Mobilité durable : mieux se déplacer pour moins polluer

Au Québec — comme partout en Occident —, le transport routier demeure la plus importante source d’émissions de gaz à effet de serre. Pourtant, plusieurs modes de déplacement plus respectueux de l’environnement existent pour limiter notre impact sur la planète. En voici un aperçu.

Les transports actifs

Les transports actifs ont un impact positif sur l’environnement, car ils offrent des avantages tels une réduction importante des polluants atmosphériques et des émissions de gaz à effet de serre (GES). Ceux-ci comprennent tous les déplacements qui entraînent un effort musculaire, qu’ils soient effectués à pied, à vélo, en courant ou en patin à roues alignées. Comme la très grande majorité des déplacements urbains font moins de cinq kilomètres, les solutions de mobilité active se révèlent le plus souvent les plus rapides, les plus simples et les moins chères. Par ailleurs, les déplacements actifs comportent plusieurs bienfaits pour la santé, tant physique que mentale, qui s’avèrent fort intéressants.

Les transports collectifs

Les transports en commun ou collectifs — comme l’autobus, le métro, le train et le tramway — constituent la pierre angulaire de la mobilité urbaine. Ceux-ci se veulent en effet une option de rechange intéressante à l’autosolo dans les déplacements quotidiens. Ils représentent une solution durable qui permet de concilier les besoins de déplacement et la limitation de la pollution atmosphérique, ce qui s’avère bénéfique pour l’environnement. Les émissions polluantes se révèlent au moins 3,6 fois moins importantes en transport en commun qu’en transport automobile. Par exemple, un autobus standard peut transporter jusqu’à 65 passagers et un autobus articulé, environ 105, ce qui contribue à une diminution du volume d’automobiles en circulation.

Le covoiturage

Le covoiturage fait partie des multiples alternatives à l’autosolo. Cette solution de mobilité durable fait appel à l’utilisation de l’automobile, mais dans un mode partagé. Elle permet ainsi aux personnes habitant dans le même secteur de se regrouper pour effectuer le trajet vers le lieu de travail dans un seul véhicule. Elle permet donc d’optimiser l’utilisation des automobiles et, de ce fait, de réduire les émissions de GES. Cette option est d’autant plus importante que le nombre moyen d’occupants par automobile est de 1,2 personne en période de pointe du matin à Montréal. Or, si les places inoccupées dans ces véhicules trouvaient preneurs, cela permettrait une réduction substantielle des émissions de GES.

L’autopartage

L’autopartage permet de diminuer le recours à l’autosolo et ses impacts sur l’environnement. Ce système permet en effet de remplacer la possession d’une automobile par un accès à celle-ci, partagée en propriété collective. Ainsi, plutôt que de disposer d’une voiture personnelle qui reste en grande partie stationnée à la maison, l’utilisateur du service d’autopartage dispose d’une automobile pour laquelle il paie un coût d’utilisation correspondant uniquement à la durée de son besoin. La flotte de voitures est donc partagée entre les membres. Cette option permet de bénéficier des avantages de la voiture sans devoir en posséder une et de réduire le besoin d’espace dédié au stationnement dans nos villes.

Les véhicules électriques

Lorsque la voiture est nécessaire, l’utilisation d’un véhicule électrique se révèle une autre option de mobilité durable. Bien que le développement maximal des réseaux de transport en commun et la facilitation du transport actif soient fondamentaux, l’utilisation d’une voiture électrique demeure en effet avantageuse par rapport à un véhicule à essence. L’avantage de ce type de voiture est cette non-émission locale de polluants atmosphériques, notamment de GES. D’ailleurs, la transition vers le véhicule électrique s’accélère un peu partout dans le monde à mesure que les prix baissent, que les batteries deviennent plus performantes et que les réseaux de recharge publics s’étendent. Au pays, le Québec joue le rôle de chef de file en matière d'électrification des transports.

La mobilité durable constitue un élément central et incontournable de la lutte contre les changements climatiques.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.