Saint-Jean-sur-Richelieu

« Il faut s’entendre dès maintenant »

Les propriétaires du terrain de golf Les Légendes veulent en faire un enjeu électoral, avant que son état ne se dégrade trop

Les propriétaires du terrain de golf Les Légendes augmentent la pression sur les élus à quelques semaines du scrutin municipal. Ils demandent à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu d’accepter de discuter de leur projet domiciliaire, sans quoi l’immense terrain vert ne sera plus entretenu qu’au minimum à compter du printemps prochain.

Les discussions avec la Ville sont dans l’impasse et le terrain de golf fermera pour de bon cet automne, confirme Marc Perreault, urbaniste-conseil au dossier.

La nature reprend vite ses droits dès que cesse l’entretien méticuleux d’un golf.

À Saint-Jean-sur-Richelieu, le terrain de 6,4 millions de pieds carrés des Légendes appartient à trois groupes, dont la famille de Jean Morin et de son fils Jason. Environ le tiers du golf chevauche la zone agricole.

« Il faut s’entendre dès maintenant si l’on souhaite conserver des espaces verts dans leur état actuel, préviennent les propriétaires du terrain dans un document qu’ils ont rendu public cette semaine. Tant que la Municipalité reste sur sa position de ne pas rencontrer les promoteurs, [l’état] des espaces verts à céder pourrait se dégrader après la fermeture du golf. »

Rapport-bilan

Les promoteurs du redéveloppement du golf ont rendu public jeudi un rapport-bilan des trois rencontres publiques sur la transformation du terrain, auxquelles ont participé 300 personnes, selon les organisateurs. La Presse avait publié un article sur cette consultation publique en mai dernier.

Le conseiller municipal du secteur, Marco Savard, va appuyer le projet à la condition que ses concitoyens eux-mêmes l’appuient. « Il doit y avoir une acceptabilité sociale », dit-il, interrompant son porte-à-porte pour s’entretenir avec La Presse. Il n’est guère impressionné par les 1,6 million de pieds carrés que les promoteurs veulent remettre à la Ville. « Ce sont des terrains qui ne peuvent pas être développés pour la plupart », indique-t-il, au téléphone.

Dans leur rapport-bilan, les promoteurs proposent un échange de terrain avec la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. La Ville obtiendrait un immense parc municipal, tandis que le promoteur ouvrirait un nouveau quartier résidentiel.

Espace vert et maisons

Dans le détail, la famille Morin et ses partenaires proposent de céder à la Ville un espace vert de 1,6 million de pieds carrés. Qui plus est, pour assurer la quiétude des propriétaires riverains, ils proposent l’aménagement d’une zone tampon d’un minimum de 30 mètres entre toute nouvelle construction et des maisons existantes. Ils se sont engagés à diriger la circulation de transit hors des quartiers résidentiels existants.

Sur une partie du terrain de golf, qui doit faire l’objet d’un changement de zonage pour autoriser l’utilisation résidentielle, le promoteur veut bâtir de 200 à 250 maisons unifamiliales. Plus loin des rues résidentielles existantes, sur des terrains qu’elle aura obtenus de la Ville dans l’échange du parc de 1,6 million de pieds carrés, les promoteurs envisagent de bâtir un nouveau quartier, de plus forte densité, comptant de 400 à 500 logements. Une nouvelle voie collectrice serait aménagée pour y concentrer le trafic de transit.

« Les propriétaires sont prêts à s’asseoir, ce sont des gens raisonnables. Ils sont prêts à concéder beaucoup plus d’espaces verts qu’ils ne le feraient en temps normal parce qu’ils veulent un projet. Ils veulent être de bons voisins avec les résidants actuels », dit M. Perreault.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.