Gourmand

Notre équipe se prononce

Cette année encore, le combat des livres de recettes reprend ! Bon, il n’y a pas de véritable affrontement entre les six œuvres québécoises testées, mais nos journalistes ont tout de même travaillé fort pour cuisiner toutes ces recettes – on admet que savourer le résultat est une bien délicieuse récompense. Voici leurs impressions de la cuvée 2022.

La bonne table de Mandy

À la maison comme au resto

La bonne table de Mandy, 120 recettes santé réconfortantes
Mandy Wolfe, Rebecca Wolfe et Meredith Erickson
Les Éditions La Presse
221 pages

Avis aux abonnés de chez Mandy’s : les deux sœurs à qui l’on doit le populaire comptoir à salades éponyme nous reviennent avec un deuxième livre de recettes, toujours aussi gourmandes, colorées et… complexes (lire : compliquées !).

Car, soyons francs, il faut s’y mettre de bonne heure pour réaliser leurs assiettes, qui sont certes des explosions de saveurs, mais aussi de véritables petits projets en soi. Pensez : vinaigrettes en plusieurs étapes, légumes à faire griller, tofu à mariner... Il faut avoir du temps (et de la volonté) devant soi. N’empêche, le résultat est toujours au rendez-vous, avec cet équilibre parfait entre textures et saveurs. Et un sérieux goût de revenez-y.

Si, dans le premier tome, on nous a offert les secrets des salades signatures de Mandy’s, on nous propose ici d’aller un cran plus loin, avec de nouvelles propositions (toujours pour une personne, mais faciles à doubler, même quadrupler !) et leurs différentes vinaigrettes (bonne nouvelle, si vous voulez vous épargner cette étape, plusieurs se retrouvent désormais en épicerie !). Nos testeurs ont aussi été récompensés pour leurs efforts investis à concocter les salades arc-en-ciel, d’automne, de tofu teriyaki et de faux poulet saté. « J’en mangerais un midi sur deux ! »

Est-ce parce qu’elles ont assez étiré la vinaigrette ? Toujours est-il que les sœurs ont eu l’heureuse idée d’ajouter ici des idées de déjeuner (mention spéciale aux toasts aux bananes et au beurre d’amandes) et de soupes (au beurre d’arachides, à essayer !), déconcertantes de simplicité. Comme quoi faire simple et savoureux, ça se peut. Même au pays de Mandy !

Réconfort sans effort

Toujours aussi efficace… peut-être même trop

Réconfort sans effort
Geneviève O’Gleman
Les Éditions de l’Homme
240 pages

À l’approche de l’hiver, un livre de cuisine misant sur le réconfort tombe à point et celui-ci répond copieusement à sa mission.

Il n’y a pas à dire, Geneviève O’Gleman maîtrise les formules rassembleuses et les sert avec l’efficacité qu’on lui connaît et qu’on aime. Elle a d’ailleurs ses irréductibles parmi nous. Certains plats présentés dans ce nouvel ouvrage s’ajouteront à coup sûr à ceux issus de ses livres précédents, devenus des classiques chez certains testeurs : les crêpes à la plaque et les brownies, par exemple, presque aussi vite mitonnés que mangés. Même une lasagne a passé le test des repas top chrono en semaine !

La nutritionniste connaît son public – les familles pressées et les cuisiniers moins ferrés – et sait y faire pour lui faciliter la tâche en éliminant les étapes superflues et les ingrédients compliqués. Peut-être même trop ! À trop vouloir simplifier les ingrédients et la préparation, il arrive que le résultat manque souvent de saveurs et de textures, pour ne pas dire de finesse. C’est toutefois cette facilité qui fait qu’on y revient, et les recettes sont de bonnes bases sur lesquelles on pourra facilement improviser.

Si les boulettes ont été appréciées dans leur version carnée, les semi-végées et végées ont été jugées trop sèches. D’ailleurs, on aurait aimé trouver plus de recettes sans viande dans les propositions. Autre bémol : les quantités obtenues sont souvent différentes de celles annoncées.

