Inondations en Colombie-Britannique

Davantage de pluie à venir dans les prochains jours

Les inondations continuaient à faire rage en Colombie-Britannique dimanche, alors que la côte nord de la province attend d’importantes précipitations dans les prochains jours.

De 100 à 150 mm de pluie se seront abattus sur la région de Prince Rupert jusqu’à lundi matin. Dans le secteur de Haïda Gwaïi, 30 à 60 mm de pluie sont attendus.

Environnement Canada estime que des glissements de terrain et des inondations pourraient survenir dans le nord de la Colombie-Britannique. La tempête devrait ensuite se déplacer vers le sud de la province, déjà touché par des inondations.

Marine Joly, résidante de Victoria, a choisi de partir en vacances en compagnie de son amie de Vancouver dans la vallée de l’Okanagan. Le duo a été confronté à des fermetures de route lorsqu’il s’est mis sur le chemin du retour, le 14 novembre dernier.

Les hôtels de la région étaient tous complets, si bien que des citoyens ont dormi dans des lobbys. Marine et son amie ont quant à elles déniché un hôtel, le Manning Park Ski Resort, qui s’était muni d’un dortoir improvisé. « Ils ont installé des matelas avec des draps propres dans une salle de réunion dans leur [sous-sol]. On a dormi dans un dortoir avec une centaine de personnes », a raconté Marine à La Presse dimanche, alors qu’elle se trouvait toujours sur la route.

Le lendemain, les gérants de l’hôtel ont demandé à ce que des personnes quittent les lieux parce que l’établissement manquait de nourriture et d’essence.

Marine a pu bénéficier du soutien de centres d’aide et a été hébergée chez des personnes qu’elle a contactées sur les réseaux sociaux jusqu’à ce que les routes soient ouvertes à nouveau.

Essence rationnée et assurance-emploi

Depuis vendredi, le gouvernement de la Colombie-Britannique rationne l’essence dans la région de Vancouver, qui a été frappée par une violente tempête. Une limite de 30 litres d’essence par visite à la station-service est imposée aux citoyens.

Rappelons que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a retrouvé les dépouilles de trois hommes à proximité de l’autoroute 99. Un total de quatre personnes sont mortes depuis le début des intempéries en Colombie-Britannique.

Selon la ministre fédérale de la Défense, Anita Anand, quelque 500 membres des Forces armées canadiennes ont été déployés dans la province pour venir en aide à la population.

La ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough, a suggéré dimanche aux résidants de la Colombie-Britannique de faire une demande d’assurance-emploi dès que possible en cas de besoin, et ce, même s’ils n’y ont habituellement pas accès.

La ministre a souligné que le gouvernement fédéral n’exigerait pas de relevé d’emploi, certaines personnes ne pouvant y avoir accès dans les conditions actuelles.

Mme Qualtrough encourage les personnes qui ont épuisé leurs droits à l’assurance-emploi au courant de la pandémie de COVID-19 à soumettre une demande malgré tout. Le gouvernement fédéral « réglera la question » d’une façon ou d’une autre, a-t-elle fait savoir.

— Avec La Presse Canadienne

Écarté du cabinet Trudeau

Marc Garneau entend terminer son mandat de député

Ottawa — Écarté du cabinet par le premier ministre Justin Trudeau, l’ancien ministre des Affaires étrangères Marc Garneau affirme avoir la ferme intention de terminer son mandat comme député de la circonscription montréalaise de Notre-Dame-de-Grâce–Westmount.

M. Garneau met ainsi un terme aux rumeurs qui circulaient à son sujet depuis près de six semaines selon lesquelles il pourrait devenir le prochain ambassadeur du Canada en France.

Le poste d’ambassadeur à Paris est vacant depuis juin à la suite de la nomination d’Isabelle Hudon au poste de présidente et cheffe de la direction de la Banque de développement du Canada.

Dans un message sur son compte Twitter, dimanche soir, M. Garneau a indiqué qu’il sera présent lundi à la Chambre des communes, qui reprend ses travaux pour la première fois depuis les élections fédérales du 20 septembre.

« Le 44e Parlement canadien débute [lundi]. Beaucoup ont demandé si je me retirais de la politique. Non, je continue de représenter les résidants de NDG-Westmount », a-t-il écrit dans son message.

