Danse

Nouveau souffle chez BJM

Nouveau directeur artistique intérimaire, nouveaux danseurs, nouveau chorégraphe : un renouveau anime les BJM-Ballets Jazz de Montréal, qui nous arrivent, virtuellement, avec leur nouvelle création, Approximately Close – Quand le passé n’est presque plus.

La compagnie montréalaise a été dirigée avec succès depuis deux décennies par Louis Robitaille, qui annonçait, en juin dernier, son intention de tirer sa révérence en juin 2021, au terme de la saison régulière. Mais comme le mot « régulier » n’était pas à l’horaire cette année, c’est plus tôt que prévu que celui qui a occupé le poste de directeur artistique et général de BJM a décidé de laisser place à une toute nouvelle équipe.

C’est effectivement sous le signe du renouveau que se termine l’année 2020 pour BJM, qui a remporté tout récemment le Prix de la danse de Montréal – catégorie diffusion internationale – pour ses tournées de 2019 avec la pièce Dance Me, inspirée de l’œuvre de Leonard Cohen. Jérémy Raia hérite du poste de directeur artistique-répertoire par intérim. Ce dernier, après avoir dansé 20 ans avec les Grands Ballets canadiens, s’était joint à la compagnie il y a deux ans, à titre de maître de ballet.

En occupant ce poste, c’est un rêve qu’il réalise et qu’il espère voir se poursuivre au-delà de l’intérim, a-t-il confié en marge d’une répétition de la pièce Approximately Close, au Théâtre Maisonneuve, où la compagnie a pu profiter d’une résidence de création de quelques jours, offerte par le diffuseur Danse Danse.

Place à la relève

Avec le départ de Louis Robitaille, c’est aussi un changement de garde qui s’opère chez BJM. Plus de la moitié de la troupe est constituée de nouveaux danseurs, alors que Céline Cassone, figure de proue de la compagnie depuis nombre d’années, a accroché ses chaussons de ballet, après une fructueuse carrière.

Malgré la pandémie qui a réduit les activités de BJM comme peau de chagrin, la compagnie a continué d’être active, notamment en créant cet été le programme Proximité, rendu possible grâce à un appel de projets du CALQ. Deux œuvres ont été ainsi présentées dans des lieux extérieurs de la ville. « Pour nous, c’était une opportunité extraordinaire, a expliqué M. Raia, car les interprètes ont besoin de danser avec un but, un objectif, pas seulement de faire du travail de studio. »

C’est d’ailleurs une de ces courtes pièces, une création d’Ermanno Sbezzo, qui a servi de prémisse à Approximately Close, à l’initiative de M. Raia, qui y a vu un potentiel pour une chorégraphie plus élaborée. Interprète pour BJM depuis deux saisons, M. Sbezzo n’en est pas à ses premiers pas comme chorégraphe, mais c’est la première fois qu’il avait l’occasion de signer une œuvre pour sa compagnie, un « honneur », a-t-il dit. Comme quoi la pandémie, malgré ses revers, ouvre aussi des possibilités.

La troupe a pu profiter d’une résidence de trois semaines cet été au Domaine Forget, dans Charlevoix. Pour ce faire, la compagnie a pris le pari de créer une « bulle artistique », comme ce qu’on a pu voir dans certaines équipes sportives, afin que tous puissent travailler de façon rapprochée. Durant cette période, les danseurs et une petite équipe, tests négatifs en main, n’ont eu aucun contact avec l’extérieur. C’est dans ce contexte qu’Approximately Close a été créé, alors que les nouveaux danseurs ont également pu se familiariser avec le répertoire de BJM, impossible à répéter avec les règles sanitaires en cours.

« C’était une période très intense, mais aussi magnifique, qui nous a amenés à développer une connexion à la fois humaine et artistique », a souligné le chorégraphe. M. Raia ajoute à quel point cette résidence a été importante pour les danseurs, aussi pour lui. « J’ai pu découvrir les nouveaux danseurs, voir comment ils bougent, comment ils créent. On a aussi pu renouer avec le toucher, et travailler à trouver une façon de perpétuer cette sensation, même à distance », une image évoquée dans le titre de la nouvelle création.

Renouer avec le présent

Dans cette création pour 12 danseurs, soit l’entièreté de la troupe, M. Sbezzo n’avait pas envie d’aborder le thème central de 2020, mais plutôt d’explorer d’autres avenues. « Ce n’est pas une pièce qui parle de la situation COVID-19. J’avais plutôt envie de me détacher de ça, et de donner au public un moment d’évasion. »

Au fil des tableaux de cette pièce de 35 minutes, le créateur explore la relation entre le passé et le présent, et comment une certaine nostalgie peut parfois occulter le moment présent. « On est parfois tellement occupé à penser à ce qu’était le passé, combien c’était bien, qu’on n’arrive pas vraiment à se détacher et à vivre le moment présent », remarque-t-il.

Ainsi, aux tableaux évoquant ce passé magnifié, mais où il peut être dangereux de se perdre dans les dédales de sa mémoire, porté par une musique folklorique grecque « rétro-vintage », se succèdent des moments ancrés dans le moment présent, caractérisés par la connexion avec l’autre.

« Cette pièce est plus personnelle, tant pour les danseurs que pour Ermanno. Elle est vraiment ancrée dans l’ici, maintenant.  »

— Jérémie Raia, directeur artistique intérimaire, BJM

BJM a fait sa marque depuis des années avec son style très caractéristique, axé sur les grands mouvements d’ensemble et une gestuelle dynamique, très physique. « Je voulais garder l’esthétique typique de la compagnie, parce que je suis très lié à ça sur le plan artistique, remarque M. Sbezzo, mais j’avais envie d’amener la pièce dans un univers plus contemporain, moins visuel, avec quelque chose de plus senti. »

Pour le directeur artistique par intérim, il était impératif que le public puisse profiter de cette résidence au Théâtre Maisonneuve. « Je trouvais ça nul d’utiliser le théâtre seulement pour les répétitions. Il fallait donner quelque chose au public. On ne peut pas penser notre art sans lui. » Il a donc été décidé qu’une captation live de la pièce serait réalisée, puis diffusée sur le web, gratuitement, pour une période limitée.

Approximately Close – Quand le passé n’est presque plus sera diffusée sur les plateformes Facebook et YouTube de BJM à partir de ce jeudi, 18 h 30, pour une période de 48 heures.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.