Changements climatiques

« Il faut honorer les promesses faites à Paris il y a six ans [lors de la signature de l’accord de Paris] et, en dernier ressort, cela repose sur les leaders mondiaux. »

— Le président britannique de la COP26, Alok Sharma, a lancé cet avertissement lors d’une intervention à l’occasion d’une visite au siège de l’UNESCO dans la capitale française

France

Le dernier « compagnon de la Libération » est mort

Le dernier combattant français de la Seconde Guerre mondiale décoré par le général de Gaulle, le « compagnon de la Libération » Hubert Germain, est mort à l’âge de 101 ans, a annoncé mardi la ministre française des Armées Florence Parly. « Je voudrais d’abord vous informer du décès d’Hubert Germain, notre dernier compagnon vivant de la Libération […] C’est un moment important de notre histoire », a affirmé Mme Parly au Sénat. Père des Forces françaises libres, Charles de Gaulle avait créé l’Ordre de la Libération en novembre 1940 pour « récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l’œuvre de libération de la France et son empire ». Les derniers compagnons, distingués pour leur engagement de la première heure au sein de la France libre, ont disparu les uns après les autres au cours de la décennie passée. Seules 1038 personnes, dont 6 femmes, ont reçu le titre de compagnon de la Libération. Hubert Germain doit être inhumé au Mont-Valérien, près de Paris, principal lieu d’exécution des résistants durant la Seconde Guerre mondiale devenu haut lieu de mémoire. — Agence France-Presse

Yémen

Les rebelles houthis subissent de lourdes pertes mais progressent

Près de 300 rebelles ont été tués en 48 heures dans la région stratégique de Marib au Yémen, mais ces insurgés parviennent à progresser malgré l’intensification des frappes aériennes d’une coalition militaire soutenant les forces gouvernementales au sol. La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a annoncé dans des communiqués mardi la mort de plus de 134 rebelles et lundi de 156 autres dans des frappes qu’elle a menées dans la province de Marib, dans le nord du Yémen, pays en guerre depuis 2014. Cette coalition intervient au Yémen depuis 2015 pour appuyer les forces du gouvernement face aux rebelles houthis proches de l’Iran, grand rival du royaume saoudien. Depuis février, les houthis mènent une offensive pour conquérir la région de Marib, riche en pétrole et dernier bastion loyaliste dans le Nord dont ils contrôlent la majeure partie. Des sources progouvernementales ont confirmé une progression des rebelles. Ces derniers ont capturé la localité d’Al-Jawbah, au sud de Marib, ont-elles indiqué mardi à l’AFP. Les troupes loyalistes ont abandonné leurs postes après de violents combats. 

— Agence France-Presse

Belgique

Un tribunal se penche sur la mort d’un étudiant après un bizutage

Admis aux urgences en hypothermie et complètement déshydraté, Sanda Dia ne pouvait pas survivre à son bizutage, ont expliqué mardi des médecins à la barre du tribunal belge de Hasselt (Nord-Est), qui doit établir les responsabilités dans la mort de cet étudiant métis. Le médecin légiste Werner Jacobs a confirmé que le décès en 2018 de l’étudiant de 20 ans était dû à un œdème cérébral, consécutif à des teneurs en sodium anormalement élevées dans son corps, après l’absorption d’huile de poisson. « À un moment donné, il y a un point de non-retour », a expliqué le Dr Niels Van Regenmortel, à propos de cette surdose de sodium. Ce praticien a examiné Sanda Dia après son admission aux soins intensifs de l’hôpital d’Anvers (Nord). Le drame a suscité l’émotion en Belgique où les baptêmes estudiantins sont une tradition bien ancrée, avec leurs soirées alcoolisées et leur lot de dérapages. Il est toutefois rare qu’ils débouchent sur des procès comme c’est le cas dans cette affaire, qui vaut à 18 étudiants de la fraternité flamande Reuzegom (désormais dissoute) d’être jugés par le tribunal correctionnel de Hasselt. — Agence France-Presse

Projets d’attentats

Lourdes peines de prison pour des radicaux français d’ultradroite

Le tribunal de Paris a condamné mardi Logan Nisin, le jeune fondateur du groupuscule d’ultradroite OAS, à neuf ans d’emprisonnement ferme avec maintien en détention, lors du premier procès pour terrorisme d’ultradroite jugé en France depuis 2017. Le tribunal a aussi reconnu coupables d’« association de malfaiteurs terroriste » cinq autres prévenus, âgés de 23 à 33 ans, prononçant notamment une peine de sept ans d’emprisonnement avec mandat de dépôt pour Thomas Annequin, le numéro 2 du groupuscule Organisation des Armées sociales. Le parquet avait requis dix ans d’emprisonnement contre M. Nisin et huit ans contre M. Annequin. « Loin d’un projet politique fantasmé », la « nouvelle OAS » a été conçue en « calquant la structure de l’Organisation armée secrète de 1961 », groupe politico-militaire responsable d’une répression sanglante dans les années 60 contre l’indépendance de l’Algérie, a estimé le président de la chambre en lisant son jugement. Dans ce dossier, « tout atteste de l’imminence du passage à l’acte », « l’OAS a été créée comme une armée de défense prête le cas échéant à déstabiliser les institutions », « à fracturer le corps social », a poursuivi le magistrat. — Agence France-Presse

COVID-19

La lente réponse du gouvernement britannique a coûté des vies

Londres — L’échec du gouvernement britannique à imposer un confinement dès le début de la pandémie de COVID-19 figure parmi les pires erreurs de santé publique d’Angleterre, ont conclu mardi des législateurs dans le premier rapport complet du pays sur la pandémie.

Ce retard a entraîné des milliers de morts inutiles et découle de l’échec des ministres du gouvernement à remettre en question les recommandations des conseillers scientifiques, entraînant un niveau dangereux de « pensée de groupe » qui les a amenés à rejeter les stratégies plus agressives adoptées en Asie de l’Est et du Sud-Est, indique le rapport.

Ce n’est que lorsque le National Health Service britannique a risqué d’être submergé par une augmentation rapide des infections que le gouvernement conservateur du premier ministre Boris Johnson a finalement ordonné un confinement, à la fin de mars 2020.

« Tirer des leçons »

« Les décisions sur les confinements et la distanciation physique au cours des premières semaines de la pandémie – et les conseils qui y ont conduit – se classent parmi les échecs de santé publique les plus importants que le Royaume-Uni ait jamais connus », dit le rapport conjoint des comités de science et de santé de la Chambre des communes. « Aussi douloureux que cela puisse être, le Royaume-Uni doit tirer des leçons des raisons pour lesquelles cela s’est produit si nous voulons nous assurer que cela ne se répétera pas. »

Jeremy Hunt, ancien ministre britannique de la Santé qui dirige maintenant la commission de la santé du Parlement, a déclaré qu’avant que le coronavirus frappe, « une université américaine avait déclaré que nous étions le deuxième pays le mieux préparé au monde » pour une pandémie.

« Nous savons que ce n’était manifestement pas le cas », a-t-il conclu.

Le rapport s’est appuyé sur les récits de 50 témoins, dont l’ancien secrétaire à la Santé Matt Hancock et l’ancien stratège du gouvernement Dominic Cummings. Il a été approuvé à l’unanimité par 22 législateurs des trois plus grands partis au Parlement : les conservateurs au pouvoir, le Parti travailliste d’opposition et le Parti national écossais.

— Associated Press

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.