Jeux olympiques de Tokyo

Circuit gourmand aux saveurs nippones

Plus que quelques jours avant le début des Jeux olympiques de Tokyo. Pour l’occasion, voici six suggestions gourmandes authentiques pour apporter le Japon à vous, sans sortir de Montréal.

L’expérience omakase d’Okeya Kiujiro pour un dépaysement garanti

Le terme japonais « omakase » signifie « carte blanche ». Dans ce type de restaurant, il n’y a qu’un seul menu, création du chef sushi. Il suffit de s’asseoir, de se laisser impressionner par les techniques déployées devant nos yeux – dont l’art du sasagiri, qui consiste à créer des formes sur une feuille de bambou avec un couteau bien affûté – et de déguster les mets d’une finesse remarquable déposés devant nous. C’est exactement à ce genre d’expérience que vous aurez droit chez Okeya Kiujiro, nouvel omakase du centre-ville, qui se targue d’être le premier du genre à Montréal. Exploité en formule « à emporter » depuis janvier, l’endroit a finalement ouvert ses portes au début de juillet pour proposer cette expérience authentique qui vous transportera directement à Tokyo avec ses nombreux nigiri et autres petits plats comme une délicate morue marinée au miso, du thon bonite fumé aux pailles, du homard tempura à la texture aérienne ou du bœuf Wagyu de Kagoshima légèrement saisi. Le tout servi avec vaisselle et ustensiles authentiques nippons. Petit conseil : arrivez l’estomac vide, car le menu dégustation, offert à 200 $ par personne, compte une vingtaine de petits plats préparés directement devant vous par le chef-propriétaire, Takuya Matsuda, et son équipe dévouée. Le restaurant peut accueillir seulement 10 personnes autour du bar, et on est bouche bée en admirant la chorégraphie réglée au quart de tour effectuée par l’équipe. Notons que l’endroit attend toujours son permis d’alcool, mais dès qu’il l’obtiendra, une carte de sakés de la sommelière Kuniko Fujita s’ajoutera à l’offre.

1227, rue de la Montagne

Manger façon kakuuchi chez Ôkini

Au Japon, nous explique Ped Phimphrakeo, copropriétaire chez Jun I et Ôkini, les kakuuchi désignent un type de dépanneurs où se rendent les travailleurs après leur journée de boulot écumer des pintes de bière tout en grignotant de petites collations. C’est de ces endroits animés et décontractés que l’équipe derrière Jun I s’inspire pour mettre de l’avant un tout nouveau concept dans Ôkini, boutique adjacente au restaurant qui a ouvert juste avant la pandémie. À la fois épicerie, comptoir et caviste où l’on peut faire le plein de sakés et de vins d’importation privée, ainsi que de produits d’épicerie faits maison ou importés, Ôkini est désormais un endroit où s’arrêter pour prendre une bouchée sans chichi. On se sert directement dans les plats préparés disposés dans le comptoir réfrigéré à l’entrée – pieuvre ou thon albacore mariné, boîtes bento, nouilles soba sautées – tout en commandant un saké au verre directement au comptoir. À venir l’automne prochain : des petites tables roulantes pour manger directement debout, dans l’esprit des kakuuchi. « Ce qu’on veut, c’est vraiment créer un endroit convivial et accessible à tous, », résume M. Phimphrakeo.

156B, avenue Laurier Ouest

Spécialités typiques chez Noren

Depuis 2016, Noren, mené par le couple formé d’Élyse Garand et de Hidehori Tusa – qui a vécu des années au Japon avant de déménager à Montréal –, est installé dans un minuscule local de la rue Rachel. Hidehori Tusa propose des plats typiques de son pays natal, dont des takoyakis, délicieux beignets faits d’une pâte qui fait penser à celle des crêpes dans laquelle sont mélangés de petits morceaux de pieuvre, ensuite grillée dans un poêlon en fonte spécial pour créer la forme ronde typique. L’okonomiyaki (sorte d’omelette de chou avec porc ou shiitakes), autre plat typique du pays du Soleil-Levant, figure aussi au (très) court menu. L’endroit, qui n’a toujours pas rouvert sa toute petite salle à manger, continue de rouler avec les commandes à emporter (sur place ou passées à l’avance). Nouveauté : le plat du jour, qui est servi en format « bento », idéal pour les lunchs. Lors de notre passage, le porc au gingembre, servi sur riz, avec légumes, shishitos grillés, salade de patates et œuf mariné au soya, était à l’honneur, mais le menu varie chaque semaine. On complète le tout avec une bonne bière japonaise importée ou une boisson maison comme un hojicha (thé vert) au lait d’avoine.

