Immobilier Le tour du propriétaire

La dolce vita, dans une vieille maison neuve

Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d'exception, offerte sur le marché de la revente

En matière de maisons, il y en a qui ne jurent que par celles qui sont neuves. Pas de vécu, mais pas de problèmes non plus, espèrent-ils. Il y en a d’autres pour qui le charme des maisons anciennes vaut bien les petits soucis qui viennent avec. Notre maison de cette semaine, située à Saint-Eustache, offre le meilleur des deux mondes. Elle a vu le jour il y a plus de deux siècles, mais elle est neuve, pour ainsi dire.

« Ce qu’on voulait, c’est du vieux comme du neu », illustre Pierre Boulanger, propriétaire de cette maison au parcours particulier. Construite en 1803, elle est passée à travers les décennies, et même d’un siècle et trois quarts, jusqu’à ce qu’un incendie la terrasse, au milieu des années 1980. Le feu n’est cependant pas venu à bout de ses épais murs de pierres, qui sont restés debout comme de vaillants soldats.

Devant cet état de fait, le propriétaire de l’époque, fervent de vieilles maisons, a décidé de la rebâtir, comme dans le temps, avec des matériaux anciens. Par ici les poutres, les madriers et les planches faits d’un trait dans de gros arbres. Il paraît que le squelette de la maison est composé en bonne partie de bois récupéré dans la foulée de la démolition des usines Angus. Quoi qu’il en soit, dans sa nouvelle mouture, la maison a entrepris une autre tranche de vie, avant d’être revendue.

Chercher une maison ancienne

C’est en 2009 que M. Boulanger et sa conjointe, Anne Leduc, sont arrivés dans le décor. « On avait toujours eu des maisons neuves toute notre vie », raconte celui qui a lui-même été entrepreneur en construction, avant de devenir courtier immobilier.

« Mais quand on allait dans le Vieux-Montréal, à Saint-Sauveur ou ailleurs, dans les vieux quartiers, on aimait bien les maisons en pierre. On trouvait ça chaleureux. On s’est dit qu’on allait en chercher une pour l’habiter. »

— Pierre Boulanger, propriétaire

Et voilà, c’est ici, dans la montée Laurin, entre deux cabanes à sucre, un vignoble et une pépinière, qu’ils l’ont trouvée.

Le couple a été séduit par le cachet, la chaleur, l’espace et la solidité de la maison. En même temps, il réalisait que certains aspects ne convenaient plus vraiment à la vie d’aujourd’hui. Le manque d’armoires et de rangement était évident. La cuisine et les salles de bains n’étaient pas très fonctionnelles. Et puis, qui a besoin de quatre foyers en pierre dans sa demeure, aujourd’hui, alors qu’elle est chauffée à l’électricité ? Les nouveaux propriétaires ont donc entrepris de mettre la maison à leur main. Et pas question de faire les choses à moitié. « On a strippé au complet, on s’est accoté à l’ossature », résume M. Boulanger.

Projet d’envergure

C’était un gros projet, encore plus gros que ce que le couple envisageait. Car il y avait toujours ce souci de respecter l’esprit et le corps de la maison ancienne, de refaire comme ç’aurait été fait à l’époque. Et quand on prend ce chemin, il faut s’attendre à un parcours tortueux, et cher. Les matériaux ne se trouvent pas au magasin du coin, souligne M. Boulanger. C’est sur mesure, et les ouvriers capables de réaliser ces ouvrages ne courent pas les rues. Pour se donner une idée, l’escalier de meunier qui mène à l’étage des chambres, que M. Boulanger a fait faire, n’a ni colle, ni clous, ni vis. « Il tient avec trois pinnes de chaque côté, résume le propriétaire. Si tu les enlèves, l’escalier tombe en morceaux, comme dans le temps. »

Bien que solide, la maison présentait quelques incongruités. Elle était munie de fenêtres à battants, alors que ça n’existait pas dans le temps. Les nouveaux propriétaires les ont toutes changées pour des fenêtres en bois, à crémone, faites sur mesure, évidemment. Les portes donnant sur l’extérieur ont aussi été remplacées. « Avec du bois qu’on a essayé de trouver, pour qu’il ait plus de 100 ans, pour avoir la même teinte », précise M. Boulanger. Le souci du détail est allé jusque dans les plinthes. Il a fallu faire faire des couteaux spéciaux pour arriver à reproduire le motif original dans le bois, explique le propriétaire.

Les travaux à l’intérieur de la maison ont duré un an, et ce n’est qu’au bout de cette année que le couple a emménagé dans sa nouvelle « vieille » demeure. Mais le projet n’était pas fini pour autant. Au fil des années, les propriétaires ont allongé la maison, y ont ajouté une salle familiale largement fenêtrée, ont aménagé le terrain extérieur... Ils ont également fait construire un garage de quatre portes, avec un atelier à l’étage, qui fait la grandeur de la bâtisse. Bien qu’il soit neuf et moderne, le nouveau bâtiment s’intègre parfaitement à la propriété.

De pierres et de bois

Quand on visite la maison, on est séduits nous aussi par la chaleur qui s’en dégage et par son apparente solidité. Dans les anciennes maisons, on n’est pas trop étonnés de voir des planchers un peu croches. Mais ici, c’est droit et d’aplomb. Les planchers, faits de madriers de 12 po de large et de plus de 2 po d’épaisseur, constituent les plafonds du niveau du dessous. Les poutres, apparentes sur les trois étages, témoignent de la robustesse de l’ouvrage. Pour se guider dans le cadre des travaux, les propriétaires ont consulté des experts en maisons anciennes. M. Boulanger se souvient que l’un d’eux, un ingénieur, lui a dit que « si jamais il y avait une guerre, il viendrait se réfugier ici, dans cette maison ».

Maintenant qu’ils sont venus au bout de leur projet, les propriétaires veulent passer à autre chose, afin de se rapprocher de leur fille et de leurs quatre petits-enfants. Cette vénérable maison, faite de matériaux nobles et toute rénovée, fera certainement le bonheur de quelqu’un d’autre. M. Boulanger, courtier immobilier spécialisé en vente de propriétés à revenus et fondateur d’Immobloc, s’occupe lui-même de vendre sa propriété.

La propriété en bref

Prix demandé

1 290 000 $

Année de construction

1803

Évaluation municipale

635 000 $

Impôt foncier

4707 $

Taxe scolaire

601 $

Superficie du terrain

53 819 pi2 (200 pi x 272 pi)

Dimensions de la maison

65 pi x 32 pi (irrégulier)

Pièces

15 pièces, dont 3 chambres à l’étage, 1 bureau au rez-de-chaussée, 2 salles de bains, 2 foyers au bois et 1 foyer au gaz.

Courtier immobilier

Pierre Boulanger, Immobloc

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.