Réconfort sans effort n’est probablement pas l’ouvrage qu’on aura envie de sortir si les circonstances appellent un plat raffiné ou si on a du temps pour cuisiner, mais il est assurément celui vers lequel on se tournera pour remplir le menu de la semaine.

Un week-end chez Lesley

Une valeur sûre

Un week-end chez Lesley
Lesley Chesterman
Les éditions Cardinal
318 pages

Après le réussi Chez Lesley, qui avait conquis notre équipe de testeurs l’an dernier, Lesley Chesterman propose un nouveau livre de recettes, cette fois déployé selon la thématique du partage. Que vous receviez amis ou famille pour le brunch, l’apéro, un souper décontracté, l’après-ski ou un grand festin, il y a dans ce livre matière à vous inspirer pour longtemps.

Ce qu’on aime de celle qui s’est fait connaître comme journaliste culinaire, mais qui est aussi formée en pâtisserie, est que ses recettes sont fiables, testées et éprouvées. On sent la recherche et la rigueur derrière chaque plat. De plus, elle enseigne comment réaliser ses recettes dans les règles de l’art. Avec, en prime, des conseils, trucs et confidences autour de l’art de recevoir.

Les recettes proposées ne sont pas pour autant nécessairement compliquées. Certaines sont hyper simples et savoureuses, comme le pain doré ou le saumon cuit au four, sublimé par sa sauce chimichurri. On aime apprendre à cuisiner des classiques comme l’impeccable sauce ragù, le « parfait » gâteau au chocolat ou la renversante salade niçoise. La cuisinière propose aussi quelques variations amusantes et originales, comme la chouette fondue pizza ou de décadents biscuits choco-noisettes.

Quelques recettes ont été moins couronnées de succès : le dhal jaune était beaucoup trop dense au goût d’une testeuse, alors que certains ont jugé le cari de poulet bon, mais trop liquide. Une autre a raté sa pâte brisée. Un point qui avait déplu à certains dans Chez Lesley était le manque de visuel. Même si les photos sont plus nombreuses dans ce livre, nous aimerions que toutes les recettes soient illustrées. Car on mange d’abord avec les yeux !

3 fois par jour – Tout simple

Pour l’inspiration

Trois fois par jour – Tout simple
Marilou
Les éditions Cardinal
264 pages

Mettons les choses au clair : on aime Marilou et ses recettes, que ce soit dans ses livres précédents ou sur le web. Si son nouveau Tout simple n’a pas suscité au départ un enthousiasme débordant, c’est beaucoup parce qu’elle nous accompagne depuis longtemps, et qu’on sait à quel point elle avait déjà le don de proposer des plats faciles tout en y ajoutant un petit plus surprenant.

On s’est donc demandé ce que faisaient là des craquelins trempés dans les graines de sésame ou des nachos « minimalistes ». De l’avis des testeurs, ces recettes ne méritaient pas deux pages complètes avec photo stylisée dans un livre qui coûte 40 $ – ce genre de suggestions aurait bien pu tenir en quelques lignes.

Mais passé cette impression négative et en abaissant les attentes, on a constaté que Tout simple remplissait ses promesses : on ne parle pas ici d’un livre pour recevoir et épater la galerie, plutôt d’une source d’inspiration pour un repas de dernière minute un soir de semaine. La présence de son fameux spagat’beurre tomate par exemple, qui n’a pas fait l’unanimité, est à la fois déculpabilisant et bien meilleur que du Kraft Dinner. Le one pot poulet et nouilles est ingénieux et beaucoup plus nutritif qu’une soupe Lipton.

Le concept du livre, qui est de proposer des recettes qui se cuisinent avec ce qu’on a sous la main, a fonctionné. Le poisson blanc & beurre tartare – relish, Dijon, Worcestershire – se prépare en quelques minutes, tout comme l’orzo style spanakopita ou les biscuits aux pépites de chocolat. Et comme d’habitude avec Marilou, les recettes sont quasi impossibles à rater.

Si son utilité est évidente pour les familles, Tout simple peut être aussi offert à de jeunes adultes qui s’installent en appartement. Ils apprendront ensuite à ajouter du piquant à des recettes peu compliquées qui ont le mérite de remplacer la restauration rapide et les surgelés, et dont on peut contrôler la qualité.

