Des présidents condamnés

Donald Trump devait connaître sa peine aujourd’hui pour falsification de documents. Après la décision de la Cour suprême sur l’immunité présidentielle dans le cadre d’actes officiels, le juge a décidé de la reporter à septembre. Ailleurs dans le monde, des présidents ont été condamnés dans les dernières décennies, pour des gestes de diverses natures. Quelques exemples.

La Cour d’appel de Paris a confirmé en février la culpabilité de Nicolas Sarkozy pour dépassement du plafond légal des dépenses lors de sa campagne présidentielle infructueuse de 2012. Il a été condamné à un an de prison avec sursis. La Cour d’appel de Paris a aussi confirmé en 2023 une condamnation pour trafic d’influence et corruption, pour des faits survenus alors qu’il n’était plus président. Il a été condamné à trois ans de prison. L’homme de 69 ans conteste les décisions, qui ont été portées devant la Cour de cassation. En attendant, l’exécution des peines est suspendue. Il devrait aussi être jugé l’an prochain pour soupçons de financement libyen dans sa campagne de 2007.

L’ancien président israélien a été reconnu coupable de viols, d’actes indécents, de harcèlement sexuel et d’entraves à la justice et a pris le chemin de la prison en 2011. Alors président, le politicien s’était plaint au procureur général en 2006 d’une tentative de chantage d’une ancienne secrétaire l’accusant de viol. Après enquêtes et d’autres dénonciations, Moshe Katsav a été condamné pour des actes commis sur des subordonnées pendant qu’il était ministre du Tourisme et président. Tous les appels de l’homme de 78 ans ont échoué. Il a été condamné à sept ans de prison et en a purgé cinq.

L’ancien président du Honduras a été condamné en juin dernier à 45 ans de prison aux États-Unis. L’homme de 55 ans a été extradé sur le sol américain en 2022 et y était détenu dans une prison new-yorkaise depuis. Il a été reconnu coupable d’avoir participé au trafic de drogue et d’avoir protégé un réseau criminel responsable de l’exportation de cocaïne aux États-Unis entre 2004 et 2022. Les actes ont été commis alors qu’il était membre du Congrès, président du Congrès puis président du pays. M. Hernández clame son innocence et son avocat a indiqué qu’il ferait appel.

L’ex-présidente Cristina Kirchner a été jugée coupable d’« administration frauduleuse » au préjudice de l’État à la fin de 2022, alors qu’elle était toujours vice-présidente. Elle a été condamnée à six ans de prison et à l’interdiction à vie d’exercer un emploi public. Elle était accusée d’avoir attribué des marchés publics dans son fief politique entre 2003 et 2015. L’ancienne politicienne de 70 ans a dénoncé une « persécution politico-judiciaire » et interjeté appel. Les recours suspendent la mise en effet de sa peine. Ce n’était pas la première fois que Mme Kirchner était accusée depuis sa présidence, mais elle avait auparavant obtenu des non-lieux.

— Avec Le Monde et l’Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.