Laurence St-Germain

Aux Jeux par la grande porte

C’est avec la rage au cœur que Laurence St-Germain a assuré sa qualification pour ses deuxièmes Jeux olympiques, mardi, à la Coupe du monde de slalom de Schladming, en Autriche.

Après une première manche où elle n’était que l’ombre d’elle-même (25e), la skieuse de Saint-Ferréol-les-Neiges a rebondi en signant le deuxième temps de la manche ultime, ce qui l’a fait grimper au huitième échelon, son meilleur résultat de la saison.

« Après la première manche, j’étais vraiment déçue, vraiment fâchée. Je me suis un peu déniaisée. Je me suis dit : là, je n’ai vraiment rien à perdre. J’aime quasiment mieux sortir [de parcours] que de finir encore hors du top 20. Il fallait que j’attaque. »

Seule l’Américaine Mikaela Shiffrin, cinquième à la première manche, a fait mieux que la Canadienne (- 0,22 s) à la reprise, en route vers la 47victoire de sa carrière en slalom. Ce triomphe lui permet de surpasser Ingemar Stenmark pour le plus de succès dans une seule discipline. Le Suédois s’est imposé 46 fois en géant dans les années 1970 et 1980.

« Je me suis dit : surprends-toi, donne le tout pour le tout », a relaté St-Germain, qui a terminé à 1,51 s de Shiffrin. « Quand j’ai vu le résultat en bas, je savais que j’avais fait une bonne descente. J’étais vraiment contente. »

Les neuf coureuses suivantes n’ont pas été en mesure de déloger St-Germain du siège de la meneuse. Sa jeune coéquipière Amelia Smart est passée le plus proche, mais elle a concédé 17 centièmes à l’arrivée, ce qui lui a valu le neuvième rang final, un sommet personnel.

L’Autrichienne Chiara Maier a finalement devancé la Québécoise de 46 centièmes pour conclure au quatrième rang.

« Être mieux mentalement »

Sur la piste Planai, une classique pour les hommes empruntée pour la première fois par les femmes, St-Germain a profité des erreurs de plusieurs concurrentes pour grimper au classement. Sous les projecteurs, sa compatriote Ali Nullmeyer, cinquième à Zagreb et sixième à Kranjska Gora, a gaspillé une excellente première manche (3e à égalité) en enfourchant.

Avec ce troisième résultat parmi les 15 premières depuis le début de l’hiver, St-Germain remplit le critère de qualification olympique de « catégorie 1 » de Canada Alpin.

« Ça m’enlève un stress d’attendre jusqu’à l’annonce officielle du 20 janvier. J’ai prouvé que j’avais ma place parmi les meilleures. En plus, on a une super bonne équipe de slalom en ce moment. »

— Laurence St-Germain

« Elle avait déjà réussi sa qualification, a précisé l’entraîneur-chef de l’équipe féminine, Manuel Gamper. Elle a réussi à mettre ensemble une descente convenable en se concentrant peut-être un peu moins sur les attentes ou en tentant de trouver son équilibre interne, ce qui semble la freiner jusqu’ici cette saison. Une étape à la fois. Ça n’y est pas encore tout à fait, mais elle a maintenant un élément spécifique sur lequel travailler. »

Après un début de saison difficile, St-Germain croyait s’être relancée en prenant la neuvième place au slalom de Lienz, le 29 décembre. Une chute à Zagreb et une 22position à Kranjska Gora, il y a deux jours, l’ont plongée dans le doute.

Le slalom de Schladming était le dernier avant celui des Jeux de Pékin prévu le 9 février. « J’essayais de ne pas trop y penser, a dit l’athlète de 27 ans, 15e aux Jeux de PyeongChang. Mon but dans les dernières courses était de ne pas mettre d’objectif lié aux résultats. Je voulais être mieux mentalement au départ pour pouvoir mieux attaquer. »

Avec sa défaillance en première manche, l’étudiante en génie biomédical constate qu’elle n’y est pas encore. Son souhait est de travailler sa constance à l’entraînement en profitant de l’émulation de ses coéquipières canadiennes, en pleine ascension depuis quelques semaines.

Meneuse après une manche, la Slovaque Petra Vlhová, gagnante de cinq des six slaloms jusque-là, a cédé 15 centièmes à son éternelle rivale Shiffrin, en pleurs après la confirmation de sa victoire, sa 73e à seulement 26 ans. Vlhová, a néanmoins assuré sa mainmise sur le petit globe de la spécialité. L’Allemande Lena Dürr a complété le podium, son troisième de la saison.

St-Germain rentrera à Saint-Ferréol après-demain afin de profiter d’une semaine de repos bienvenue avant de mettre le cap sur l’Italie pour un dernier bloc d’entraînement. Ses ambitions olympiques n’ont pas changé.

« C’est sûr que je vise encore une médaille. Si je peux avoir deux descentes solides, que je réussis mon meilleur ski, je vais être contente. Ou du moins juste arriver confiante avec un entraînement constant qui permettra de penser que je peux skier à la hauteur de mes capacités. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.