Iran

« Le chemin devant nous est difficile. Il ne sera facile qu’avec votre collaboration, votre empathie et votre confiance. Je vous tends la main »

— Le réformateur Massoud Pezeshkian, qui a remporté samedi l’élection présidentielle en Iran. Il a battu le candidat ultraconservateur Saïd Jalili. (AFP)

Royaume-Uni

Keir Starmer enterre le projet d’expulsion vers le Rwanda

Le nouveau premier ministre britannique, Keir Starmer, a déclaré samedi qu’il abandonnait une politique controversée de son prédécesseur conservateur visant à expulser les demandeurs d’asile vers le Rwanda. Il s’est ainsi engagé à respecter son mandat de changement demandé par les électeurs, tout en prévenant que cela prendrait du temps. « Le projet rwandais était mort et enterré avant d’avoir commencé », a dit M. Starmer, lors de sa première conférence de presse. « Il n’a jamais eu un effet dissuasif [sur l’immigration]. Presque le contraire. » Lorsqu’il était dans l’opposition, le chef du Parti travailliste avait déjà annoncé son intention de mettre fin ce projet controversé des conservateurs, lancé en 2022, mais encore jamais mis à exécution. Le sujet de l’immigration a été l’un des principaux thèmes de la campagne électorale qui s’est soldée par une victoire écrasante des travaillistes.

— D’après l’Associated Press et l’Agence France-Presse

Guerre à Gaza

Le Hamas accuse Israël d’un raid meurtrier sur une école

L’armée israélienne a mené samedi de nouvelles frappes meurtrières dans la bande de Gaza, dont l’une a provoqué la mort de 16 personnes dans une école abritant des déplacés, selon le Hamas. Israël a indiqué que son aviation avait visé « plusieurs terroristes » « dans le secteur de l’école al-Jaouni » de Nousseirat, gérée par l’ONU et abritant des réfugiés. « Cet endroit servait de cachette et d’infrastructure opérationnelle à partir de laquelle des attaques étaient menées contre des soldats », a affirmé l’armée. Le gouvernement du Hamas, qui dirige le territoire palestinien, venait d’annoncer que 16 personnes avaient été tuées dans une frappe israélienne sur cette école. Le mouvement islamique a fustigé un « massacre odieux », faisant aussi état de 50 blessés transférés à l’hôpital. D’après lui, 7000 déplacés se trouvaient dans l’école.

— Agence France-Presse

Tunisie

Une avocate condamnée pour avoir ironisé sur l’état du pays

L’avocate et chroniqueuse tunisienne Sonia Dahmani a été condamnée à un an de prison pour « diffusion de fausses nouvelles » en raison de commentaires ironiques sur la situation du pays, a déclaré sa famille. Sonia Dahmani a été arrêtée le 11 mai par des policiers masqués au siège du barreau de Tunis, où elle avait trouvé refuge, et placée en détention. « Une peine d’un an de prison a été prononcée contre ma mère […] parce que ce qu’elle a dit représente une “rumeur” et de fausses nouvelles », a avancé sa fille, Nour Bettaieb, sur Facebook. Mme Dahmani était poursuivie en vertu d’un décret qui interdit la « diffusion de fausses nouvelles ». Début mai, lors d’une émission sur la chaîne Carthage+, elle avait lancé de façon ironique « de quel pays extraordinaire parle-t-on ? », en réponse à un autre chroniqueur qui affirmait que les migrants venus de plusieurs pays d’Afrique subsaharienne cherchaient à s’installer en Tunisie.

— Agence France-Presse

Le Texas se prépare à l’arrivée de Béryl

Les autorités du Texas ont exhorté samedi les habitants de la côte à se préparer à l’arrivée imminente de Béryl, une tempête tropicale qui devrait retrouver sa force d’ouragan à mesure qu’elle se déplace dans les eaux chaudes du golfe du Mexique.

Un avertissement d’ouragan a été lancé pour une partie de la côte de l’État, depuis la baie de Baffin, au sud de Corpus Christi, jusqu’à Sargent, au sud de Houston.

Jack Beven, spécialiste au National Hurricane Center, a déclaré que Béryl toucherait terre quelque part entre Brownsville et un peu au nord de Corpus Christi lundi.

Première tempête à se transformer en ouragan de catégorie 5 dans l’Atlantique, Béryl a causé au moins 11 morts lors de son passage dans les îles des Caraïbes plus tôt cette semaine. Il a ensuite frappé le Mexique en tant qu’ouragan de catégorie 2, renversant des arbres, mais ne causant aucun blessé ni mort avant de s’affaiblir en tempête tropicale alors qu’il traversait la péninsule du Yucatán.

Les autorités du Texas ont averti les habitants de toute la côte de se préparer à d’éventuelles inondations, fortes pluies et vents à l’approche de la tempête.

À Corpus Christi, les autorités ont demandé aux visiteurs d’écourter leurs voyages et de rentrer chez eux plus tôt si possible. Les autorités ont demandé aux habitants de sécuriser leurs maisons en barricadant les fenêtres si nécessaire et en utilisant des sacs de sable pour se prémunir contre d’éventuelles inondations.

Le centre des ouragans prévoit qu’il s’agira d’une forte tempête de catégorie 1, mais précise que cette estimation est prudente. Tout pourrait changer si Béryl reste au-dessus de l’eau plus longtemps que prévu, a averti le centre.

Les eaux du golfe du Mexique sont suffisamment chaudes pour que les tempêtes de début de saison s’intensifient rapidement, comme cela s’est produit à plusieurs reprises auparavant.

Béryl, à toute vitesse

Jack Beven a indiqué que selon les prévisions officielles, Béryl gagnerait de 27 à 37 kilomètres/heure en vitesse en une seule journée. Il a cependant noté que la tempête s’est intensifiée plus rapidement que ce que les prévisionnistes avaient signalé plus tôt dans les Caraïbes.

Brian McNoldy, chercheur sur les ouragans à l’Université de Miami, a déclaré que les prévisionnistes des centres d’ouragans ont été très précis dans la prévision de la trajectoire de Béryl jusqu’à présent.

Déjà trois fois au cours de sa vie d’une semaine, Béryl a gagné 56 km/h en vitesse en 24 heures ou moins, soit la définition officielle de l’intensification rapide des services météorologiques.

La tempête est passée de 128 à 185 km/h dans la nuit du 29 juin au 30 juin. Le 1er juillet, elle a bondi de 193 à 249 km/h en seulement 15 heures, selon les dossiers du centre des ouragans.

Phil Klotzbach, chercheur sur les ouragans à l’Université d’État du Colorado, a utilisé un système de suivi différent et a déclaré avoir dénombré huit périodes différentes pendant lesquelles Béryl s’est rapidement intensifié – ce qui ne s’est produit que deux fois dans l’Atlantique en juillet.

Kerry Emanuel, professeur de météorologie à l’Institut de technologie du Massachusetts, estime qu’il n’y a pas « beaucoup de chance » que la vitesse de Béryl augmente de 56 km/h dans le golfe du Mexique, mais a admis que c’était difficile à prévoir.

La croissance rapide de Béryl en une redoutable tempête montre à quel point l’Atlantique et les Caraïbes se retrouvent dans le pétrin, et ce pour le reste de la saison des ouragans, ont déclaré des experts.

— Associated Press

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.