Nouvelle-Zélande

23 millions

La Nouvelle-Zélande va investir 25 millions de dollars néo-zélandais (23 millions CAN) sur trois ans pour distribuer des protections périodiques gratuites dans les établissements scolaires afin de lutter contre « la précarité menstruelle », a annoncé jeudi la première ministre, Jacinda Ardern. Selon Mme Ardern, une étude a montré qu’environ une adolescente sur 12 ne se rend pas à l’école durant ses règles faute d’accès à des protections féminines. (AFP)

États-Unis

La sonde Perseverance a atterri sur Mars

La sonde Perseverance a atterri sur le sol martien après sept mois de voyage, a annoncé jeudi l’agence spatiale américaine, une réussite éclatante pour la NASA qui marque le début d’une mission de plusieurs années. « Atterrissage confirmé ! », s’est exclamée Swati Mohan, en charge du contrôle des opérations. Dans la salle de contrôle du Jet Propulsion Laboratory, à Pasadena, en Californie, les équipes présentes ont explosé de joie. La NASA a immédiatement communiqué une image prise par la sonde sur place. « Bonjour le monde. Ma première vue sur la maison qui sera la mienne pour toujours », a tweeté le compte officiel de la sonde pour accompagner l’extraordinaire image en noir et blanc, sur laquelle on peut voir l’ombre du véhicule projetée au sol. Le cratère de Jezero, dont les scientifiques pensent qu’il contenait il y a 3,5 milliards d’années un lac, était le site d’atterrissage le plus périlleux jamais tenté par la NASA. Perseverance sera chargée d’y collecter des preuves de vie ancienne sur Mars. Il s'agit de la cinquième sonde à fouler le sol martien. Depuis le premier, en 1997, ils sont tous américains, et l’un d’eux, Curiosity, est toujours en activité ailleurs sur la planète rouge.

— Agence France-Presse

Colombie

Plus de 6400 exécutions extrajudiciaires commises par l’armée

Plus de 6400 civils ont été exécutés et présentés comme tués au combat en Colombie, trois fois plus qu’estimé jusque-là dans ce scandale des « faux positifs », le plus grave impliquant l’armée en près de six décennies de guerre civile. Ce chiffre donne une nouvelle dimension à ce « phénomène macrocriminel », a estimé la Juridiction spéciale de paix (JEP), créée par l’accord de paix de 2016 avec l’ex-guérilla des FARC pour enquêter sur les crimes graves du conflit. Bien que l’état-major nie qu’il s’agissait d’une pratique systématique, des officiers et des soldats ont admis devant la JEP leur implication dans ces crimes. Les militaires tenaient le compte des guérilleros et narcotrafiquants tués lors d’affrontements et ces résultats étaient récompensés en médailles, permissions et promotions. Mais des milliers de morts étaient des civils abattus de sang-froid. Selon la JEP, la majorité des « faux positifs », dont 25 % de ces 6402 cas, ont été tués dans le département d’Antioquia (nord-ouest), où l’armée et les paramilitaires d’extrême droite affrontaient durement les rebelles. « La IVe Brigade, qui contrôlait cette zone, pourrait être responsable de 73 % des morts répertoriées dans le département entre les années 2000 et 2013 », a-t-elle précisé.

— Agence France-Presse

« Mission de formation »

L’OTAN revoit ses positions pour l’Afghanistan et l’Irak

Les pays membres de l’OTAN ont différé jeudi leur décision sur leur retrait d’Afghanistan dans l’attente d’un accord de paix et renforcé considérablement les effectifs de leur « mission de formation » en Irak, pour permettre aux forces irakiennes d’assurer la sécurité de leur pays. « Nos missions de formation en Afghanistan et en Irak sont des contributions essentielles à la lutte contre le terrorisme international », a expliqué le secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg à l’issue de deux journées de réunions en visioconférence avec les ministres de la Défense de l’OTAN. Les Américains n’ont toutefois encore rien dévoilé de leurs intentions quant à leur désengagement d’Afghanistan et d’Irak, où ils mènent depuis 2014 une coalition internationale contre le groupe armé État islamique. Un arbitrage devient urgent pour la mission de formation de l’OTAN en Afghanistan, car l’accord conclu avec les talibans par l’administration de l’ex-président Trump prévoit le départ de toutes les troupes étrangères le 1er mai. Mais les conditions de ce départ ne sont pas remplies. Le processus de paix s’enlise, les talibans poursuivent leurs violences et menacent les troupes de l’OTAN. En Irak, la mission de formation passera de 500 à environ 4000 personnes de manière graduelle.

