Immobilier

La technologie au service de la conciergerie

Depuis septembre dernier, les locataires des deux premiers immeubles de l’enseigne Mostra, à Longueuil et à Candiac, mettent à l’essai un nouveau type de service de conciergerie. Quatre jours par semaine, ils profitent à mi-temps de la présence d’un concierge en chair et en os. Un portail web et des outils numériques sont aussi à leur disposition.

Lucie Lefebvre n’a pas hésité à tenter l’expérience, l’automne dernier, lorsque le service Conciergerie To Do Today, créé en France il y a 20 ans, a été offert dans son complexe. « C’est un service entièrement consacré aux locataires, qui permet en même temps de connaître nos voisins et de participer à différentes activités, sans nécessairement avoir à se déplacer en voiture, explique-t-elle. De semaine en semaine, on voit de nouveaux trucs s’ajouter. »

Elle apprécie notamment la livraison hebdomadaire de légumes locaux « moches » et elle a régulièrement joué à des jeux de société (quand c’était permis) avec d’autres locataires. Elle envisage de participer à des activités épicuriennes, lorsqu’elles seront organisées. Elle est à l’affût des nouvelles propositions dans l’application réservée aux locataires du Mostra Longueuil, adoptée jusqu’à récemment par 35 % d’entre eux. Selon elle, la présence en chair et en os du concierge Nicolas constitue un atout indéniable.

« Voir une personne derrière l’application, qui t’offre ces services-là, c’est une valeur ajoutée, estime-t-elle. Sinon, c’est trop impersonnel. »

C’est justement le fait d’avoir quelqu’un partiellement sur place, qui privilégie des commerces du coin, qui a plu à Frédéric Soucy, président de la Société de gestion Cogir.

« On a aimé ce volet-là, qui permet d’aider la communauté et d’en faire partie, explique-t-il. Les requêtes ne sont pas transmises à des centrales qui peuvent envoyer des gens de Laval ou de Montréal pour laver les voitures ou changer les pneus, par exemple. Pour nous, l’aspect local est très important. Des associations ont été faites avec des maraîchers locaux.

« Tout le volet animation, aussi, nous intéresse, parce que c’est déjà offert dans les résidences pour aînés que l’on gère. On veut amener cela dans certains immeubles locatifs, mais le nombre d’employés y est plus restreint. On organisait déjà quelques activités, mais le fait de le faire à plus grande échelle permet de créer un meilleur esprit de communauté. »

Son équipe et lui scruteront jusqu’en mars l’utilisation des divers services de la Conciergerie To Do Today dans les deux immeubles de Cogir Immobilier. « Si les gens aiment cela, on veut commencer à l’étendre dans une dizaine d’immeubles locatifs, dont ceux de l’enseigne Mostra, révèle M. Soucy. On en a déjà deux et il y en aura deux autres l’an prochain, à LaSalle et à Mascouche. »

« On teste actuellement un concierge présent quatre demi-journées par semaine. Ailleurs, le concierge sera peut-être présent une journée par semaine ou à temps plein, selon la demande. »

— Frédéric Soucy, président de la Société de gestion Cogir

« Ultimement, c’est l’amélioration du service à la clientèle et la possibilité de faciliter la vie des gens qui vivent dans nos immeubles qui nous ont accrochés », ajoute-t-il.

Lien direct

Français d’origine, Nicolas Pauchard connaissait l’entreprise française To Do Today lorsqu’il a postulé pour l’emploi de concierge. Il a établi un contact chaleureux avec plusieurs des abonnés.

« Cela a éliminé des barrières, croit-il. Certains vont préférer passer directement par moi. Mais il y a d’autres personnes, qui sont au travail et qui n’ont pas forcément la possibilité d’être là pendant les heures de présence, pour qui le portail est très pratique. Les deux volets sont complémentaires. »

Une gamme préétablie de services est offerte, mais les requêtes peuvent aussi être originales. Il a ainsi fait plaisir à une locataire en dénichant une couturière disposée à concevoir des vêtements d’hiver pour la gent canine. « Son chien a une taille bien particulière, précise-t-il. Je les ai mises en contact et j’ai fait le suivi de la commande. »

Fondée en 2001 pour favoriser les échanges et la cohésion sur les lieux de travail, la société To Do Today a été constituée en 2019 au Québec sous le nom Conciergerie To Do Today. Elle a d’abord fait une incursion dans trois immeubles de bureaux d’Ivanhoé Cambridge, à Montréal : Place Ville Marie, Le 1500 et l’Édifice Jacques-Parizeau. La façon de fonctionner est similaire dans le milieu résidentiel.

« On a investi plusieurs millions d’euros dans ce que je vais appeler la plateforme numérique, explique Christelle Rousseau, responsable des activités en Amérique du Nord. Chaque immeuble a son portail réservé, avec des services et des activités spécifiques. »

« Le programme qu’on a mis en place dans chacun des deux immeubles Mostra est adapté au profil des locataires. On a bien sûr des offres exclusives et on négocie des tarifs préférentiels, que ce soit pour faciliter la vie au quotidien, favoriser le bien-être, ou créer un vrai esprit communautaire et aider les occupants à tisser des liens. »

— Christelle Rousseau, responsable des activités en Amérique du Nord de To Do Today

Les locataires au XXIe siècle

L’application UseWalter, mise au point à Montréal et utilisée dans plus de 250 petits et grands immeubles au Québec et en Ontario, est quant à elle appelée à croître de façon exponentielle. Devenue un outil de communication apprécié entre les occupants et les gestionnaires des bâtiments, elle a été achetée en octobre dernier par Hopem, une entreprise québécoise spécialisée dans la conception de logiciels, dont un large éventail vise à faciliter la gestion immobilière dans le secteur résidentiel locatif.

« Depuis le début de la pandémie, les gens ont compris la valeur de ne pas avoir à se déplacer pour avoir accès à toutes les informations concernant leur immeuble, constate Dave Marcheterre, vice-président directeur de l’entreprise. Ils apprécient de ne pas avoir à faire la file devant le gym pour réserver leur place. La plateforme a eu par ailleurs encore plus de sens en aidant les gestionnaires à respecter certaines mesures sanitaires et en leur permettant de tenir les clients à jour en ce qui concerne les nouvelles réglementations. »

L’acquisition de UseWalter par Hopem ouvre de nouveaux horizons, indique M. Marcheterre.

« Environ 400 000 portes au Québec sont gérées par l’entremise de nos logiciels, révèle-t-il. Avant, notre influence s’arrêtait au niveau du gestionnaire immobilier. On est maintenant capables d’étendre notre influence jusqu’aux locataires. Un faible pourcentage d’entre eux a présentement accès à ce type de service qui brise l’anonymat et qui permet à un gestionnaire immobilier, souvent effacé, d’être au cœur de la vie de l’immeuble. Notre objectif, c’est de démocratiser ce type d’application en le rendant extrêmement accessible à tout le monde. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.