thériault.

Du 19 au 21 janvier, Émilie Monnet revient sur scène avec Neecheemus, évènement théâtral autour de l’amour et de l’érotisme, où des femmes de plusieurs générations issues de peuples autochtones et de communautés afrodescendantes prendront la parole. Le tout sera lié par la musique de Frannie Holder.

Une création de l’autrice Évelyne de la Chenelière intitulée Le traitement de la nuit suivra du 7 mars au 2 avril. Denis Marleau se chargera de la mise en scène de ce drame tricoté autour d’un couple qui doit vivre avec les fugues répétées de sa fille Léna. Cette dernière projettera d’assassiner ses parents, aidée par le jardinier. Fantasme ou réalité ? Sur scène : Anne-Marie Cadieux, Lyndz Dantiste, Marie-Pier Labrecque et Laurent Lucas.

Du 12 au 23 avril, une autre pièce mise en scène par Denis Marleau reprendra l’affiche après un passage fort remarqué l’an dernier : Les dix commandements de Dorothy Dix, de Stéphanie Jasmin. Julie Le Breton reprendra le rôle de cette mère au foyer centenaire qui revisite sa vie en vrac. Rôle qui lui a valu les éloges des médias.

Finalement, la saison se terminera avec L’écoute d’une émotion, de l’autrice québécoise Marie-Laurence Rancourt. Ce solo met en scène une animatrice de radio, interprétée par Larissa Corriveau, qui dévie du cours normal de son émission pour raconter sa passion avec un homme qui semble être son opposé. Du 9 au 20 mai.

Consultez le site d’Espace Go

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.