Reprise des travaux parlementaires à Ottawa

Des débats houleux sur le meilleur remède pour contrer l’inflation

Ottawa — La lutte contre l’inflation sera le thème dominant à la reprise des travaux de la Chambre des communes, mardi. Mais le remède requis pour donner un coup de main aux familles qui peinent à joindre les deux bouts devant la hausse du coût de la vie est loin de faire l’unanimité.

Avec l’appui du Nouveau Parti démocratique (NPD), le gouvernement Trudeau entend proposer des mesures ciblées qui totaliseront 4,5 milliards de dollars. Mais le Parti conservateur, maintenant dirigé par le nouveau chef Pierre Poilievre, s’oppose à toute augmentation des dépenses d’Ottawa, craignant que cela n’alimente encore plus l’inflation, qui a atteint 7,6 % en juillet. Il a déjà annoncé son intention de s’opposer fermement à toute forme de hausse de taxes et d’impôts. De son côté, le Bloc québécois estime qu’il faut en faire plus pour soutenir les personnes âgées.

Les débats promettent d’être musclés entre le premier ministre Justin Trudeau et le chef conservateur Pierre Poilievre. Leur premier affrontement à la Chambre des communes pourrait avoir lieu jeudi, M. Trudeau ayant l’intention de se rendre à New York après avoir assisté lundi aux funérailles de la reine Élisabeth II à Londres, afin de prendre part à l’Assemblée générale des Nations unies, mardi et mercredi.

Avance de cinq points

Un premier sondage mené par la firme Abacus Data depuis que M. Poilievre a été élu chef accorde une avance de cinq points au Parti conservateur sur les libéraux de Justin Trudeau. Si des élections fédérales avaient lieu aujourd’hui, le Parti conservateur obtiendrait 35 % des voix, contre 30 % au Parti libéral et 17 % au NPD, selon ce sondage mené auprès de 1990 Canadiens du 11 au 14 septembre. Au Québec, le Bloc québécois arriverait en tête avec 37 % des appuis, devant le Parti libéral (30 %) et le Parti conservateur (19 %). Le NPD n’obtiendrait que 6 %.

De tels résultats permettraient vraisemblablement au Parti conservateur de former un gouvernement minoritaire.

Mardi, le gouvernement Trudeau présentera d’entrée de jeu deux projets de loi visant à mettre en œuvre les mesures que le premier ministre a annoncées la semaine dernière afin de donner un coup de pouce financier aux moins bien nantis en cette période d’inflation persistante.

Un premier projet de loi doit permettre de doubler le crédit d’impôt de la TPS pendant six mois. Grâce à cette mesure, les Canadiens célibataires sans enfant recevront jusqu’à 234 $ de plus, tandis que les couples avec deux enfants toucheront jusqu’à 467 $ de plus. Quant aux personnes âgées, elles auront droit en moyenne à 225 $ de plus, selon les calculs du gouvernement fédéral.

Un deuxième projet de loi sera aussi présenté pour jeter les bases d’un plan national de soins dentaires. Ottawa compte envoyer directement aux parents de familles à faible ou moyen revenu un chèque annuel pouvant atteindre 650 $, pendant deux ans, pour chaque enfant de moins de 12 ans, afin de payer les visites chez le dentiste.

Les familles dont le revenu est inférieur à 90 000 $ et les personnes dont le revenu est de moins de 70 000 $ seront admissibles à ce programme. Le régime sera ensuite élargi aux moins de 18 ans, aux aînés et aux personnes en situation de handicap en 2023.

Dans le même projet de loi, le gouvernement Trudeau offrira un supplément unique de 500 $ à l’Allocation canadienne d’aide au logement, une aide qui devrait toucher 1,8 million de locataires canadiens qui ont de la difficulté à payer leur loyer.

Invitation à la prudence

Le monde des affaires invite d’ailleurs le gouvernement fédéral à la plus grande prudence dans ses choix budgétaires afin de ne pas aggraver la crise inflationniste.

« C’est clair qu’il y a des inquiétudes au sujet de l’inflation. Mais le gouvernement fédéral doit adopter des mesures qui n’alimentent pas l’inflation. Il doit concentrer ses appuis vers les ménages et les personnes très vulnérables. La nervosité du milieu des affaires, c’est qu’on ait des politiques de soutien à la consommation des gens qui vont contribuer à l’inflation et à une hausse plus marquée des taux d’intérêt », a exposé Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Il l’exhorte aussi à donner un solide coup de barre dans la livraison des services dont il est responsable, notamment les passeports, la sécurité dans les aéroports et aux douanes et la gestion des dossiers touchant les travailleurs étrangers temporaires.

« On s’attend à ce que le gouvernement fédéral, au cours des prochaines semaines, fasse un blitz d’amélioration des services. Le gouvernement est dans une situation de monopole pour offrir ces services. Il doit impérativement trouver une solution pour corriger cela », a ajouté M. Leblanc.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.