COVID-19

320 milliards

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a estimé mardi que la pandémie avait déjà coûté, de janvier à mai, 320 milliards de dollars au secteur. Sur cette période, le nombre de touristes internationaux a chuté de 56 % par rapport à 2019, soit 300 millions de visiteurs en moins. L’OMT table sur une chute de 60 % à 80 % du nombre de touristes internationaux pour 2020, avec des pertes de 910 à 1200 milliards de dollars et « la mise en danger de 100 à 120 millions d’emplois directs dans le tourisme ».

— Agence France-Presse

COVID-19 États-Unis

Un vaccin donne des résultats prometteurs chez les singes

Le vaccin développé par la biotech américaine Moderna en partenariat avec les Instituts nationaux de santé (NIH) a déclenché une réponse immunitaire « robuste » et empêché la réplication du virus dans les poumons et le nez des singes, selon des résultats publiés mardi. C’est l’un des deux vaccins occidentaux, avec celui de l’Université d’Oxford/AstraZeneca, ayant commencé des essais à grande échelle, sur des milliers de participants humains, dits de phase 3. Le gouvernement de Donald Trump a investi près de 1 milliard de dollars pour soutenir son développement. Sept des huit singes vaccinés dans cette étude, puis exposés délibérément au coronavirus quatre semaines plus tard, n’avaient plus de virus en réplication détectable dans les poumons deux jours plus tard, et aucun des huit n’avait de virus dans le nez, selon les résultats publiés par la revue médicale New England Journal of Medicine. Toutefois, seuls les essais de phase 3, en cours, permettront de vérifier si le vaccin protège les humains. — Agence France-Presse

mission Tianwen-1

La sonde chinoise en route vers Mars envoie une photo de la Terre

La première sonde chinoise vers Mars a envoyé mardi une photo de la Terre et de la Lune sur le chemin de la planète rouge, a indiqué l’agence spatiale chinoise. L’image, qui montre les deux planètes en croissants, perdues dans l’immensité de l’espace, a été prise à 1,2 million de kilomètres de la Terre, trois jours après le lancement de la mission Tianwen-1. La sonde avait décollé jeudi du centre de lancement de Wenchang, dans l’île tropicale de Hainan. Elle doit arriver dans l’orbite de Mars en février 2021. Elle devra d’abord effectuer en sept mois le long trajet Terre-Mars : une distance d’environ 55 millions de kilomètres – soit 1400 fois le tour du monde. En pleine rivalité avec Washington, Pékin espère faire, lors de cette première tentative indépendante, presque tout ce que les États-Unis ont réalisé en plusieurs missions martiennes depuis les années 60 : placer une sonde en orbite, poser un atterrisseur et en faire sortir un robot téléguidé afin qu’il analyse la surface martienne.

— Agence France-Presse

Yémen

Les séparatistes renoncent à leur autonomie

Les séparatistes du sud du Yémen ont annoncé tôt mercredi renoncer à leur autonomie et se sont dits prêts à mettre en œuvre l’accord de Riyad, qui prévoit un partage du pouvoir dans le sud entre le gouvernement et eux. Le Conseil de transition du sud (STC) « annonce qu’il renonce à sa déclaration d’autonomie » afin de permettre la mise en place de l’accord de Riyad, a écrit sur Twitter le porte-parole du STC, Nizar Haitham. Le président du Yémen, Abd Rabbo Mansour Hadi, exilé en Arabie saoudite, avait exhorté fin juin les séparatistes à « mettre fin à l’effusion de sang » et à respecter un accord de partage du pouvoir, lors de sa première prise de parole depuis leur déclaration d’autonomie du Sud, en avril. Le conflit entre le gouvernement et les séparatistes du STC, en principe alliés contre les rebelles Houthis, représente une guerre dans la guerre au Yémen. L’accord dit « de Riyad » a été signé en novembre 2019 et prévoit un partage du pouvoir dans le sud du Yémen entre le gouvernement et les séparatistes. — Agence France-Presse

