Récession, excédent commercial, trafic aérien et Cascades

La Banque d’Angleterre voit la récession approcher

La Banque d’Angleterre a annoncé jeudi une hausse de ses taux directeurs d’un demi-point de pourcentage, mesure draconienne pour contrer l’inflation qui s’accélère et qui va, selon elle, plonger le Royaume-Uni en récession pour plus d’un an. Le choix de la banque de relever son principal taux à 1,75 %, soit une hausse de 50 points de base, la plus forte augmentation depuis 1995, risque aussi de peser sur l’économie en rendant les emprunts plus coûteux. L’inflation britannique devrait, selon le rapport de politique monétaire, poursuivre son escalade à plus de 13 % en octobre, un record depuis la fin de 1980, après avoir déjà atteint en juin 9,4 % sur un an. Les dégâts seront lourds pour l’économie : « Nous prévoyons une contraction de la production chaque trimestre » entre les trois derniers mois de 2022 et les trois derniers de 2023, prévient l’institution. Et « la croissance après cette période restera très faible » avec une hausse de 3,5 % en 2022, mais une première contraction du PIB de 1,5 % en 2023 et une deuxième de 0,25 % en 2024.

— Agence France-Presse

Hausse de l’excédent commercial en juin

Les exportations de marchandises du Canada ont augmenté en juin pour la sixième fois de suite, de 2 %, pour atteindre 69,9 milliards, selon Statistique Canada. L’agence fédérale ajoute que, parallèlement, les importations ont crû de 1,7 %, surtout en raison des produits énergétiques. Par conséquent, l’excédent commercial de marchandises du Canada avec le monde s’est élargi pour passer de 4,8 milliards en mai à 5 milliards en juin. « Un autre mois, un autre surplus commercial exceptionnel au Canada. Contrairement aux mois précédents, il n’est pas seulement lié aux prix de l’énergie cette fois-ci », estime Randall Bartlett, directeur principal, économie canadienne, chez Desjardins. Les exportations d’or, d’argent et de métaux du groupe du platine sous forme brute et leurs alliages ont bondi de 29,2 %. Les exportations de biens de consommation, en progression de 6,3 % en juin, ont aussi contribué à la hausse des exportations totales, principalement en raison de la forte hausse de 34 % des exportations de produits pharmaceutiques.

— D’après La Presse Canadienne

La reprise du trafic aérien est restée très forte en juin

Le trafic aérien mondial confirme sa forte progression en juin, selon l’Association internationale du transport aérien (IATA). Mesurée en passagers-kilomètres payants, la fréquentation a augmenté de 76,2 % par rapport à celle de juin 2021, a indiqué la principale organisation de compagnies aériennes. Le trafic a ainsi retrouvé 70,8 % de son niveau de 2019, dernière année avant la pandémie de COVID-19, contre 68,7 % en mai. « Après deux ans de confinements et de restrictions aux frontières, les gens profitent de la liberté de voyager librement », a constaté le directeur général de l’IATA, Willie Walsh. Les liaisons intérieures ont retrouvé en juin 81,4 % de leur niveau de 2019, contre 76,7 % en mai. Les trajets internationaux, qui ont vu leur fréquentation bondir de 229,5 % sur un an, ont fortement contribué au regain du trafic aérien mondial. Le rapport pointe toutefois les nombreuses tensions apparues depuis l’ouverture de la haute saison estivale, alors que plusieurs aéroports connaissent des dysfonctionnements provoquant annulations, retards ou pertes de bagages.

— Agence France-Presse

Cascades : l’emballage compense l’inflation

Cascades a affiché jeudi un bénéfice net en hausse au deuxième trimestre par rapport à la même période en 2021. Il est passé de 23 millions à 32 millions. Quant au bénéfice net ajusté, il a été réduit à 28 millions, après avoir été de 32 millions un an plus tôt. Le géant québécois du papier rapporte par ailleurs une hausse en un an de ses ventes, qui sont passées de 956 millions au deuxième trimestre de 2021 à 1,1 milliard cette année. Le président et chef de la direction de Cascades, Mario Plourde, a souligné la bonne performance des secteurs de l’emballage. Il attribue cette situation à l’augmentation des prix de vente, à l’amélioration de l’assortiment des produits vendus, à la hausse des volumes et à la baisse des coûts des matières premières pour le secteur du carton-caisse. M. Plourde soutient que ces facteurs ont compensé l’impact de l’inflation continue des coûts. Selon lui, le secteur des papiers sanitaires devrait retrouver une trajectoire positive au cours des prochains trimestres, alors que des bénéfices significatifs provenant de la mise en œuvre d’initiatives de profitabilité commenceront à avoir leur plein effet.

— La Presse Canadienne

Par rapport à juillet dernier

Les ventes de logements à Toronto chutent

Toronto — La détente du marché immobilier résidentiel du Grand Toronto s’est poursuivie en juillet, le nombre de ventes ayant chuté de 47 % par rapport au même mois l’an dernier, et de 24 % en regard du mois de juin, a indiqué jeudi la chambre immobilière de la région.

Les 4912 résidences qui ont changé de mains le mois dernier représentaient près de la moitié des 9339 transactions de juillet 2021, ce qui suggère que le marché ralentit par rapport à son rythme effréné de la fin de 2021 et dans la première moitié de l’année.

La chambre immobilière et les agents immobiliers ont attribué une grande partie de la modération à l’augmentation du coût des hypothèques, en particulier avec la hausse d’un point de pourcentage complet du taux d’intérêt directeur de la Banque du Canada, à la mi-juillet.

La hausse a encouragé les gens à revoir leurs intentions vis-à-vis du logement. Les acheteurs potentiels attendent que de nouvelles baisses se matérialisent – ce qui, selon certains courtiers, pourrait survenir cet automne –, tandis que les vendeurs se demandent s’ils devraient tirer ce qu’ils peuvent de leur domicile dès maintenant ou attendre que le marché tourne de nouveau en leur faveur.

Certains vendeurs retirent même leurs annonces pour profiter du marché locatif en effervescence, parce que les taux d’inoccupation baissent et les prix augmentent. Lorsque le marché torontois tournait à plein régime en janvier, la société immobilière Strata avait dénombré le retrait de 380 annonces de copropriétés. Ce nombre est passé à 2822 en juin, a poursuivi la firme, ce qui représente une augmentation de 643 %.

Le ralentissement du marché au chapitre des ventes tarde à se manifester dans les prix des maisons.

La chambre immobilière a constaté que le prix moyen des maisons avait été de 1 074 754 $ le mois dernier, en hausse de 1 % par rapport à celui de 1 061 724 $ de juillet 2021 mais en baisse de 6 % par rapport à celui de 1 145 994 $ de juin 2022.

Le prix de référence composé était supérieur à 1,1 million, en hausse de 12,9 % sur une base annuelle.

Le marché a également enregistré une baisse des nouvelles inscriptions à la vente, qui s’élevaient à 12 046 le mois dernier, en baisse de 4 % par rapport à il y a un an.

Selon la chambre immobilière, les chiffres du mois de juillet justifieraient une intervention du gouvernement, qui pourrait notamment augmenter l’offre de logements et réviser les règles entourant les prêts hypothécaires.

— La Presse Canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.