Testé HP Spectre x360 2-en-1

Attention, poids lourd

Si on oublie son poids anormalement élevé, le HP Spectre x360 s’impose comme un des ordinateurs portables deux-en-un les plus complets, à un prix intéressant.

On aime

Comme son nom interminable l’indique, l’ordinateur portable HP Spectre x360 2-en-1 14-ef0008ca est un appareil deux-en-un, une tablette capable de se transformer en ordinateur complet avec clavier. Le concept est connu, Samsung, Acer, Microsoft et Dell l’ont notamment exploité. Complètement plié, il devient une tablette Windows avec écran tactile compatible avec le stylet inclus. En V inversé, il offre un support à son écran de 13,5 po pour le visionnement de vidéos. Mais oubliez les vidéoconférences dans cette configuration, sa caméra avant de 5 MP se trouvant alors en bas de l’écran.

Ce qui frappe d’entrée de jeu quand on compare le HP Spectre x360 à ses concurents, c’est la générosité des spécifications pour un prix sensiblement équivalent. Ici, pour le modèle que vous avons testé à 1799,99 $, on a un processeur Intel Core i5 de 12e génération, avec un disque dur SSD de 1 To et 16 Go de RAM.

Le disque dur atteint une vitesse maximale jamais obtenue dans nos tests avec le logiciel Flashbench, soit 3609 Mo/s en écriture et 3800 Mo/s en lecture. Pour donner un point de comparaison, notre champion en titre était jusqu’à présent le Samsung Galaxy Book2 Pro 360, qui atteignait des vitesses de 2485 Mo/s et 1705 Mo/s.

Quant aux capacités de son processeur à 10 cœurs, elles font figure honorable dans nos tests d’étalonnage Geekbench 5, dans la bonne moyenne sans être dominantes.

Sa carte graphique Iris Xe n’est pas capable, sans grande surprise, de faire rouler de gros jeux vidéo ou du montage vidéo exigeant. Pour le travail au quotidien, la gestion de photos et les vidéos, par contre, elle offre une puissance suffisante, sans coupures.

Côté connectivité, on dispose d’un port USB-A et de deux ports Thunderbolt 4. On a en outre un lecteur de cartes microSD et une prise combinée casque-microphone.

L’autonomie de la pile de 66 Wh est nettement au-dessus de la moyenne, avec une capacité de lecteur vidéo atteignant aisément les 20 heures. Elle est amplement suffisante pour tenir toute une journée de travail, avec une fonction de charge rapide qui lui redonne 50 % de son jus en 45 minutes.

Pour le déverrouillage, on dispose de la reconnaissance faciale, trop rare dans les ordinateurs portables qui ne sont pas de Microsoft, et d’un lecteur d’empreintes digitales situé tout au bas du clavier.

L’écran de 1920 x 1280 n’a pas l’éclat marquant des écrans OLED, mais il a un bon rendu, avec une luminosité de 400 nits et des bordures très discrètes. Mentionnons ici un des petits ajouts bien pensés de HP : on peut placer au centre de l’écran un cercle lumineux, de la couleur de son choix, qui éclairera votre visage pendant une vidéoconférence.

Enfin, la coque est en polymère ayant l’apparence de l’aluminium, ce qui donne un beau look à cette machine.

On aime moins

Dûment pesé, le HP Spectre x360 fait 1,4 kg, soit 400 g de plus que son concurrent de Samsung. Trop lourd pour une utilisation régulière comme tablette.

Comme nous le soulignons chaque fois pour ce concept, l’utilité d’une tablette Windows, un système d’exploitation moins adapté à cet usage qu’Android et iPadOS, ne nous semble pas convaincante.

Quand on a des haut-parleurs quadriphoniques Bang & Olufsen, on s’attend à être impressionné. Or notre HP Spectre x360 sonne moins bien qu’un MacBook Air, et n’est pas du tout de taille devant les haut-parleurs externes de notre moniteur.

On achète ?

La clé ici, c’est d’accepter de payer quelques centaines de dollars de plus pour disposer d’un écran tactile avec stylet, intégré à un ordinateur portable qui se transforme en tablette. Si cet usage fait partie de vos besoins, que vous vous promenez avec votre ordinateur portable, le HP Spectre x360 2-en-1 14-ef0008ca a des spécifications techniques respectables qui en font un bon achat.

Inutile d’aller dans cette direction si vous ne cherchez qu’un ordinateur à la maison ou sur votre bureau, il existe des modèles bien moins coûteux et aussi bien équipés.

Ordinateur portable HP Spectre x360 2-en-1 14-ef0008ca

Fabricant : HP

Prix : 1799,99 $

Note : 4 sur 5

Techno

Clins d’œil technologiques

Starbucks

Lancée en 2015 au Canada, l’application de paiement mobile de Starbucks est rapidement devenue la plus populaire, utilisée par 42 % des « payeurs mobiles », rapportait La Presse en 2016. Elle n’a été offerte au Québec en français que le 13 septembre dernier. Très dense, elle n’est pas la plus jolie des applications, mais on peut y commander et payer plus de 132 cafés et thés, avec « 170 000 façons de personnaliser les boissons », et 54 aliments dans 70 Starbucks participants, repérables par géolocalisation. Pourquoi sept ans d’attente ? « La priorité a été accordée à d’autres services pratiques pour nos clients, comme la livraison et le service au volant », répond sobrement par courriel Loïc Lebrat, directeur régional des opérations chez Starbucks Canada.

iMessage

Une des fonctions clés du nouveau système d’exploitation pour iPhone lancé lundi, iOS 16, est la possibilité d’éditer ou d’effacer les textos dans iMessage, dans des délais respectifs de 15 et 2 minutes. Mais il y a de nombreuses nuances, avons-nous constaté. Entre iPhone sur lesquels iOS 16 a été installé, aucun problème : celui qui reçoit les textos les voit se transformer ou s’effacer, avec une note indiquant qu’il y a eu changement. Si votre destinataire n’a pas iOS 16, il verra les deux textos, l’original et le modifié, et ils ne s’effaceront pas. L’envoi sur un téléphone Android n’est pas modifiable. Bref, n’espérez pas que cette fonction vous sauvera de la catastrophe à coup sûr.

Assassin’s Creed Mirage

Il faudra attendre 2023, près de trois ans après le dernier épisode, pour le prochain Assassin’s Creed, Mirage. Et contrairement aux dernières œuvres, ce n’est pas Québec ou Montréal qui en est le chef d’orchestre, mais Bordeaux. Le scénario est alléchant, avec un retour aux sources de l’assassin qui a permis à Ubisoft de vendre 200 millions d’exemplaires, avec lequel on se retrouve dans le Bagdad du IXsiècle. Ubisoft n’a pas fait une croix sur les épisodes classiques pour les remplacer, comme certains l’ont craint, par des « univers persistants » : Ubisoft Québec prépare ainsi un opus se déroulant dans le Japon féodal et Montréal prendra le relais, avec un jeu dont le nom de travail est « Codename HEXE ».

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.