Afghanistan

Vers des négociations de paix, trêve dans les combats

Longtemps ajournées, les négociations de paix en Afghanistan entre le gouvernement et les talibans paraissent sur le point de pouvoir commencer, dès la semaine prochaine s’est même avancé mardi le président, Ashraf Ghani, qui a donné son aval à une courte trêve décrétée par les insurgés. Les États-Unis, qui espèrent une telle percée depuis qu’ils ont signé leur accord historique avec les talibans à la fin du mois de février après plus de 18 années de guerre, ont « salué les annonces d’un cessez-le-feu » et appelé à lancer « rapidement » les négociations interafghanes. Ce cessez-le-feu devrait entrer en vigueur dès vendredi, le jour du début de l’Aïd el-Adha, la fête du Sacrifice traditionnellement marquée par des réunions familiales. L’annonce de cette deuxième suspension des combats de la part des rebelles en un peu plus de deux mois est intervenue après que le chef de l’État a déclaré, le même jour, espérer l’ouverture de pourparlers de paix « directs » avec eux « dans une semaine ». Les talibans avaient quant à eux, dès la semaine dernière, fait savoir qu’il étaient prêts à entamer des discussions avec le gouvernement de Kaboul dès la fin de l’Aïd. — Agence France-Presse

États-Unis

Une femme tuée par un grand requin blanc

Une sexagénaire new-yorkaise est morte lundi après avoir été attaquée par un grand requin blanc dans le sud du Maine. La femme, qui portait une combinaison, a été attaquée alors qu’elle nageait le long de la côte près de la ville de Portland. Le responsable du département des ressources marines du Maine, Patrick Keliher, a indiqué que des kayakistes l’ont ensuite ramenée sur le rivage, où son décès a été constaté. Une dent recueillie sur les lieux a permis de confirmer qu’il s’agissait bien d’un grand requin blanc. Il s’agit de la seconde attaque de requin jamais enregistrée dans le Maine et la première mortelle. Le département local de l’Agriculture et des Forêts a ordonné aux baigneurs de s’arrêter lorsqu’ils ont de l’eau jusqu’à la taille dans les 10 parcs d’État qui possèdent une plage, a indiqué à l’AFP un porte-parole. Depuis plusieurs semaines, des requins ont été aperçus en plusieurs endroits de la côte nord-est des États-Unis, notamment près de New York. — Agence France-Presse

Exercices militaires dans le Golfe

L’Iran a visé un faux porte-avions américain

Les forces armées iraniennes ont détruit avec des missiles la maquette d’un porte-avions américain, mardi, lors d’exercices militaires dans les eaux du Golfe, dénoncés par les États-Unis comme « irresponsables et dangereux ».

Les exercices – appelés « Prophète Mohammed 14 » – ont eu lieu près du détroit d’Ormuz, important couloir de navigation notamment pour les pétroliers.

La marine américaine a dénoncé le comportement « irresponsable et dangereux » de l’Iran, ajoutant toutefois que ces exercices n’avaient « pas perturbé les opérations de la coalition dans la région » et qu’ils n’avaient eu « aucun impact sur la libre circulation du commerce dans le détroit d’Ormuz et les eaux environnantes », selon la porte-parole de la Cinquième Flotte américaine, Rebecca Rebarich.

Les manœuvres iraniennes interviennent alors que les tensions entre Washington et Téhéran ne cessent de croître, en particulier depuis le retrait unilatéral en 2018 des États-Unis de l’accord international sur le nucléaire iranien et le rétablissement de sanctions américaines contre la République islamique.

Selon des images diffusées à la télévision d’État, des forces terrestres et aériennes iraniennes se sont préparées à une attaque au large de la côte située au sud-ouest du pays.

« Tout à fait offensif »

« Ce qui a été montré aujourd’hui dans ces exercices, au niveau des forces aérospatiales et navales, était tout à fait offensif », a déclaré le général Hossein Salami, chef des Gardiens de la Révolution, armée idéologique de la République islamique.

« Des équipements et des armes inconnus ont été utilisés, tels que des missiles balistiques à longue portée capables de frapper à distance des cibles flottantes offensives », a souligné pour sa part le général Abbas Nilforoushan, cité par le site internet Sepahnews des Gardiens.

Ces exercices ont été effectués moins d’une semaine après le dernier épisode des tensions irano-américaines, lorsque deux avions de combat américains se sont approchés d’un appareil de la compagnie Mahan Air en Syrie. Certains passagers ont été blessés après que le pilote de l’avion commercial a réduit rapidement l’altitude pour éviter d’entrer en collision avec un chasseur américain.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.