Irak

7000

Nombre d’incendies recensés de janvier à mars par le ministère de l’Intérieur du pays. Installations électriques vétustes, générateurs exposés en plein soleil, branchements sauvages, passe-droits pour éviter les inspections : en Irak, les étincelles pouvant causer des incendies sont nombreuses et les pertes, humaines et matérielles, souvent lourdes. (AFP)

Tirs sur un éléphant au Botswana

Le patron de la National Rifle Association dans la tourmente

Déjà dans la tourmente en raison de problèmes judiciaires, le patron du puissant lobby proarmes américain NRA, Wayne LaPierre, est dans l’embarras depuis la diffusion d’une vidéo où on le voit tirer maladroitement sur un éléphant au Botswana, portant un nouveau coup à sa réputation. Les images, tournées dans le cadre d’un documentaire parrainé par la National Rifle Association (NRA), datent de 2013 et ont été déterrées par les médias The Trace et The New Yorker. La série n’a jamais été diffusée, le lobby s’inquiétant d’un possible « fiasco en termes de relations publiques », selon le New Yorker. Voilà comment « Wayne LaPierre parvient à s’aliéner à la fois les chasseurs et les propriétaires d’armes parce que non seulement c’est inhumain, mais il est en plus un très mauvais tireur », a réagi Shannon Watts, fondatrice de Moms Demand Action, une organisation qui lutte contre la prolifération des armes aux États-Unis. « C’est ignoble de voir l’abattage brutal et maladroit par LaPierre de cette magnifique créature. Aucun animal ne devrait souffrir ainsi », a renchéri Tanya Sanerib, du Centre pour la diversité biologique, dans un communiqué.

— Agence France-Presse

Royaume-Uni

La rénovation de l’appartement de Boris Johnson visée par une enquête

Sous un feu croissant d’attaques sur son intégrité à quelques jours des élections locales du 6 mai, le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, a vu la pression monter mercredi avec l’ouverture d’une enquête sur le financement de la rénovation de l’appartement qu’il occupe à Downing Street. Le coût des travaux de rénovation de l’appartement que M. Johnson occupe au 11 Downing Street – plus spacieux que le 10, siège de sa résidence officielle – a atteint 200 000 livres (345 000 $) selon des médias, soit bien plus que les 30 000 livres couverts par les fonds publics. La Commission électorale, régulatrice des comptes des partis politiques, a annoncé l’ouverture d’une enquête, se disant « convaincue qu’il existe des motifs raisonnables de soupçonner qu’une ou plusieurs infractions ont pu se produire ». Le premier ministre s’en est vivement défendu. « J’ai payé personnellement la rénovation de Downing Street », a-t-il affirmé lors d'un échange houleux avec le leader de l’opposition. Le dirigeant conservateur a cependant évité de dire s’il avait ou non bénéficié d’un prêt ou don initial qu’il avait ensuite remboursé pour financer cette coûteuse rénovation, comme l’affirment des médias.

— Agence France-Presse

Étude

De l’Himalaya à l’Arctique, la fonte des glaciers s’accélère

Provoquée par le réchauffement climatique, la fonte des glaciers de la planète s’est encore accélérée ces 20 dernières années, contribuant désormais à plus de 20 % de la hausse du niveau de la mer, selon une étude publiée mercredi. Alors que la Terre a déjà gagné plus de 1 °C depuis le début de l’ère pré-industrielle, les glaciers – de l’Himalaya aux Andes en passant par les Alpes – ont perdu 267 milliards de tonnes de glace en moyenne par an entre 2000 et 2019, selon l’étude de l’université ETH de Zurich et de l’université de Toulouse. Et la fonte s’est largement accélérée : d’une moyenne de 227 milliards de tonnes par an entre 2000 et 2004 à une moyenne de 298 milliards de tonnes par an entre 2015 et 2019. Les glaciers de l’Alaska, des Alpes et d’Islande font partie de ceux qui ont rétréci le plus vite. Les conclusions générales de l’étude, publiée dans Nature, sont en phase avec celles des experts climat de l’ONU, notamment concernant l’impact sur la hausse du niveau de la mer. Cette fonte a contribué à 21 % de cette élévation depuis le début du siècle, soit 0,74 mm par an, selon l’étude.

— Agence France-Presse

France

Macron présentera son plan pour le déconfinement

Le président Emmanuel Macron présentera vendredi « les perspectives » de « sortie progressive » des mesures de restrictions contre la COVID-19 en France, une tâche rendue complexe par une troisième vague qui tarde à refluer franchement. Cette levée des restrictions « sera progressive à mesure que la campagne de vaccination se déploie », a souligné le premier ministre Jean Castex, alors qu’Emmanuel Macron avait déjà précisé lundi qu’elle se ferait « tout doucement » à « partir du début du mois de mai ». Pour l’heure, restaurants et bars, lieux culturels comme les théâtres et les cinémas, salles de sport et commerces jugés non essentiels sont fermés sur tout le territoire. Les écoles primaires ont rouvert lundi. La semaine prochaine, ce devrait être au tour des collèges et des lycées. L’interdiction des déplacements entre régions et les limites à 10 ou 30 km seront levées. On compte actuellement en France environ 30 000 cas positifs par jour en moyenne et près de 6000 personnes toujours hospitalisés. Mercredi, 324 nouveaux décès ont été comptabilisés dans les hôpitaux.

