À la carte

En vedette

Romies succède à Boris Bistro

Ne serait-ce que pour sa spacieuse terrasse sous les arbres, il fallait que des restaurateurs reprennent le flambeau du Boris Bistro, qui a fermé ses portes après 22 ans de loyaux services dans le Vieux-Montréal. Deux ans plus tard, voici Romies.

Les idéateurs de ce projet sont Raegan Steinberg et Alex Cohen, le couple propriétaire d’Arthurs Nosh Bar, chaleureux casse-croûte de Saint-Henri. Le menu du Romies est de type bistro américain. Pensez bœuf sous toutes ses formes (burger, tartare, filet mignon), mais aussi cocktail de crevettes, plat de palourdes, poisson grillé au charbon et les incontournables burgers et côtes levées. Et pensez plats individuels, ce qui plaira à bien des gens jamais comblés par les plats à partager !

« Un Bâton Rouge haut de gamme », ne pourrait mieux dire Raegan Steinberg pour décrire son restaurant, ce qui vaut aussi pour le décor signé Annika Krausz (Larry’s, Sparrow) où la couleur sang de bœuf domine avec des matériaux de bois et de cuir, et de grandes tables rondes pouvant réunir des familles.

Les rénovations ont pris du temps à l’intérieur pour complètement réaménager les lieux. « Nous voulions que ce soit cozy pendant la saison froide et que les gens ne parlent pas juste du restaurant pour sa belle terrasse », fait valoir Raegan. Le couple s'est associé avec A5 Hospitality pour ce projet.

Le chef Alex Cohen poursuit dans la cuisine réconfortante aux élans nostalgiques, souligne sa femme avec qui il a travaillé chez Joe Beef et avec qui il a deux enfants (sans oublier un comptoir Arthurs au Cathcart). La recette de l’omelette espagnole parmi les entrées est celle de sa mère.

Le menu du Romies comportera des classiques, mais aussi des plats de saison à la carte, signale Raegan. C’est un beau terrain de jeu d’avoir un bistro américain dans le Vieux-Montréal, où on trouve beaucoup de restaurants français.

En cuisine, Alex Cohen est notamment épaulé par Nicholas Giambattisto et de la pâtissière Leigh Roper – avec qui le couple a d'ailleurs travaillé au Joe Beef, il y a 20 ans. Melissa Wood complète l'équipe en cuisine, alors que Léa Viens alimente quant à elle la carte des vins en intégrant de petits producteurs à des vignobles bien établis.

Enfin, sachez que le maître d’hôtel Franck Roche, en fier Marseillais d’origine, compte aménager des allées de pétanque sur la terrasse. Ça promet, surtout que Romies ouvrira éventuellement pour le dîner !

465, rue McGill, Montréal

— Émilie Côté, La Presse

Nouveauté

Mlle Rosa, petite sœur d’India Rosa

Amateurs de cocktails sophistiqués, originaux et bien tricotés, voici Mlle Rosa : petite sœur et voisine du réputé India Rosa, pour des 5 à 7 qui s’étirent ou encore pour allonger vos soirées (arrosées, il va sans dire !). Ouvert il y a un mois sur l’avenue du Mont-Royal, en face du Rouge Gorge, ce énième projet de la famille Sandhu (qui vient en outre d’ouvrir le Guru, un bistro indien, rue Saint-Denis), se veut avant tout un bar. Dans un vaste décor aux airs de jardin intérieur, on vient siroter des créations originales du gérant et mixologue Kevin Ramos. Mention spéciale aux cocktails signatures au thé au jasmin (notamment ce « Rêve de Jasmine », à base de whisky japonais, de chartreuse et d’amaretto, servi comme un thé, lequel dégage une vapeur impressionnante au service). La carte à boire est généreuse, créative et bien garnie. Elle fait carrément voyager.

Pour accompagner le tout, le menu à grignoter, conçu par le chef d’India Rosa, propose quant à lui plusieurs tapas inédits à partager, toujours sur une note indienne (mais pas que) : ceviche de fruits de mer (aux grains de cumin rôtis), salade d’été à l’ancienne (aux pistaches), kofta (boulettes de légumes) à la délicieuse sauce au beurre d’India Rosa, sans oublier, notre coup de cœur, les fameux dahi puri, ces délicates coquilles farcies de pois chiches. Également, à se mettre sous la dent : calmars frits, côtelettes d’agneau et la prise du jour, un poisson légèrement poêlé. Ce n’est pas donné, mais c’est sans contredit original, et les assiettes sont aussi très travaillées : les petits appétits s’en tireront à une trentaine de dollars par personne, cocktails en sus (à partir de 14 $). À noter : la terrasse est ici réservée à la grande sœur, le restaurant India Rosa ; pour Mlle Rosa, c’est à l’intérieur que ça se passe.

À partir de 16 h tous les jours. DJ les week-ends.

1233, avenue du Mont-Royal Est, Montréal

— Silvia Galipeau, La Presse

Sur la route

Vins d’ici et d’ailleurs à Bromont

Le Roux buvette et caviste crée cette année le Festival des vins de Bromont, avec Élyse Lambert, Master Sommelier, comme porte-parole. Tenu sur deux jours, les samedi et dimanche 13 et 14 juillet, l’évènement mariera vignerons (Clos des cigales, Vignoble de la Bauge, Val Caudalies, Vignoble de l’Ardennais, etc.) et d’autres producteurs de chez nous (cidrerie Autour de la pomme, brasserie West Shefford, Ferme Cavendale, etc.) à des agences qui représentent des vignobles d’ailleurs, comme La Qv, Vinealis, Maître de chai, Les frères Spirit, Fluide et bien d’autres. Ça se passe entre 11 h et 16 h. Les mollusques de l’entreprise Huîtres de l’Estrie seront également en dégustation. À manger, il y aura aussi un petit menu façon « cuisine de rue » préparé sur barbecue pendant les heures du festival. Le menu habituel de l’établissement Le Roux sera offert à compter de 18 h pour ceux et celles qui voudraient rester. L’entrée à l’évènement coûte 5 $, mais elle est gratuite à l’achat de plus de 40 $ de coupons de dégustation. Ceux-ci pourront être achetés directement sur place. Aucune réservation n’est nécessaire.

— Ève Dumas, La Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.