Accidents d’avion 737 MAX

Boeing s’entend avec le gouvernement américain pour éviter un procès

Boeing a conclu un accord avec le gouvernement américain pour éviter un procès embarrassant, à l’issue incertaine, dans le dossier pénal lié à l’écrasement de deux 737 MAX 8 en 2018 et en 2019, qui ont fait 346 morts.

« Nous avons conclu un accord de principe sur les termes d’une résolution avec le département de la Justice » (DOJ), a indiqué le constructeur aéronautique américain dans un communiqué diffusé dans la nuit de dimanche à lundi.

Dans un point d’étape déposé dimanche auprès du tribunal fédéral du Texas, le département confirme cette entente de principe et s’engage à transmettre au juge l’accord définitif au plus tard le 19 juillet.

Cet accord pour plaider coupable intervient après que le département a considéré à la mi-mai que le groupe avait bafoué un accord antérieur concernant les accidents d’avions exploités par la compagnie indonésienne Lion Air et par Ethiopian Airlines.

Cet accord dit de poursuite différée (DPA) du 7 janvier 2021 lui imposait notamment d’améliorer son programme de conformité et d’éthique, avec une mise à l’épreuve de trois ans.

Mais le groupe cumule, depuis de longs mois, une série de problèmes de production et de qualité. Dernier épisode : le régulateur américain (FAA) a demandé lundi l’inspection « immédiate » de plus de 2600 avions de la famille des 737 aux États-Unis pour un problème d’attache des générateurs d’oxygène.

Un incident en vol le 5 janvier sur un 737 MAX 9 d’Alaska Airlines a été celui de trop, entraînant moult retombées judiciaires, politiques, réglementaires et de gouvernance.

Un chef d’accusation

En faisant part de ses conclusions au juge texan Reed O’Connor à la mi-mai, le département s’était engagé à faire part « au plus tard le 7 juillet » de sa décision de lancer ou non des poursuites.

Une dizaine de jours avant cette échéance, il avait adressé une offre de reconnaissance de culpabilité à Boeing. Elle portait sur le seul chef d’inculpation contenu dans le DPA de 2021.

D’après les documents déposés tard dimanche soir auprès du tribunal, l’entreprise a accepté de plaider coupable d’avoir « en toute connaissance, et avec l’intention de commettre une fraude, conspiré et s’être entendue avec des tiers pour commettre une fraude envers les États-Unis » lors du processus de certification du 737 MAX.

Les familles des victimes ont réagi immédiatement dans un communiqué, se disant « très déçues ».

Elles ont déposé, dans la foulée, une motion de contestation et réclamé une audience auprès du juge.

Cet accord « généreux repose sur des postulats trompeurs et offensants », selon la requête des avocats.

« La justice américaine, qui devrait être un exemple pour le monde entier, montre en réalité une complaisance honteuse face à ceux qui privilégient la rentabilité et l’image à court terme au détriment de la sécurité de [leurs] passagers », a déploré lundi Catherine Berthet, qui a perdu sa fille Camille dans l’accident d’Ethiopian Airlines.

« Une fois encore, […] le DOJ fait fi des familles en ne mentionnant dans l’accord de “plea deal” aucune des victimes », a-t-elle souligné.

Le département précise dans son document avoir l’intention de les rencontrer prochainement.

Immunité

À la suite des deux accidents, tous les 737 MAX ont été immobilisés pendant 20 mois aux États-Unis et à travers le monde. Boeing a admis en avril 2019 que son logiciel antidécrochage MCAS en était en partie responsable.

En vertu de l’accord de 2021, Boeing a payé 2,5 milliards de dollars – dont une amende de 243,6 millions – en échange notamment d’une immunité pour ses dirigeants contre des poursuites pénales.

Une seule personne, un ancien pilote d’essai de Boeing, a été poursuivie dans cette affaire. Et acquittée.

L’accord de principe conclu dimanche prévoit une amende supplémentaire de 243,6 millions de dollars et un investissement minimum de 455 millions dans des « programmes de conformité et de sécurité ».

Boeing, sous étroite surveillance de la FAA, a présenté fin mai un « plan complet » pour renouer avec la qualité.

Par ailleurs, un contrôleur indépendant nommé par le gouvernement pour un mandat de trois ans – nouvelle période probatoire – sera chargé de superviser le respect de ces engagements. Il était réclamé par les familles depuis des années.

Selon l’accord, le montant de l’indemnisation de ces dernières sera déterminé par le tribunal, et le conseil d’administration de l’avionneur devra les rencontrer.

L’action Boeing a progressé de 0,55 % à la Bourse de New York.

Revue boursière

Toronto aidé par les titres financiers

Le principal indice boursier canadien, le S&P/TSX, a fermé en hausse lundi, aidé par la vigueur des titres financiers, alors que Wall Street a clôturé en ordre dispersé. Les marchés sont restés relativement calmes dans un contexte de consolidation après la publication du plus récent rapport sur l’emploi aux États-Unis la semaine dernière, a déclaré John Zechner, président et principal gestionnaire d’actions chez J. Zechner Associates. — La Presse Canadienne

États-Unis

Des milliers de générateurs d’oxygène de Boeing 737 devront être inspectés

Les générateurs d’oxygène de plus de 2600 avions de la famille des 737 de Boeing opérant aux États-Unis doivent être « immédiatement » inspectés pour assurer qu’ils soient en bonne position, a indiqué lundi le régulateur américain de l’aviation (FAA), dans une directive de navigabilité (AD). Selon la FAA, cette inspection doit être réalisée « d’ici 120 à 150 jours » sur « certains Boeing 737-8, 9, -8200, -700, -800 et -900er », c’est-à-dire d’anciennes et de nouvelles générations. Les avions concernés ne seront pas cloués au sol dans l’intervalle. La directive concerne le dispositif de masques à oxygène mis à la disposition des passagers en cas de dépressurisation de la cabine pendant le vol. — Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.