L’investisseur avisé

Un autre acheteur chez Stingray

Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar.

Un autre membre du conseil d’administration de Stingray vient d’acheter des actions du fournisseur montréalais de services musicaux.

Cette fois, les transactions d’achat sont d’une valeur approximative de 400 000 $.

Robert Steele a acheté un total de 74 600 actions de Stingray au cours des séances du 9 et du 12 septembre.

***

Le plus important actionnaire de Guru vient d’acheter plus de 200 000 $ en actions de l’entreprise montréalaise de boissons énergisantes biologiques. Éric Graveline a acheté jeudi un bloc de 40 000 actions au prix unitaire de 5,18 $. Il est membre du conseil d’administration.

***

L’entreprise montréalaise Haivision a perdu deux recommandations d’achat en milieu de semaine. Les firmes Canaccord et Acumen Capital ont retiré leur appui après avoir pris connaissance de la plus récente performance financière trimestrielle du fournisseur de solutions pour la diffusion vidéo en continu.

Si l’analyste de Canaccord cite notamment le manque d’appétit des investisseurs pour les titres de petite capitalisation, son collègue chez Acumen dit préférer se placer sur les lignes de touche tant que Haivision ne démontrera pas qu’elle peut générer à nouveau une croissance des revenus et des marges au même niveau que par le passé.

***

Cascades a gagné la confiance de RBC cette semaine. L’analyste Paul Quinn recommande depuis mardi l’achat de l’action de la papetière québécoise. Ce spécialiste s’attend à ce que le coût moins élevé de certains intrants ait un effet positif sur la rentabilité malgré la faiblesse de la demande pour le carton-caisse.

***

L’action du détaillant montréalais DavidsTea est repassée sous la barre de 1 $ US vendredi au NASDAQ. Le titre avait glissé sous ce seuil au début de la pandémie, mais avait remonté à plus de 5 $ US l’année dernière. Le cours actuel donne une valeur boursière de 26 millions US à l’entreprise.

***

Les investisseurs semblent désormais prendre au sérieux la résolution des banques centrales à poursuivre une politique monétaire restrictive, souligne le gestionnaire d’actifs Mirabaud dans sa lettre financière mensuelle publiée cette semaine.

« Dans ces conditions, nous maintenons l’exposition défensive de nos portefeuilles actions. Une sous-exposition au marché des actions nous semble toujours justifiée compte tenu du discours plus restrictif des banquiers centraux et de la dégradation des fondamentaux économiques depuis juin. »

***

L’entreprise montréalaise Guru a perdu près du quart de sa valeur boursière mercredi après avoir dévoilé ses résultats trimestriels. Les expéditions sont en hausse de 14 %, mais c’est la première fois depuis son entrée en Bourse que Guru affiche une baisse de revenus sur un an. Guru vend ses boissons moins chères à Pepsi parce que ce nouveau distributeur lui rend des services que les distributeurs précédents ne lui offraient pas (marchandisage, gestion de comptes, etc.).

L’analyste Martin Landry, de la firme Stifel GMP, a retiré sa recommandation d’achat en milieu de semaine en soulignant notamment que la hausse de 14 % des expéditions était inférieure aux attentes et que la pénurie de main-d’œuvre avait un impact. Cet expert estime que Guru est maintenant évaluée de façon « juste ».

Il note aussi que dans le contexte actuel, les investisseurs délaissent les titres de croissance ou d’entreprises non rentables, ce qui défavorise Guru.

***

Les titres québécois de Haivision, Guru, CAE, Cogeco, Lion, Velan et BCE ont tous atteint cette semaine un nouveau plancher des 52 dernières semaines à la Bourse de Toronto. À l’inverse, Saputo a touché cette semaine son plus haut niveau des 52 dernières semaines.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.