Des vacances de la construction en nature, et au Québec

Des dizaines de milliers de travailleurs de la construction ont entamé leurs vacances estivales vendredi pour les deux prochaines semaines. Pandémie oblige, ils emprunteront la route des vacances vers différentes régions de la province et les activités de plein air auront la cote.

« C’est à peu près un Québécois sur quatre qui prend des vacances au moment des vacances de la construction », a affirmé le porte-parole de CAA-Québec, Nicolas Ryan.

En 2020, l’industrie de la construction recensait 177 489 travailleurs. « On estime que la majorité d’entre eux seront en vacances, car [elles] sont obligatoires », a précisé Mélanie Malenfant, porte-parole de la Commission de la construction du Québec (CCQ).

Malgré tout, les renommées « semaines de la construction » ne constituent pas le moment le plus achalandé en ce qui concerne les vacances. « Il y a encore plus de gens qui prennent des vacances les deux premières semaines d’août », a souligné Nicolas Ryan.

Au moment de la seconde période estivale marquée par la pandémie, les Québécois ont principalement choisi de se détendre dans la province.

Ce sont 83 % des vacanciers qui resteront au Québec, 7 % qui se dirigeront dans d’autres provinces canadiennes et 7 % qui iront à l’extérieur du pays, selon les estimations de CAA-Québec.

Daniel Lamontagne, entrepreneur en construction, fait partie des rares personnes qui s’aventureront au-delà de la frontière canado-américaine. « On va quand même aller une semaine en Floride à notre condo, pour voir si tout est correct », a affirmé l’homme à la veille de son départ.

Ce sont 1 % des répondants à l’analyse de CAA qui avaient mentionné vouloir aller aux États-Unis.

Le coronavirus a plutôt changé les plans de vacances de Paul Breton, 21 ans. « J’étais censé partir à Terre-Neuve pour aller rejoindre ma copine qui est là-bas pour l’été, mais il y a eu trop d’incertitude avec la COVID », a raconté le charpentier-menuisier.

Le plein air de plus en plus populaire

Depuis le début de la pandémie, le plein air a décidément gagné en popularité. « Pour les parcs-nature, la randonnée et les activités de canoë-kayak, on a vu des augmentations de 80 % à 90 % par rapport aux années précédentes », a expliqué Juste Rajaonson, professeur au département d’études urbaines et touristiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

« Cette tendance va se maintenir, sinon être encore plus intense, parce qu’on a des assouplissements des mesures sanitaires », a ajouté le spécialiste. Ainsi, les vacanciers ont tendance à choisir davantage des régions où la pratique du plein air est possible.

C’est le cas d’Éric Desormeaux, qui visitera le Lac-Saint-Jean et la Gaspésie avec sa femme. « Habituellement, on va voir la famille et tout, mais là, on va se promener […] plus en solo », a expliqué l’employé de Construction GDI.

Karl Fredette, cimentier, ira pour sa part en Gaspésie lors de sa deuxième semaine de vacances. « La première semaine, puisqu’il y a eu les assouplissements, on va essayer de faire ce qu’on n’a pas pu faire au courant de l’année », a-t-il dit.

Malgré tout, c’est la région de Charlevoix qui se hisse au sommet des régions que les Québécois ont le plus l’intention de visiter cet été, a dévoilé Stéphanie Massé, professionnelle de recherche à la Chaire de tourisme Transat de l’UQAM.

Selon les estimations de la Chaire Transat, 24 % des vacanciers prévoient d’aller à Charlevoix, 22 % dans la région de Québec, 21 % dans les Laurentides, puis 19 % en Gaspésie.

Malgré les assouplissements aux mesures sanitaires, l’industrie du tourisme n’a pas encore sorti la tête de l’eau.

« Étant donné que les Québécois prennent souvent des vacances seulement en juillet et en août, les touristes étrangers viennent [habituellement combler] la partie mai-juin, et la partie septembre-octobre », a indiqué Mme Massé.

Entraves sur les routes : appels à la prudence

Même si la majorité des travaux seront mis sur pause, les chantiers routiers seront toujours actifs.

« Les gens peuvent s’attendre à voir des entraves, ou peut-être des fermetures pendant les deux prochaines semaines », a déclaré le porte-parole du ministère des Transports, Martin Girard. Il invite les automobilistes à prévoir leurs déplacements à l’aide de Québec 511.

Au moment où de nombreux vacanciers prennent la route, un appel à la prudence est de mise.

« Qui dit grands déplacements dit aussi danger sur les routes. On est dans ce qu’on appelle les 75 jours les plus meurtriers sur les routes en ce moment », a averti Nicolas Ryan.

Les conducteurs doivent être vigilants dans les secteurs où se trouvent des cônes orange. « C’est important en chantier, même s’il n’y a pas de travailleurs, de respecter la signalisation, les limites de vitesse », afin d’assurer la sécurité des travailleurs comme des usagers de la route, a souligné Martin Girard.

Moitié soleil, moitié pluie

La météo s’annonce changeante au cours de la première semaine des vacances de la construction, mais la chaleur sera au rendez-vous.

À Montréal, une alternance de soleil et de nuages est prévue en fin de semaine. Ensuite, la pluie sera de passage, avant le retour des premiers rayons, jeudi.

À Québec, la météo sera clémente, mais des nuages et de la pluie marqueront les journées de mardi et de mercredi.

41 %

C’est le nombre de Québécois de 18 ans et plus qui prévoient faire un séjour d’au moins une nuitée au Québec, selon la Chaire de tourisme Transat de l’UQAM.

28 %

C’est le pourcentage des vacanciers québécois qui prévoient de rester à la maison lors de leurs congés, selon CAA-Québec.

Retarder les vacances

De plus en plus, les Québécois ont tendance à retarder leurs vacances vers la fin du mois d’août, en septembre et même en octobre, selon CAA-Québec.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.