Josée di Stasio : mes carnets de saison, automne-hiver

Le charme opère encore

Josée di Stasio : mes carnets de saison, automne-hiver
Josée di Stasio
KO Éditions
256 pages

De tous les livres testés, le petit dernier de Josée di Stasio est peut-être celui qui a fait le plus l’unanimité auprès des collègues.

La plupart d’entre nous ayant adoré ses carnets printemps-été, la barre était haut placée pour ce nouvel ouvrage, qui se concentre sur les recettes d’automne et d’hiver. Et de fait, certains d’entre nous n’ont pas autant adhéré à ce dernier opus, mais la plupart l’ont adopté avec beaucoup d’enthousiasme.

L’avantage de ce livre, c’est qu’il s’adapte à toutes les situations : ses recettes feront belle figure lorsqu’on reçoit de nombreux invités, mais aussi dans les récipients isolants (de type Thermos) des enfants à l’école. La clé de ce succès réside sûrement dans un savant mélange de simplicité – mais jamais simpliste –, combiné au petit côté sophistiqué qui nous fait tant aimer la cuisine de di Stasio.

Côté bémols, plusieurs ont déploré le fait que de nombreuses recettes sont déjà sur son site, ou encore que certains classiques de la cuisine (comme la croustade aux pommes ou les carrés aux dattes) n’apportent rien de nouveau. Nous aurions aussi aimé avoir les temps de préparation et certaines informations pratiques : est-ce que ça se congèle, par exemple ? Cette remarque est toutefois valable pour plusieurs des livres testés.

Nos goûteurs ont essayé une pléiade de recettes, allant du pain naan au pain aux bananes, en passant par le poulet au cari, le parmentier de lentilles ou la compote pommes bleuets. La plupart de ces expérimentations ont été réussies, certaines ratées, mais plusieurs pourraient bien devenir des classiques dans nos chaumières. C’est pour cette raison que, même si l’exercice est terminé, nous remettrons probablement le nez dans ce livre encore longtemps.

L’heure de la soupe

Bouillon d’originalité

L’heure de la soupe
Geneviève Plante
Les Éditions La Presse
152 pages

Pas évident de broder autour de la soupe en sortant des sentiers battus, mais c’est ce à quoi s’évertue la blogueuse culinaire Geneviève Plante avec une brochette de recettes simples et composées, agrémentées de sections consacrées aux accompagnements et garnitures.

Qu’en ont pensé nos testeurs ? Ils y ont vu de beaux atouts, mais non sans grumeaux, car pour certains, ce fut même un peu la soupe à la grimace.

D’abord, ses points forts : la variété et l’originalité des propositions ont séduit les testeurs, grâce à des combinaisons d’aromates intéressantes, des ingrédients surprenants (sirop d’érable, poire, lait de coco), des légumes mis en avant, tout en laissant les bouillons en retrait. On y trouve des solutions de remplacement audacieuses à la sempiternelle soupe aux nouilles (soupe façon dhal, crème de chou-fleur au lait de coco et cardamome). Le côté coloré et réconfortant des préparations a aussi été souligné.

Au rang des désagréments, certains testeurs ont estimé que des ingrédients ne sont pas toujours à portée de main, ce qui limite les possibilités de concoction de dernière minute, ou jouent parfois le rôle de goutte d’eau superflue faisant déborder le bol (le maïs soufflé sur la crème de tomates). On note aussi le défaut de sa qualité : les mélanges de saveurs servent l’originalité, mais laissent parfois sceptiques (potage d’asperges à l’orange et à l’estragon ; crème de chou rouge et de pommes au lait de coco). « Certaines recettes ont l’air intéressantes, mais on n’ose pas se lancer par crainte du résultat », a résumé l’une de nos testeuses.

Avec une pincée d’audace, d’anticipation pour les ingrédients, et en trichant un peu (en achetant par exemple les herbes salées en épicerie), L’heure de la soupe pourrait quand même s’avérer utile pendant l’hiver.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.