— Agence France-Presse

Irlande du Nord

Victime du Brexit, la première ministre jette l’éponge

Victime des tensions créées par le Brexit en Irlande du Nord, la cheffe du gouvernement local, l’unioniste Arlene Foster, a annoncé mercredi sa démission, ouvrant une période d’incertitude politique dans la province britannique. Visée par une fronde au sein de son parti, elle a annoncé qu’elle en quitterait la direction à la fin mai, puis qu’elle quitterait son poste de chef du gouvernement local à la fin juin. Après avoir bloqué pendant longtemps les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, Arlene Foster n’avait pas réussi à empêcher l’instauration d’une frontière douanière entre l’Irlande du Nord et l’île de Grande-Bretagne, qui a créé un sentiment de trahison au sein des partisans de l’appartenance au Royaume-Uni et provoqué de violentes émeutes début avril. Le ministre du gouvernement britannique chargé de l’Irlande du Nord, Brandon Lewis, a salué sur Twitter une élue « vraiment dévouée ». Quant au premier ministre britannique Boris Johnson, il a remercié son « dévouement envers le peuple d’Irlande du Nord pendant de nombreuses années ».

— Agence France-Presse

Syrie

L’Occident rejette à l’avance le résultat de la présidentielle

Les membres occidentaux du Conseil de sécurité de l’ONU, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni en tête, ont rejeté mercredi à l’avance le résultat de l’élection présidentielle du 26 mai en Syrie, la Russie s’offusquant de cette position. « La France ne reconnaîtra aucune validité aux élections prévues par le régime fin mai », a asséné l’ambassadeur français à l’ONU lors d’une session mensuelle du Conseil de sécurité sur la Syrie. Son homologue américaine a affiché une ligne semblable. « L’échec à adopter une nouvelle Constitution est la preuve que la soi-disant élection du 26 mai sera une imposture », a-t-elle dit. Leur homologue russe a dénoncé des « ingérences inadmissibles dans les affaires intérieures de la Syrie ». La présidentielle du 26 mai, dont le résultat semble acquis au président Bachar al-Assad – au pouvoir depuis deux décennies –, intervient dans un contexte d’effondrement économique. Ce scrutin est le deuxième organisé depuis le début en 2011 d’un conflit dévastateur qui a fait plus de 388 000 morts et déplacé plus de la moitié de la population syrienne.

— Agence France-Presse

Mort de Michael Collins

Un « véritable pionnier » s’éteint à 90 ans

Qualifié de « véritable pionnier » par la NASA, l’astronaute américain Michael Collins, qui fut notamment membre d’Apollo 11 – la toute première mission habitée vers la Lune –, est mort mercredi à l’âge de 90 ans. Il souffrait d’un cancer.

Connu et réputé dans le milieu pour sa grande expertise, M. Collins avait notamment été pilote du module de commande et de service d’Apollo 11, qui avait d’ailleurs été construit sur la Rive-Sud de Montréal, plus précisément à Longueuil, par l’entreprise Héroux Machine Parts Limited, depuis renommée Héroux-Devtek.

« Mon cher Mike, où que tu sois, tu auras toujours la flamme pour nous porter avec adresse vers de nouveaux cieux et vers le futur. Tu nous manqueras. Puisses-tu reposer en paix », a d’ailleurs écrit sur Twitter son ancien acolyte, le DBuzz Aldrin, maintenant dernier membre encore vivant de la mission Apollo 11.

Pour la petite histoire, rappelons que c’est Michael Collins qui était resté en orbite pendant que ses confrères de mission, Neil Armstrong et Buzz Aldrin, devenaient les premiers hommes à marcher sur la Lune.

Du haut de ses 90 ans, M. Collins était néanmoins demeuré ces dernières années le plus actif des vétérans d’Apollo, et le plus poétique lorsqu’il évoquait ses souvenirs de la Lune. « Quand nous sommes partis et l’avons vue, oh, quelle sphère imposante », avait-il raconté en 2019 à Washington. « Le Soleil était derrière elle, donc elle était illuminée d’un cercle doré qui rendait les cratères vraiment étranges, en raison du contraste entre le plus blanc des blancs, et le plus noir des noirs. »

La National Aeronautics and Space Administration (NASA) n’a d’ailleurs pas tardé à saluer « un véritable pionnier et un défenseur pour la vie de l’exploration », dans un communiqué de presse diffusé mercredi.

« Certains l’appelaient l’homme le plus seul de l’Histoire. Pendant que ses collègues marchaient sur la Lune pour la première fois, il aidait notre nation à franchir un jalon crucial », a ajouté l’agence spatiale américaine, en offrant ses plus sincères condoléances aux proches et à la famille du défunt.

Né le 31 octobre 1930 à Rome, d’un père diplomate, Michael Collins s’est d’abord formé à l’académie militaire de West Point, pour ensuite devenir pilote de chasse, puis d’essai pour l’US Air Force. C’est en 1963 qu’il a rejoint la NASA, deux ans après le défi lancé par le président John F. Kennedy de voir un Américain marcher sur la Lune avant la fin de la décennie.

Puis, après avoir effectué plusieurs sorties dans l’espace, notamment aux commandes de Gemini 10 en 1966, il a finalement été choisi pour participer à la première mission habitée vers la Lune.

— Henri Ouellette-Vézina, La Presse, avec l’Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.