Désastres météorologiques en 2021

« Un rappel à la réalité »

Le nombre de morts attribuables aux phénomènes extrêmes a atteint un sommet des 10 dernières années, selon un rapport

Washington — Près de 700 personnes sont mortes à cause de catastrophes météorologiques en 2021 dans les États américains, à l’exception de l’Alaska et d’Hawaii, un niveau qui n’avait pas été atteint depuis 2011, selon le rapport d’une agence fédérale publié lundi.

L’année « a été marquée par des extrêmes dans l’ensemble des États-Unis, notamment une chaleur exceptionnelle » et « des phénomènes météorologiques dévastateurs », a indiqué l’Agence nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA).

Le bilan des désastres météorologiques dans les 48 États continentaux et la capitale Washington s’établit à 688 morts, plus de deux fois et demie le nombre de l’année précédente, soit 262.

L’activité humaine est à l’origine de dangereux changements climatiques qui peuvent se traduire par des évènements météorologiques plus violents dans le monde entier.

Ainsi, 20 phénomènes de ce type ont engendré des dégâts ayant chacun coûté aux États-Unis un milliard de dollars ou plus, soit le deuxième total du plus grand nombre d’évènements aussi onéreux, derrière l’année 2020, durant laquelle il y en avait eu 22, selon l’agence.

Parmi ces désastres, quatre ouragans, trois tornades, mais aussi des inondations, des incendies de forêt et des vagues de chaleur ou de froid.

Le mercure augmente

De telles statistiques constituent « un rappel à la réalité », a commenté Rachel Cleetus, économiste du groupe Union of Concerned Scientists.

« Le bilan dévastateur et les traumatismes causés par ces catastrophes climatiques et météorologiques extrêmes ont frappé et continuent de frapper plus durement les personnes de couleur, celles ayant des revenus faibles et les populations qui ont déjà subi de multiples désastres. »

— Rachel Cleetus, économiste du groupe Union of Concerned Scientists

Un froid glacial a laissé des millions d’Américains sans électricité en février quand une redoutable tempête hivernale s’est abattue sur de larges parties des États-Unis, et même jusqu’au Mexique.

Dans certaines régions peu préparées à de telles conditions, les entreprises locales avaient été submergées, laissant les habitants exaspérés et réfugiés sous des manteaux ou des couvertures, livrés à eux-mêmes. Plus de 20 morts avaient été enregistrés.

En août, l’ouragan Ida a frappé la côte américaine du golfe du Mexique, provoquant inondations et coupures de courant, et plongeant dans le noir de grandes parties de la région.

Les restes de la tempête ont ensuite tué au moins 47 personnes dans le nord-est du pays, transformant les rues en rivières et inondant des appartements en sous-sol.

L’année 2021 a été au quatrième rang des plus chaudes en 127 ans de mesures, avec une température moyenne de 12,5 °C pour l’ensemble du bloc continental américain.

Le mois de décembre a été le plus chaud jamais enregistré, avec des températures de 3,7 °C supérieures à la moyenne.

La température moyenne en 2021 était supérieure d’environ 1,3 °C à la moyenne du XXsiècle.

Atterrissage d’urgence à Los Angeles

Un pilote sauvé tout juste avant la pulvérisation de son avion

Un pilote d’avion de tourisme a atterri en catastrophe sur un passage à niveau près d’Hollywood, puis a été extirpé in extremis de son cockpit par des policiers, quelques secondes seulement avant que son appareil ne soit pulvérisé par un train. Selon la police de Los Angeles, qui a diffusé sur Twitter une vidéo du sauvetage enregistrée par la caméra embarquée d’un des agents, le monomoteur a subi une perte de propulsion alors qu’il décollait d’un aérodrome voisin. Le septuagénaire qui se trouvait aux commandes a donc dû effectuer un atterrissage d’urgence, se posant en pleine ville et s’immobilisant à moitié sur des rails de chemin de fer. Sur la vidéo de la police, on peut voir des agents s’affairer pour tirer le pilote du cockpit, le visage en sang et visiblement sonné. Les policiers ont à peine le temps de le traîner à l’écart que, cinq secondes plus tard, un train lancé à pleine vitesse vient percuter l’avion de plein fouet, faisant voler les débris alentour. Le pilote a été transporté à l’hôpital et son état était stable dimanche soir. Il se trouvait seul dans l’avion et l’accident n’a fait aucun autre blessé, ont précisé les secours.

— Agence France-Presse

Incendie à New York

Le bilan passe à 17 morts

Le bilan de l’incendie qui a dévasté un immeuble d’habitation du Bronx dimanche, à New York, est passé lundi de 19 à 17 morts, soit 9 adultes et 8 enfants. Le maire Eric Adams n’a pas immédiatement expliqué pourquoi le bilan était abaissé. Pendant ce temps, des médecins tentaient toujours lundi de sauver des victimes qui ont été grièvement blessées lors du sinistre. Plusieurs victimes ont perdu connaissance ou se sont retrouvées prisonnières chez elles. Des dizaines de personnes ont été hospitalisées. Le maire Adams a dit lundi que plusieurs victimes sont dans un état critique, et il a admis au réseau CNN que le bilan pourrait s’alourdir. Il s’agit de l’incendie le plus meurtrier à New York en plus de 30 ans. Des enquêteurs ont déterminé que les flammes ont éclaté dans l’édifice de 19 étages après le mauvais fonctionnement d’une petite chaufferette qui avait été branchée par un matin froid. Les flammes n’ont causé que des dégâts modestes, mais la fumée a envahi les escaliers. Il s’agissait du seul moyen de fuir un édifice trop haut pour des sorties de secours. Les pompiers ont trouvé des victimes à tous les étages, dont plusieurs qui étaient en arrêt cardiaque ou respiratoire.

— Associated Press

La poétesse noire Maya Angelou sur les pièces de 25 cents

L’effigie de la poétesse et militante noire Maya Angelou figure sur une nouvelle frappe de pièces de 25 cents américaines, dont les premiers exemplaires vont être mis en circulation prochainement. Il ne s’agit pas d’objets de collection, mais de pièces qui seront produites en grand volume, destinées à être utilisées au quotidien. Traditionnellement, depuis 90 ans, la pièce présente, d’un côté, un portrait du premier président des États-Unis, George Washington, et, de l’autre, un aigle. La nouvelle pièce conservera le portrait de George Washington d’un côté et accueillera celui de Maya Angelou de l’autre. Il s’agit du premier exemplaire d’une série baptisée « Femmes américaines en vue », qui va mettre à l’honneur plusieurs femmes illustres, d’origines diverses. Suivront l’astronaute et physicienne Sally Ride, Wilma Mankiller, première femme amérindienne à avoir occupé la tête de la nation cherokee, la politicienne et militante d’origine hispanique Nina Otero-Warren et la comédienne Anna May Wong, saluée comme la première vedette hollywoodienne d’origine asiatique.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.