À petites doses

Quelques milligrammes de toute l'actualité scientifique de la semaine

Spiderman au chômage ?

Une équipe de chercheurs de Montréal a mis au point une toile semblable à une toile d’araignée capable d’absorber 96 % de l’énergie d’un choc sans céder. Les résultats ont été publiés dans Cell Reports Physical Science. Professeurs au département de génie mécanique, Frédérick Gosselin et Daniel Therriault ont collaboré avec un étudiant au doctorat, Shibou Zou, à ce projet. Avec du polycarbonate chauffé, ils ont formé une toile avec des fibres de moins de 2 mm d’épaisseur. Selon les chercheurs, cette innovation pourrait servir à la fabrication de vitres pare-balles ou encore de nouveaux écrans protecteurs pour téléphones intelligents.

Quiz Science

Combien de morts la rougeole a-t-elle faits en 2019 ?

207 500 morts. Les décès causés par la rougeole sont en hausse constante depuis quelques années. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ils ont augmenté de 50 % de 2016 à 2019. On a comptabilisé 869 770 cas l’an dernier. Les taux de vaccination ont plafonné ces dernières années, ce qui explique cette hausse, particulièrement chez les enfants. Deux doses de vaccin sont nécessaires. Selon l’OMS, le taux de vaccination de la première dose atteint 85 % au niveau mondial, et passe à 71 % pour la seconde dose. Dans de nombreux pays, les campagnes de vaccination contre la rougeole ont été suspendues en raison de la lutte contre la COVID-19.

61 %

Après chaque tuerie aux États-Unis, les médias signalent que l’accès aux armes à feu n’y est pas véritablement encadré. Or, si l’accès aux armes explique en partie les nombreuses fusillades dans des lieux publics, il est d’abord et avant tout responsable d’un nombre encore plus important de suicides. Le New York Times souligne en effet qu’en 2018, les armes à feu ont été responsables de 40 000 morts et que 61 % d’entre elles étaient des suicides. Les experts craignent d’ailleurs une augmentation du nombre de suicides, alors que les Américains sont de plus en plus nombreux à se procurer une arme ou à en ajouter à leur arsenal.

Du yogourt contre les fractures

Des fractures nécessitent parfois une opération au cours de laquelle on insère des tiges de métal pour fixer l’os brisé. Dans le processus de guérison qui suit, l’os et le métal fusionnent en quelque sorte. Or, des chercheurs chinois ont découvert qu’en recouvrant la pièce de métal de Lactobacillus casei, qu’on retrouve dans le yogourt, le processus de guérison est amélioré. Des tests ont été menés sur des rats pour réparer une fracture du tibia. L’équipe de l’Université du Hubei, à Wuhan, en Chine, a constaté une augmentation de 27 % du tissu osseux chez les animaux qui avaient reçu un implant de titane recouvert de la bactérie. Ceux avec un implant normal ont vu le tissu osseux augmenter de 16 %. La bactérie L. casei aide à contrôler l’immunité, ce qui permet notamment la régénération des tissus. Les résultats de cette expérience, publiés dans Science Advances, ont aussi permis de découvrir que cette technique permettait de réduire de façon importante les risques d’infection.

Homo sapiens et la distanciation

Les conséquences de la pandémie sont nombreuses. La distanciation physique affecte de plus en plus de gens plus le temps passe. C’est que les humains sont aussi… des animaux, rappelle le New Scientist. Un chien, par exemple, va sentir le postérieur d’un autre chien pour faire connaissance. Chez les singes, on retrouve également de nombreuses interactions physiques entre les individus, afin de gagner la confiance de l’autre. L’humain n’est pas si différent. Notre besoin de contacts physiques n’est pas qu’une affaire sociale. C’est aussi le fruit d’une longue évolution. Ce besoin répond à différents impératifs nécessaires à notre survie. Du moins, c’était vrai à une certaine époque. La distanciation physique est donc contre nature en quelque sorte. Cependant, de là à aller sentir le postérieur de votre voisin…

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.