Remplaçant éventuel

Selon des informations obtenues par La Presse, M. Garneau tenait ainsi à remettre les pendules à l’heure au sujet de son avenir politique tandis que des stratèges libéraux ont commencé à spéculer sur d’éventuelles candidatures libérales qui pourraient briguer les suffrages dans la circonscription de M. Garneau, considérée comme un bastion libéral, si ce dernier obtenait une nomination diplomatique.

Le nom de l’ancienne présidente du Parti libéral du Canada Anna Gainey a notamment été évoqué.

À la surprise générale, Justin Trudeau, qui entame un troisième mandat, a décidé d’écarter Marc Garneau du cabinet lorsqu’il a annoncé l’équipe ministérielle qui l’épaulera dans la gestion des affaires de l’État le 26 octobre. Le premier ministre a jeté son dévolu sur Mélanie Joly pour diriger le ministère des Affaires étrangères.

Avant d’être nommé à la tête de la diplomatie canadienne, en janvier, M. Garneau avait été ministre des Transports pendant près de cinq ans.

Le PLQ propose une allocation aux aînés allant jusqu’à 2000 $

Pour permettre à chaque aîné qui souhaite vieillir à la maison ou en résidence privée de le faire, la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, s’engage à verser une allocation allant jusqu’à 2000 $ aux Québécois de 70 ans et plus.

L’allocation permettrait aux aînés confrontés à l’augmentation du coût de la vie d’adapter leur domicile pour y recevoir des soins, par exemple.

Les crédits d’impôt déjà existants ne sont pas suffisants pour soutenir le soutien à domicile, et la démarche pour les obtenir est complexe, selon Mme Anglade. « Nous ne parlons que très rarement de la majorité d’aînés qui sont actifs et peinent à conserver leur maison ou encore à se payer les services dont ils ont besoin, comme des petits travaux de rénovation. » La cheffe de parti est d’avis que l’augmentation du coût de la vie demeure un obstacle à cet égard. Il faut donc les soulager du stress financier.

« On veut quelque chose de simple qui s’inspire beaucoup de l’allocation famille », a renchéri Monique Sauvé, porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés et les proches aidants.

L’allocation d’un montant maximal de 2000 $ par an serait directement versée de façon trimestrielle ou mensuelle par l’entremise de Retraite Québec. On prévoit 2000 $ pour les personnes qui gagnent 50 000 $. La somme varierait pour les aînés dont le salaire est supérieur. Les personnes seraient libres d’utiliser l’argent comme elles le souhaitent, précise-t-on par communiqué.

Ce programme coûterait 2 milliards de dollars à l’État québécois, a indiqué Mme Anglade.

Marie-Victorin et violence à Montréal

Questionnée par les médias sur l’élection partielle dans la circonscription de Marie-Victorin, Dominique Anglade n’a pas fait d’annonce concernant un potentiel candidat. « On va consacrer toutes les énergies qu’il faut pour Marie-Victorin », a-t-elle simplement répondu.

La cheffe de l’opposition a également fait part de sa frustration par rapport à l’absence de mention de Jannai Dopwell-Bailey dans une lettre du premier ministre François Legault publiée samedi. Les funérailles de cet adolescent de Côte-des-Neiges, poignardé à mort, ont eu lieu la semaine dernière, quelques jours après le meurtre de Thomas Trudel, un adolescent du même âge. La famille du jeune Dopwell-Bailey avait d’ailleurs déploré vendredi dernier ne pas avoir eu droit aux mêmes égards que les proches de Thomas Trudel de la part de la classe politique.

« Je ne comprends pas l’exclusion que François Legault a faite par rapport au jeune Jannai. Je pense que, dans les enjeux auxquels on est confrontés au Québec puis à Montréal, on a besoin d’être extrêmement inclusifs, de faire en sorte que tout le monde participe. »

Élection partielle

Pierre Nantel sera candidat pour le PQ dans Marie-Victorin

L’ex-député fédéral Pierre Nantel sera candidat pour le Parti québécois (PQ) à la prochaine élection partielle dans Marie-Victorin.

« Il y aura une [élection] partielle et une campagne générale sous peu et je m’engage à être présent dans ces deux campagnes, parce que représenter les gens de Marie-Victorin, c’est un honneur », a déclaré l’ex-député fédéral Pierre Nantel, qui décrit le Parti québécois comme une équipe « crédible » et « de confiance ».

Pierre Nantel est devenu candidat pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) en 2011, dans la circonscription de Longueuil–Pierre-Boucher. Il est demeuré député pour le NPD jusqu’en 2019, avant de passer au Parti vert du Canada, où il a été défait lors des dernières élections.

Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon s’est réjoui de la candidature de Pierre Nantel, « qui a dédié plusieurs années de sa vie à la question environnementale », ainsi qu’en matière « de culture et de langue ».

M. St-Pierre Plamondon a annoncé jeudi qu’il ne sera pas candidat dans la circonscription de Marie-Victorin. « On a la chance d’avoir une candidature réellement ancrée localement, qui participe au débat national et qui incarne exactement ce qu’on veut incarner, en langue, en environnement et en culture », a déclaré le chef péquiste dans une conférence de presse dimanche matin.

La circonscription est vacante depuis le départ de Catherine Fournier, qui a été élue mairesse de Longueuil.

La circonscription de Marie-Victorin est représentée par des élus du Parti québécois depuis 1985, mais la Coalition avenir Québec (CAQ) monte en popularité dans les sondages.

En 2018, Martyne Prévost s’était présentée avec la CAQ contre la députée péquiste Catherine Fournier, qui avait été réélue avec une mince avance de 705 votes.

À compter de 2019, Catherine Fournier siégeait comme députée indépendante, jusqu’à son élection comme mairesse de Longueuil au début du mois de novembre.

Proposition adoptée en congrès

Le Parti conservateur du Québec veut moins d’immigrants

Le Parti conservateur du Québec compte diminuer les seuils d’immigration. Alors que le chef Éric Duhaime refusait de s’engager sur cette voie – préférant ajuster les seuils en fonction des besoins du marché –, les membres ont amendé une proposition, dimanche, afin que le Québec accueille moins de nouveaux arrivants. Un membre voulait initialement diminuer le nombre d’immigrants de 50 %. Éric Duhaime a plaidé que de chiffrer la baisse du nombre d’immigrants serait « une erreur stratégique ». Après l’intervention du chef, une proposition sans pourcentage a été adoptée. La nouvelle mouture indique que le PCQ « diminuera les seuils d’immigration en fonction de l’efficacité des mesures qui auront été implantées pour contribuer durablement au développement économique du Québec ». Plusieurs adhérents du parti ont critiqué la Coalition avenir Québec pour avoir renié sa promesse en la matière, estimant que leur formation ne devait pas commettre la même erreur. Alors que le Québec vit une importante pénurie de main-d’œuvre, le PCQ estime que l’immigration ne constitue pas une solution efficace pour régler le problème.

— Thomas Laberge, Les coops de l’information

Vaccination obligatoire des fonctionnaires fédéraux

Quelque 200 opposants manifestent à Montréal

Plus de 200 personnes, majoritairement des employés de Postes Canada opposés à la vaccination obligatoire des fonctionnaires fédéraux, ont manifesté dimanche après-midi devant l’établissement de Postes Canada dans l’arrondissement de Saint-Laurent. Alors que la période des Fêtes approche à grands pas, ces travailleurs réticents à la vaccination contre la COVID-19 se retrouveront en congé sans solde d’ici vendredi s’ils ne changent pas d’avis. D’autres personnes, comme le militant opposé aux mesures sanitaires François Amalega, étaient présentes pour réitérer leur opposition. « Unvaccinated lives matter », « Droit au travail » ou « Reprenons notre pouvoir » : les nombreuses pancartes brandies par les participants en disent long sur leur mécontentement. La marche s’est déroulée dans le calme sous surveillance policière.

— Mayssa Ferah, La Presse

Interruption des négociations intensives

Des journées de grève dans des CPE cette semaine

Une grève de quelques jours débutera lundi matin dans plusieurs Centres de la petite enfance du Québec (CPE), après l’interruption des négociations intensives pour le renouvellement des conventions collectives, vendredi soir. Les syndicats de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ), affiliée à la CSQ, débraieront lundi, mardi et mercredi. Ceux qui sont rattachés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS), affiliée à la CSN, débraieront de lundi à jeudi. Quant au Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES), affilié à la FTQ, ses membres débraieront de mardi à jeudi. Les parents ne sont peut-être pas au bout de leurs peines, puisqu’une menace de grève générale illimitée plane dans plusieurs CPE. La FIPEQ de la CSQ annonce que dès mercredi, elle tiendra une assemblée générale dans le but d’obtenir un mandat de grève générale illimitée. Le principal point en litige demeure les salaires.

— La Presse Canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.