Notre couleur préférée… ne révèle rien sur nous

Aimez-vous le rouge ? Le bleu ? Depuis des décennies, on entend que nos préférences en matière de couleurs révèlent notre personnalité. Une affirmation inexacte, dit une nouvelle étude.

C’est l’un des jeux classiques de nombreux magazines : nous révéler ce que notre couleur favorite dit de notre personnalité, ou quel effet telle ou telle couleur peut avoir sur notre bien-être. Une nouvelle étude vient discréditer cette approche. « Chacun peut trouver un peu de lui-même dans les descriptions liées à ses couleurs préférées, alors les affirmations peuvent sembler plus véridiques qu’elles ne le sont en réalité », explique Domicele Jonauskaite, chercheuse senior à la faculté de psychologie de l’Université de Vienne et coauteure de l’étude intitulée « What does your favourite colour say about your personality ? Not much » (« Que dit votre couleur préférée sur votre personnalité ? Pas grand-chose»),  publiée dans le plus récent numéro de la revue Personality Science. La Presse l’a interviewée.

D’où est venue l’idée de faire cette étude ?

Les médias font souvent des affirmations sur la façon dont les couleurs affectent le bien-être, les émotions ou l’humeur d’une personne. Ces affirmations sur les « effets » des couleurs sont censées aider les gens à choisir la meilleure couleur pour leur environnement, leurs vêtements ou le logo d’une marque… L’une de ces affirmations concerne la croyance selon laquelle nos préférences en matière de couleurs révèlent notre personnalité. Par exemple, les personnes qui aiment les couleurs chaudes sont souvent considérées comme plus extraverties. Mais les psychologues de la personnalité n’ont pas de « test de la couleur préférée » dans leur répertoire. Nous avons testé ce type d’affirmations auprès de 323 participants francophones en Suisse pour voir si des tendances générales émergeaient.

Avez-vous été surpris de constater qu’il n’existait aucun lien entre les préférences en matière de couleurs et la personnalité ?

Pour être honnête, non. Nous n’avons pas été très surpris. Tout d’abord, de nombreuses affirmations présentées dans les médias sont très générales et s’appliquent donc à beaucoup de gens. Les traits de personnalité mentionnés sont souvent vagues, et le même trait de personnalité est mentionné pour plusieurs couleurs différentes. Si nous comparons les personnes qui aiment une couleur à toutes les autres personnes, il est peu probable que la couleur permette de différencier ces groupes. Chacun peut trouver un peu de lui-même dans les descriptions de ses couleurs préférées, donc les affirmations peuvent sembler plus véridiques qu’elles ne le sont en réalité. Nous n’avons pas trouvé de traits spécifiques en fonction des couleurs préférées des gens, par exemple des traits propres au groupe des « amoureux du rouge ».

Inversement, nous pouvons songer à ce qui se passerait si nos préférences en matière de couleurs changeaient au fil du temps – est-ce que notre personnalité changerait elle aussi ? Les recherches montrent par ailleurs que les gens aiment plusieurs couleurs différentes, le bleu et le rouge étant deux des couleurs les plus populaires. Si ces liens avec la personnalité étaient vrais, que dirait-on d’une personne qui aime à la fois le bleu et le rouge ? Aurait-elle une personnalité « chaude » et « froide » à la fois ?

Quand on pense au rouge, on pense à l’énergie et à l’action. Lorsqu’on pense au beige ou au brun, on pense à quelque chose d’ennuyeux ou de peu remarquable. Nous pouvons donc penser à ces choses, mais elles ne se traduisent pas en traits de personnalité, n’est-ce pas ?

C’est exact. Des études réalisées dans 30 pays montrent des associations cohérentes entre les couleurs et les émotions, quel que soit le milieu culturel des répondants. Ces associations sont stables, peu importe la manière dont la couleur est présentée – sous forme de mot ou d’échantillon de couleur. Par exemple, le rouge est systématiquement associé à des émotions puissantes, tant positives que négatives – amour, passion, colère, haine, pour n’en citer que quelques-unes. Mais il n’y a aucune raison de croire que ces significations affectives abstraites des couleurs se traduisent dans la personnalité des personnes qui aiment ces couleurs. Si la plupart des gens sont conscients des mêmes significations abstraites, alors ces significations sont une forme de connaissance culturelle. Nous pouvons aimer ou ne pas aimer des couleurs pour diverses raisons sans les relier à notre personnalité.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.