77, rue Rachel Ouest

Yokato Yokabai : nos ramens favoris à Montréal

Loin de nous l’idée de lancer un débat autour des meilleurs ramens à Montréal. La métropole pullule d’adresses qui en servent de délicieux, dont Tsukuyomi, Ramen Misoya ou encore Umami Ramen, qui en propose une très bonne version végétalienne. Mais notre adresse favorite demeure Yokato Yokabai. D’abord, son emplacement, discret avec entrée rue Drolet (à l’arrière de l’izakaya Ichigo Ichie, tenu par les mêmes propriétaires), en fait un secret bien gardé – même si, parfois, la file s’allonge devant la porte de l’établissement qui ne prend pas de réservations. L’endroit se targue d’être la première et seule adresse montréalaise de ramens dits tonkotsu, dont la particularité est le bouillon, d’apparence laiteuse, fait à partir d’os de porc. Ici, on se fait un point d’honneur de n’utiliser que des ingrédients biologiques et aucun additif comme du glutamate monosodique dans les préparations – et ça se goûte ! Une fois à l’intérieur, on coche simplement sur une feuille nos choix de bouillon, de style de nouilles et de garnitures. Les plus affamés pourront accompagner leur ramen de poulet frit style karaage, de tofu don ou de korokke, des croquettes de pommes de terre. Tout est fait à la commande et rapidement, donc ne laissez pas la file vous décourager.

4185, rue Drolet

Marusan : régal nippon en plusieurs déclinaisons

Nous avons découvert, il y a quelques années, Marusan, qui avait pignon sur rue dans le Vieux-Montréal avant la pandémie. L’endroit ne dérougissait pas sur l’heure du dîner avec son menu qui mettait notamment de l’avant la spécialité de Hideyuki Imaizumi : le donburi, un bol de riz qui peut être garni de poulet, de bœuf, de poisson ou de curry katsu (une escalope de porc panée servie avec sauce au cari). Si Marusan, qui avait aussi un comptoir au Time Out Market, a fermé ses portes, sa cuisine revit actuellement dans deux adresses distinctes. D’abord, chez Fleurs & Cadeaux, situé dans le Quartier chinois, où Imaizumi, appuyé par Tetsuya Shimizu, offre à son menu plusieurs spécialités : boîtes bento, bol chirashi et le fameux katsu curry. En soirée, le nouveau menu mise sur le raffinement avec sashimi, temakizushi et yakitoris (brochettes), entre autres. Le programme liquide, pensé par l’importateur et partenaire Sébastien D. Langlois (Bacchus76), vaut aussi franchement le détour avec ses sakés étonnants et vins naturels. Ensuite, l’équipe d’Imaizumi (avec ses partenaires de Fleurs & Cadeaux) travaille aussi avec le café Osmo et y propose notamment des sandos, sandwichs japonais typiques servis avec du pain au lait, avec l’apport de la chef Kohko Hasegawa.

1002, rue Saint-Urbain (Fleurs & Cadeaux)

51, rue Sherbrooke Ouest (Osmo X Marusan)

Matcha Zanmai, repaire des amoureux du matcha

Le matcha, poudre très fine de thé vert japonais qui se boit en boisson mais qui s’intègre aussi à plusieurs mets, gagne sans cesse en popularité en Amérique du Nord. Sa forme la plus répandue est sans doute le matcha latté, qu’on déguste chaud ou froid. On peut bien sûr s’en procurer chez Matcha Zanmai, comptoir spécialisé en matcha ouvert en 2019 au centre-ville, mais pas seulement ça. Le reste du menu est un véritable paradis pour qui aime le matcha ou veut le découvrir : crème glacée au matcha, soda au matcha, mochi au matcha, petits gâteaux au matcha... Bref, le choix ne manque pas ! La propriétaire, Yukiko Sekiya, est aussi de l’entreprise Yuki Cake, spécialisée en gâteaux de mariage, donc toutes les petites douceurs sont bien sûr faites maison, avec beaucoup de finesse. Une adresse à découvrir, qui ouvrira à l’automne un deuxième emplacement aux Promenades St-Bruno.

1428, rue Mackay

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.