Roland-Garros

Djokovic bousculé, Nadal intraitable

Paris — Pendant deux manches et plus de deux heures à Roland-Garros, lundi, le Serbe Novak Djokovic a été dominé par un adversaire de 19 ans qui faisait ses débuts en Grand Chelem.

Et pourtant, à entendre Djokovic après coup, il maîtrisait parfaitement la situation.

Immédiatement après, l’Espagnol Rafael Nadal avait également rendez-vous avec un Italien de 19 ans au quatrième tour – et il lui a aussi fallu un peu de temps pour s’ajuster.

Après huit jeux et moins de 45 minutes, il a pris le contrôle du match, a poursuivi sa séquence victorieuse de 35 manches de suite à Roland-Garros et il a égalé Djokovic en se qualifiant pour son 15e quart de finale, un record, à ce tournoi majeur sur terre battue.

Après avoir cédé les deux premières manches au bris d’égalité, Djokovic a soudainement élevé son niveau pour rapidement effacer son déficit. Il a gagné 13 jeux de suite grâce à un tennis dominant avant que Lorenzo Musetti n’abandonne en raison de douleurs au bas du dos et de crampes alors qu’il était à la traîne dans la cinquième manche.

Le résultat est officiellement considéré dans les livres comme un abandon. Le score au moment du forfait de Musetti montrait Djokovic en avance 6-7 (7), 6-7 (2), 6-1, 6-0 et 4-0.

« J’aime affronter des jeunes dans des matchs trois de cinq, car je sens que même s’ils mènent une ou deux manches à zéro, comme c’était le cas aujourd’hui [lundi], je conserve mes chances », a affirmé le favori Djokovic, qui a marqué 19 points consécutifs à un certain moment.

« Je me sais en bonne condition physique et je sais comment épuiser mon adversaire.  »

— Novak Djokovic

Musetti, un talentueux Italien tellement solide au début du match avec son revers à une main et son toucher formidable, n’est guère habitué à ce format des cinq manches dans les tournois majeurs, et il a demandé une pause médicale après la quatrième.

« Cela n’avait pas de sens de continuer à jouer. Je ne parvenais pas à gagner un point ou à tenir dans les échanges. C’était difficile pour moi de bouger, a avoué Musetti. J’étais à ma limite. »

Djokovic, âgé de 34 ans, a gagné ses neuf balles de bris et il a eu l’avantage 53-30 dans la colonne des coups gagnants.

À quel point Musetti a-t-il été étonné de remporter les deux premières manches contre Djokovic, qui vise son deuxième titre à Roland-Garros et son 19e trophée en Grand Chelem ?

« Même pour moi, a reconnu Musetti par la suite, c’était un peu surprenant. »

Djokovic, première tête de série, n’a jamais été vaincu à Roland-Garros par un joueur aussi bas au classement que Musetti, 76e mondial. La seule défaite précédente de Djokovic contre un ado à Roland-Garros est survenue en 2006 contre un certain… Rafael Nadal. Et Djokovic a entrepris la journée avec une fiche de 14-0 au quatrième tour à Paris.

De plus, il affiche une grande forme depuis le début de l’année : il avait une fiche de 10-0 lors des matchs en Grand Chelem en 2021 et n’avait pas cédé plus de quatre jeux dans aucune manche à Paris – sans parler d’une manche entière – tout en perdant un total de seulement 23 jeux jusqu’à lundi.

Finalement, Djokovic a réussi son cinquième ralliement en carrière après avoir perdu deux manches en limitant ses erreurs et en misant sur le manque d’expérience de Musetti.

Djokovic affrontera un autre Italien, Matteo Berrettini, qui a atteint cette étape du tournoi sans avoir à s’échiner sur le court lundi après le forfait du Suisse Roger Federer.

Nadal (presque) sans reproche

Nadal, qui a eu 35 ans la semaine dernière, a eu un retard de 5-3 en début de match contre Jannik Sinner, qui a servi pour mettre la main sur la première manche à 5-4.

« Je jouais contre un très bon joueur avec un bel avenir », a avoué Nadal.

Mais le champion à 13 reprises à Roland-Garros a enlevé huit jeux de suite et, après un léger écart en deuxième manche, il a retrouvé son jeu sans reproche et il l’a emporté 7-5, 6-3 et 6-0.

Plus tôt, Diego Schwartzman avait obtenu sa quatrième victoire de suite en trois manches pour accéder aux quarts de finale. L’Argentin, 10e tête de série, a défait l’Allemand Jan-Lennard Struff, 7-6 (9), 6-4 et 7-5.

Schwartzman n’a pas encore cédé une manche à Paris cette année. Il était dans le carré d’as à Roland-Garros l’an dernier, où il s’est incliné devant Nadal.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.