— Agence France-Presse

COVID-19

« Contrat social » et quarantaine allongée en France

Des membres du conseil scientifique qui guide le gouvernement français jugent qu’il ne faut plus enchaîner les confinements pour combattre la COVID-19, mais opter pour un « contrat social » entre générations où les plus âgés et les plus fragiles accepteraient de s’auto-isoler. « En vertu de ce contrat social, les plus jeunes générations accepteraient la contrainte de mesures de prévention [comme les masques, la distance physique], à la condition que les groupes les plus âgés et les plus vulnérables adoptent non seulement ces mesures-là, mais aussi d’autres, plus spécifiques [comme l’auto-isolement selon un critère de fragilité], afin de réduire leur risque d’infection », jugent-ils dans un point de vue publié jeudi par la revue médicale The Lancet Public Health. Par ailleurs, l’isolement des personnes contaminées par la COVID-19 passera de 7 à 10 jours en France à compter de lundi pour faire face aux risques posés par les variants, plus contagieux, a annoncé jeudi le ministre de la Santé, Olivier Véran. Le ministre a précisé qu’à l’heure actuelle, « 36 % des cas positifs criblés correspondent à des variants britanniques et 5 % à des variants sud-africains ou brésiliens ».

— Agence France-Presse

Crise politique en Algérie

Le président libère des détenus du Hirak et appelle à des élections

Alger et Paris — Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a fait jeudi un geste d’apaisement en graciant des détenus du Hirak, à la veille du deuxième anniversaire de ce soulèvement populaire, et en appelant à des élections anticipées pour affronter la crise qui frappe le pays.

« Le “Hirak béni” a sauvé l’Algérie. J’ai décidé d’accorder la grâce présidentielle à une trentaine de personnes pour lesquelles une décision de justice avait été rendue ainsi qu’à d’autres pour lesquelles aucun verdict n’a été prononcé. Entre 55 et 60 personnes rejoindront à partir de ce soir ou demain leur famille », a-t-il promis dans un discours télévisé à la Nation, très attendu ces derniers jours.

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, avait répété à plusieurs reprises qu’« il n’existait pas de prisonniers d’opinion en Algérie ».

Mais selon le Comité national de libération des détenus (CNLD), une association de soutien, quelque 70 personnes sont actuellement en prison en lien avec le Hirak ou les libertés individuelles.

Des poursuites fondées dans au moins 90 % des cas sur des publications critiques envers les autorités sur les réseaux sociaux.

Dans un tweet, la présidence a précisé que la grâce concernait les « auteurs de crimes liés aux technologies de l’information et de la communication », sans divulguer de noms.

Cette annonce survient à la veille du deuxième anniversaire du soulèvement populaire inédit – le 22 février 2019 – qui a forcé l’ex-homme fort Abdelaziz Bouteflika à renoncer à un cinquième mandat présidentiel et à quitter le pouvoir.

Des appels à manifester lundi dans toute l’Algérie circulent sur les réseaux sociaux.  

Élections anticipées

M. Tebboune a par ailleurs décidé de « dissoudre l’Assemblée populaire nationale (APN) pour appeler à des élections », en disant souhaiter « ouvrir ses portes à la jeunesse ».

Les élections législatives – prévues en 2022 – devraient avoir lieu d’ici juin, au plus tard en septembre.

Le scrutin se déroulera sur la base d’une nouvelle loi électorale qui sera promulguée par ordonnance puisque le Parlement a été dissous.

Le chef de l’État a par ailleurs annoncé un remaniement ministériel « dans les 48 heures au maximum ».

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.